Si nous voulons décarboner l’Europe…

Intervention lors de l’examen du Rapport d’information sur l’indépendance énergétique de l’Union européenne, le 24 juin 2020 devant la Commission des Affaires européennes de l’Assemblée nationale.

 Je voudrais tout d’abord saluer la qualité du rapport d’information présenté aujourd’hui, et en particulier sa première partie qui fournit un constat objectif de la réalité de la situation énergétique européenne et de la croissance de notre dépendance.
A ce titre, il dénote très largement de propos trop souvent angéliques, voire fantasmés, sur notre situation énergétique et sur notre capacité à régler cet enjeu stratégique au niveau européen par des coups de baguette magique, la baguette fusse-t-elle verte ! Il ne serait d’ailleurs pas inutile d’avoir dans le rapport une analyse de la croissance de la dépendance au gaz russe en particulier pour la production électrique, et de les mettre en relation  avec les choix de soutien public et d’investissement des vingt dernières années en faveur d’énergies renouvelables intermittentes et non pilotables comme l’éolien pour certains pays.

 Je n’en partage pas en revanche toutes les analyses sur la transition énergétique, notamment sur les capacités et les impacts de productions électriques décentralisées, et pas non plus tous les outils, mais nous pouvons nous retrouver sur les principales priorités des recommandations. 

 Dans ce bref temps d’échange sur un enjeu aussi déterminant pour notre avenir, je reviendrai sur les 2 éléments qui me paraissent prioritaires :
Premièrement, si nous visons plus d’indépendance énergétique européenne, et si nous voulons décarboner l’Europe, il faut investir massivement dans la baisse de nos consommations énergétiques et l’efficacité des usages de l’énergie. Il faut donc baisser drastiquement et rapidement nos consommations et nos émissions de GES des secteurs du bâtiment et des transports.

C’est la mère des batailles ! Votre rapport le dit.

Mais cette mère des batailles est d’abord budgétaire ! Il n’y a pas d’autres moyens d’agir que de soutenir à vitesse grand V la rénovation thermique globale du parc de logements et de bâtiments publics, et de mettre le paquet sur le transfert des usages du véhicule individuel et des transports routiers, d’une part vers des modes doux et les transports en commun pour les véhicules individuels, d’autre part vers le transport ferroviaire et fluvial pour le transport de marchandise.

Si nous partageons ce constat, il faut non seulement s’assurer que le plan de relance européen aille dans ce sens, mais que notre engagement budgétaire national aussi ! Je pose ainsi cette question ouverte aux rapporteurs, comme à vous tous mes chers collègues : êtes-vous prêts à défendre et à dégager dès le prochain budget national 2021 les 10 à 15 milliards d’euros nécessaires pour un soutien efficace à la rénovation thermique annuelle de 700 000 logements en France et des bâtiments publics ?

 De la même façon, êtes-vous prêts à réinvestir massivement dans notre réseau ferroviaire et sur l’offre de fret alors que nous faisons tout le contraire depuis 20 ans ? La décarbonation du secteur des transports passe par l’investissement dans le réseau ferroviaire pour les mobilités du quotidien, dans les infrastructures et les aménagements pour les modes les plus sobres en carbone (marche, cycles) et les transports en commun doivent s’accompagner d’engagements financiers de l’Etat à une toute autre hauteur. En lien avec les autorités organisatrices de la mobilité sur les territoires, l’accès du plus grand nombre aux transports collectifs en allant jusqu’à leur gratuité doit être soutenu par l’Etat et de nouvelles recettes (voir notamment notre proposition de loi visant à encourager la gratuité des transports collectifs urbains et périurbains, 2018).

 Deuxièmement, sur la dimension de la production et de la distribution d’énergie. Je partage totalement la nécessité de stopper le soutien aux énergies fossiles et de travailler à rehausser les prix du carbone. Mais je ne crois pas en revanche aux vertus intrinsèques, ni à la réactivité et à l’efficacité indispensables du seul marché pour sortir de l’impasse climatique et énergétique.

 Il nous faut au contraire construire de puissants outils publics nationaux et européens et en garantir les moyens. L’atteinte de la neutralité carbone à l’horizon 2050, et la baisse des émissions de 50 à 65 % d’ici 2030 (dix ans !) n’est pas quelque chose d’important, c’est vital pour espérer contenir l’emballement climatique, respecter l’Accord de Paris et assurer un monde vivable pour nos enfants et petits-enfants.
Nous continuons de défendre l’impérieuse nécessité d’une véritable planification énergétique européenne et nationale, adossée à un pôle public de l’énergie et de l’efficacité énergétique regroupant l’ensemble des entreprises et services publics qui produisent, transportent, stockent, distribuent et commercialisent de l’énergie ou qui fournissent des services énergétiques. (Proposition de loi France Energies des députés communistes de 2016). Seul un pôle public intégré sera en capacité d’assurer la trajectoire de baisse de nos consommations d’énergie finale, d’accompagner les besoins d’électrification des secteurs les plus fortement émetteurs de gaz à effet de serre comme les transports ou le chauffage, de sécuriser les approvisionnements en énergie du pays, de garantir un droit d’accès effectif à l’énergie pour tous, particuliers ou entreprises, et d’assurer un développement équilibré des territoires.

 Je souhaite aussi tout naturellement, que dans le cadre de sa mutation écologique profonde, la Commission soit un jour en capacité de mettre de côté son bréviaire libéral pour faire ce choix de l’efficacité climatique avec un pôle public européen de l’énergie. Permettez-moi d’en douter.

André Chassaigne

Railcoop, la coopérative qui fait renaître les lignes de train abandonnées

2 juillet 2020 / Marie Astier (Reporterre)

C’est un nouvel acteur qui bouscule le petit monde ferroviaire : Railcoop a choisi une gouvernance coopérative et de relancer des lignes abandonnées par la SNCF, plutôt que de se tourner vers celles considérées comme rentables. Une initiative permise par l’ouverture à la concurrence du ferroviaire prévue pour la fin de l’année.

La proposition est inattendue : dans un monde ferroviaire qui demande des investissements aussi lourds que des locomotives, un poids léger a décidé de tenter de se faire une place. Railcoop, comme son nom l’indique, est une société coopérative ferroviaire. Si les amoureux du train l’avaient rêvée, ils n’auraient sans doute pas fait mieux. Elle compte réinvestir plusieurs pans de l’offre ferroviaire peu à peu délaissée par la SNCF et les politiques publiques ces dernières années : trains entre régions permettant d’éviter la centralisation parisienne, fret et train de nuit.

Ses premiers trains de fret pourraient rouler dès 2021, et surtout, la première ligne voyageurs devrait s’ouvrir mi-2022, entre Bordeaux et Lyon. Tout un symbole, alors que la liaison avait été abandonnée par la SNCF en 2014. Le projet est permis par l’ouverture totale à la concurrence du trafic ferroviaire, prévue pour fin 2020. «C’est l’occasion de proposer un modèle alternatif, estime Alexandra Debaisieux, directrice générale déléguée de la société. Nous partons du principe que le ferroviaire est un maillon important de la transition énergétique.»

L’idée a germé début 2019. À la manœuvre, un conseil d’administration rassemblant des personnes issues de l’économie sociale et solidaire, de l’associatif, un ancien cheminot, ou encore des consultants sur les questions de climat et de mobilité (mais seulement des hommes…). Les compétences se sont associées, pour aboutir à la création d’une Scic (société coopérative d’intérêt collectif). Dans cette coopérative, une personne égale une voix, quel que soit le nombre de parts de la société qu’elle possède.

Six trains par jour et de nombreux services

Pour choisir le trajet Bordeaux-Lyon, «on a regardé les flux aériens de voyageurs de province à province, explique encore la directrice déléguée. Puis on a croisé avec les données sur l’augmentation du trafic routier». Leurs études de marché prédisent que la ligne, malgré un temps de trajet annoncé de 6 h 47, a un potentiel de 690.000 voyageurs par an et sera rentable. «Certes, la SNCF l’a fermée en disant qu’il n’y avait plus assez de voyageurs. Mais elle n’investissait plus. Si vous ne proposez pas un service performant en matière de confort et de ponctualité, vous découragez les gens.» Railcoop veut à l’inverse proposer des wagons confortables, de la place pour stocker vélos, poussettes ou skis, ainsi que des partenariats avec des événements dans les territoires traversés, comme les festivals. Le prix de base a été fixé à 38 euros. Ainsi, le trajet serait plus long qu’en prenant le TGV avec une correspondance par Paris… Mais coûterait bien moins cher. Six trains circuleraient chaque jour, soit trois dans chaque sens.

Railcoop a ainsi notifié à l’Autorité de régulation des transports, le 9 juin dernier, son intention d’opérer sur cette ligne. Ce n’est qu’une des nombreuses étapes qui restent à franchir. La coopérative doit, pour faire rouler ses trains, obtenir un certificat de sécurité et une licence ferroviaire, qui ne sera décernée que si elle atteint au moins 1,5 million d’euros de capital social d’ici la fin de l’année. La société s’est donc lancée dans une campagne de recrutement de nouveaux sociétaires. Particuliers, associations, entreprises, collectivités locales peuvent acquérir des parts sociales, chacune coûtant 100 €. Le 19 juin, 785 sociétaires avaient déjà été recrutés. «Au vu de la montée en puissance du capital social, je pense que d’ici la fin de l’année on aura dépassé les 1,5 million nécessaires», se réjouit Alexandra Debaisieux.

La ligne Bordeaux-Lyon que Railcoop entend remettre en service.

Et puis, il faut aussi trouver des trains — du «matériel roulant», comme on dit dans le milieu. Railcoop en a besoin de six, qui valent 11 millions d’euros chacun. Difficile de rassembler 66 millions d’euros, la coopérative cherche donc une société capable de les acheter, pour ensuite les leur louer. «On est en discussion avec deux loueurs, explique la directrice déléguée. Avant la crise du Covid, ils demandaient des garanties accessibles. Désormais, nous sommes en discussion avec le cabinet du secrétaire d’État aux Transports et avec des régions pour voir s’ils peuvent se porter garants sur le matériel.»

L’ouverture à la concurrence, sujet de débats

Le projet paraît donc en bonne voie et il convainc écolos et associations de voyageurs, telle que la Fnaut (Fédération nationale des associations d’usagers des transports). «C’est une bonne nouvelle, la radiale Lyon-Bordeaux manque vraiment et trop de personnes sont poussées à prendre l’avion», approuve Anne Lassman-Trappier, chargée des questions de transport à France Nature Environnement. «Railcoop va démontrer qu’il y a un modèle économique pour le ferroviaire, et tordre le cou à l’idée que le train est un gouffre économique qui ne survit que grâce à l’argent public», espère Valentin Desfontaines, responsable du dossier mobilité au Réseau Action Climat.

Côté CGT cheminots, où l’ouverture à la concurrence a été fortement combattue, l’accueil est plus mitigé. Localement, les cheminots de la CGT Bordeaux, qui s’étaient opposés à l’abandon de la ligne, ne cachent pas une petite amertume et ont publié un communiqué. «Si un opérateur ferroviaire se positionne sur cette liaison Bordeaux-Lyon, c’est qu’il y a un besoin, c’est ce qu’on a toujours dit, se félicite David Plagès, de la CGT cheminots régionale. Mais si l’ouverture à la concurrence était la solution, cela se saurait. Sur le fret, cela n’a pas fonctionné.» Il aurait préféré que ce soit la SNCF qui rouvre la ligne, avec un véritable investissement dans la rénovation des voies vieillissantes. «Il n’y aura pas le report tant souhaité de la voiture vers le train s’il n’y a pas d’amélioration de la ligne, pour que le train puisse aller plus vite», poursuit-il.

«Ce projet apporte plusieurs choses positives, reconnaît au niveau national le secrétaire général de la CGT cheminot, Laurent Brun. Ils veulent faire avec les gens des territoires, partent des besoins des voyageurs, affichent que les bénéfices seront totalement réinvestis… C’est rafraîchissant!»

Autorail tri-caisses X 72500 de la Région Rhône-Alpes effectuant la relation « Intercités » Bordeaux-Lyon, ici en gare de Saint-Sulpice-Laurière – 19 janvier 2008.

«Mais j’ai quand même de gros doutes sur la faisabilité, estime cet expert du rail. Par exemple, ils disent que la SNCF a un fonctionnement trop lourd et qu’ils feront mieux, qu’ils vont doubler le niveau d’utilisation des locomotives. Mais, dans ce cas, soit ils vont enchaîner les pannes, soit le matériel va vieillir à vitesse grand V. Je les trouve aussi ambitieux sur la fréquentation annoncée.»

Surtout, c’est la question du financement qui interpelle le syndicaliste cheminot. Le financement prévoit que les parts sociales achetées par des particuliers ne suffiront pas, il faudra des aides publiques. «Railcoop va devoir frapper à toutes les portes — villes, départements, régions — et s’ils attribuent des subventions, on se demande alors pourquoi ils ne les ont pas données avant pour éviter que la ligne soit fermée par la SNCF?» «Je suis étonné de la façon dont les politiques se saisissent du sujet dans ce contexte d’ouverture à la concurrence, alors qu’ils ne l’avaient pas fait avant», enchérit David Plagès depuis Bordeaux. «J’y vois un dogme.»

«Prendre des parts de marché à la voiture individuelle, à l’autocar, à l’avion»

Railcoop, de son côté, dit proposer aux collectivités qui le souhaitent un autre modèle que celui de la subvention, via l’achat de parts sociales de la coopérative. «Les collectivités locales seront copropriétaires de l’outil, on coconstruit le service ferroviaire en associant les usagers et les territoires», explique Alexandra Debaisieux. Au moins une collectivité d’importance pourrait s’engager.

Par ailleurs, la coopérative rappelle, dans ce contexte d’ouverture du rail à la concurrence, qu’elle a fait le choix de ne pas se positionner sur des lignes déjà exploitées par la SNCF. [1] Elle veut plutôt ajouter de nouvelles liaisons. «Notre positionnement n’est pas de concurrencer la SNCF, mais de venir compléter le maillage ferroviaire. Notre objectif est de prendre des parts de marché à la voiture individuelle, à l’autocar, à l’avion», assure Alexandra Debaisieux.

Le parcours de ce nouvel acteur, original dans le monde du rail, devrait être suivi de près. Et quel que soit le résultat, «l’intérêt est que ça fait débattre autour de l’enjeu de relancer le train, et cela va obliger les politiques à se positionner, à dire s’ils croient au rail», ajoute Laurent Brun, de la CGT cheminots, qui n’exclut pas de proposer une rencontre à la coopérative.

[1Sur ces liaisons, l’ouverture à la concurrence va permettre soit de remplacer la SNCF par une autre compagnie via un appel d’offre (cas des TER), soit à plusieurs entreprises différentes de proposer des trains sur la même ligne (cas des TGV).

Lyon-Bordeaux. Une offre « proche du covoiturage soit 38 € », pour un aller Lyon-Bordeaux et pour un trajet de 6 h 47. Sur cette base, Railcoop espère pouvoir « capter 690.000 voyageurs […] dont 85 % viennent de la route ».  Côté service, il est question de 3 allers-retours par jour (matin, après-midi et soirée), 365 jours par an. De quoi prendre des parts de marché aux bus… Côté matériel, il s’agirait de rames Régiolis réversibles, de type Coradia Liner, fabriquées par Alstom.Cette initiative qui pourrait aboutir au mitan de l’année 2022 « permet, assure le directeur de la coopérative, de ramener les voyageurs vers le train. Mais cela constitue aussi une offre complémentaire à celle de la SNCF ». « On ne fait pas une ligne pour faire le Bordeaux-Lyon même s’il a un impact territorial fort » note le directeur de Railcoop.

Infrarouge. Les damnés, des ouvriers en abattoir. Sur France 2, en replay

un documentaire remarquable qui montre les mots et les maux des ouvriers d’abattoir…

Joseph, Nadine, Stéphane… les lignes d’abattage ont été ou sont encore leur cadre quotidien. Ce mardi soir, sur France 2, ils témoignent, entre rage et désespoir.

Le documentaire s’ouvre sur des images du procès de quatre salariés et de l’ex-directeur de l’abattoir de Mauléon (Pyrénées-Atlantiques), en septembre 2018, devant le tribunal de grande instance de Pau. La justice avait été saisie à la suite de la révélation, par l’association L214, de pratiques de maltraitance animale. Si les images de bêtes martyrisées ont ébranlé l’opinion publique, un raisonnement simpliste a pu, dans le même temps, se répandre, assimilant les ouvriers de ce secteur à des « tortionnaires ». De ce point de vue, ce numéro d’ Infrarouge remet les pendules à l’heure. L’idée n’est ni d’exonérer ni d’accabler des individus, mais de démonter les mécanismes d’une violence en réalité systémique. « Je suis un élément participatif, constitutif de l’industrie de la mort. Ce n’est pas anodin : on ne fabrique pas des chaises, on tue des bêtes », annonce d’emblée Joseph, qui n’est pas tout à fait un inconnu. Les amateurs de littérature reconnaîtront Joseph Ponthus, auteur du roman (éditions de la Table ronde, 2019), dans lequel il a consigné son quotidien d’intérimaire en abattoir. Une expérience aujourd’hui derrière lui, mais qui ne cesse de le hanter. Un autre visage se révèle familier, celui de Nadine (Hourmant), charismatique déléguée syndicale FO de France Poultry (ex-Doux). D’autres s’expriment à visage caché, tel Michel qui, après une description factuelle du protocole d’exécution des animaux, confie « pleurer » avec ses vaches.

Comment ne pas flancher ? Et, surtout pourquoi ne pas partir ?

ELECTIONS MUNICIPALES 2020 : résultats du second tour (BEAUMONT)

dimanche 28 juin 2020,

Malgré la division de la droite, la gauche et les écologistes  n’ont pas fait le plein des voix du premier tour.

( rappel : Hélène VEILHAN (IDEES/EELV) : 702 voix + Dominique MOLLE (PS/PC/LFI) : 408 voix).

Résultats détaillés par bureau

Bureaux 1 2 3 4 5 6 7 8 En nb En %
Nombre d’inscrits 973 889 890 748 1239 1026 1070 918 7753 100,00%
Votants 437 333 308 329 480 457 519 425 3288 42,41%
Blancs 4 2 1 0 2 4 2 4 19 0,58%
Nuls 2 3 1 3 2 4 1 2 18 0,55%
Suffrages exprimés 431 328 306 326 476 449 516 419 3251 98,87%
Alain DUMEIL (LR)
71 115 93 122 130 116 156 113 916 28,18%
Hélène VEILHAN (IDEES/LUD) 186 105 79 68 124 156 140 132 990 30,45%
Jean-Paul CUZIN (DVC) 174 108 134 136 222 177 220 174 1345 41,37%
  • Liste Jean-Paul CUZIN (24 élus / 2 conseillers pour la métropole)- droite : Jean-Paul CUZIN, Aline FAYE, Aurélien BAZIN, Christine LECHEVALLIER, Patrick NEHEMIE, Patricia REMY, Michel PRÉAU, Béatrice STABAT-ROUSSET, Francis GAUMY, Josiane MARION, Hervé GRANDJEAN, Martine MEZONNET, Damien PESSOT, Véronique KOUIDER, Jean-François VIGUÈS, Agnès ANDAN, Christian DURANTIN, Nadine DAMBRUN, Vivien GOURBEYRE, Laura KLIJN, Guy PICARLE, Yaëlle MATHIEU-PÉGART, Philippe ROCHETTE, Valérie BERTHÉOL
  • Liste Hélène VEILHAN (5 élus / 1 conseiller pour la métropole) – gauche : Hélène VEILHAN, Olivier DEVISE, Dominique MOLLE, Sébastien MOSTEFA, Marie-Laure LANCIAUX.
  • Liste Alain DUMEIL (4 élus / 0 conseiller pour la métropole) – droite : Alain DUMEIL, Caroline TALON-TAILHARDAT, Damien MARTIN, Josiane BOHATIER

Municipales 2020 : et si cette fois c’était la bonne…?

  Face aux deux listes de droite, toute la  gauche et les écologistes assemblés sur

« la liste UNI-ES POUR BEAUMONT »

Le second tour des élections municipales, qui se tiendra le 28 juin, aura valeur d’exemple pour une gauche et des écologistes qui tentent de dessiner l’ébauche d’un rassemblement.

Tempus horribilis. À l’exception du score d’EELV aux européennes (13,2 %), les défaites et les déconvenues se sont enchaînées ces dernières années pour la gauche et les écologistes. Aujourd’hui encore, les organisations tâtonnent. En trois ans, deux nouveaux partis ont vu le jour (Génération·s et Place publique) et trois ont changé la tête de leur exécutif (PCF, EELV et PS). Les lignes politiques ont, elles aussi, un peu changé. La gauche s’écologise, et réciproquement. « Ce scrutin municipal ancre définitivement EELV à gauche », analysait dans Reporterre la chercheuse en sociologie politique Vanessa Jérome. Pour éviter un nouveau duel Le Pen-Macron, et poussés par la société civile, les associations et les syndicats, les partis dessinent l’ébauche d’un rassemblement, comme le 20 mai dernier à l’appel du collectif « Plus jamais ça ».

Le second tour des élections municipales, qui se tiendra le 28 juin, a donc valeur d’exemple. Entre des socialistes qui gardent un ancrage local et une percée écologiste. Les roses, les rouges et les verts se prennent à rêver de garder leurs bastions ou d’en décrocher. Au premier tour comme au second, les alliances ont été nombreuses et prolifiques. « Paris sera vraisemblablement remporté par Anne Hidalgo, Lyon par l’écologiste Grégory Doucet, et Marseille par Michèle Rubirola, se félicite Pierre Jouvet, en charge des élections au PS. Si nous avions les trois plus grandes villes de France, ce serait une première. » Et d’estimer : « On a tous compris qu’on avait besoin les uns des autres. » Si d’autres partagent son enthousiasme, Ian Brossat, communiste et candidat dès le premier tour sur les listes d’Anne Hidalgo, relativise : « Faire des alliances n’est pas une nouveauté, nous en faisions seulement beaucoup moins en 2014 en raison de la politique menée par François Hollande. » À Paris, Nantes ou Rennes (Strasbourg est une exception notable), EELV fait le choix de rejoindre, au second tour seulement, les maires socialistes sortantes. Une manière de signifier que ce parti ne veut plus être « le supplétif du PS ». Dans plusieurs villes, des socialistes ont dû s’asseoir sur leurs ambitions personnelles pour que la victoire revienne à leur camp ; à Marseille, où Benoît Payan s’est effacé devant Michèle Rubirola ; à Besançon, à Lyon, à Toulouse… Chez EELV, on cite encore et toujours Grenoble en exemple.

Mais ces élections portent aussi des incertitudes : les électeurs se rendront-ils aux urnes ? Que penseront-ils des alliances entre LREM et la droite traditionnelle ? Comment préparer le coup d’après ? Déjà au travail, nous dit-on, pour les élections régionales et départementales de mars 2021, les partis de gauche auront fort à faire pour entamer ce que les fans de football appelleront une « remontada ».

Read moreMunicipales 2020 : et si cette fois c’était la bonne…?

Municipales 2020. L’alternative peut venir des villes (communes et intercommunalités)

L’Humanité du vendredi 19, samedi 20 et dimanche 21 juin 2020

Face aux difficultés sociales accentuées par l’épidémie de coronavirus, les candidats de gauche et les écologistes en campagne pour le scrutin du 28 juin défendent nombre de mesures pour changer le quotidien.

Pendant la crise sanitaire, les maires ont été plébiscités : 75 % des Français ont estimé qu’ils avaient été à la hauteur des enjeux, d’après une enquête Odoxa, quand seuls 34 % pensent de même pour l’exécutif. En première ligne pendant le confinement, les édiles ont assuré l’approvisionnement en masques pour la population ou organisé matériellement la continuité scolaire. Ils ont aussi mis en place, en particulier dans les villes de gauche, des dispositifs de solidarité exceptionnels pour faire face à l’explosion du chômage, partiel ou non, qui a provoqué une hausse de la précarité. La crise a ainsi mis en lumière les failles des politiques libérales qui ont mis à mal les services publics, mais aussi la capacité des communes, pourtant elles aussi affaiblies par les gouvernements successifs, à prendre à bras-le-corps les situations d’urgence pour l’ensemble des citoyens.

Paradoxalement, alors que le second tour approche, les urnes pourraient ne se trouver que partiellement remplies, le 28 juin. Parmi les 16,5 millions de citoyens convoqués pour l’élection dans près de 5 000 communes, seulement 38 % déclarent avoir l’intention d’aller voter, selon un sondage Ifop. Le taux d’abstention historique pour les municipales observé le 15 mars (55,34 %) pourrait ainsi se voir amplifié, malgré des signaux sanitaires passés au vert. Les choix défendus par les candidats portent pourtant sur des questions cruciales pour le quotidien de chacun, dans une période de difficultés économiques et sociales accrues. Santé, éducation, droit aux loisirs ou encore logement… voici un petit tour d’horizon de ce que peuvent les villes face à la crise quand leur maire prend le parti de la solidarité.

Santé, des dispositifs de proximité (1)

Comme ils l’ont démontré face au Covid-19, les maires peuvent développer de nombreuses politiques pour prendre soin de la santé de leurs administrés. Ainsi, à Saint-Denis, le maire PCF Laurent Russier veut aller au-delà des quatre centres de santé municipaux qui accueillent chaque année 25 000 patients. L’édile souhaite ajouter un centre de santé mobile qui ira au-devant des citoyens, et créer une mutuelle communale. Cette solution, déjà testée à Montreuil et programmée à Dieppe, a pour but d’aider les habitants à faire face à leurs frais de santé, de façon solidaire. La gauche porte ces exigences dans de nombreuses villes. Ainsi, au Havre, le communiste Jean-Paul Lecoq veut créer un centre de santé et des équipes mobiles dans les quartiers. Il souhaite aussi, comme le maire de Saint-Denis, ouvrir une maison des aidants afin d’apporter soutien, formation et aide administrative à ceux qui aident un proche âgé ou en situation de handicap. La candidate de la gauche à Marseille, l’écologiste Michèle Rubirola, s’est fixé le même objectif, en plus de développer et soutenir les activités sportives à tous les âges. Car, la santé des citoyens passe aussi par une pratique sportive adaptée, une alimentation saine et équilibrée que les candidats de gauche veulent promouvoir, et un environnement sain, ce qui passe par la gratuité des transports en commun pour réduire la pollution, l’interdiction des pesticides et un retour de la nature en ville.

(1) NDLR : amplifier le rôle du Centre Communal d’Action Sociale, une des rares prérogatives laissées à la commune

Alimentation, un accès à une nourriture saine

Read moreMunicipales 2020. L’alternative peut venir des villes (communes et intercommunalités)

Les soignants et personnels du secteur de la santé étaient appelés à se mobiliser un peu partout en France ce mardi 16 juin pour dénoncer le manque de moyens à l’hôpital.

Aujourd’hui les personnels qui ont tant donné sont en colère.

Médecins, aides-soignants et infirmiers ont manifesté dans toute la France pour rappeler le gouvernement à ses promesses sur l’hôpital, en plein « Ségur de la santé ».

Plus de 220 rassemblements étaient prévus à l’appel d’une dizaine de syndicats et collectifs de soignants (CGT, FO, Unsa, SUD, Collectif Inter-Hôpitaux…).

Ils étaient plus de 1000 à être massés devant les locaux clermontois de l’Agence régionale de santé, avenue de l’Union-Soviétique. Ils réclamaient le soutien de la population. L’Atelier de gauche du canton de Beaumont est venu leur exprimer sa gratitude et les soutenir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Merci à Vincent Velilla pour toutes ces photos.

Vous pouvez en découvrir d’autres sur : https://photos.app.goo.gl/SXZYrupuwyAYan3q6

Élections municipales 2020- Droite beaumontoise : peut-on voter pour un candidat qui ne dit pas la vérité ? (2)

Dans le dernier tract de la liste « Beaumont demain avec vous ! » sous la plume de sa tête de liste, JP Cuzin, nous pouvons lire la phrase suivante :

« sans aucun soutien ni attache à l’égard des partis, la liste Beaumont demain avec vous fédère… »

Un peu d’histoire en trois dates et  trois photos :

  • La Montagne, le 27/03/2015

Mars 2015 :élections départementales

… Les socialistes Eric Egli et Dominique Molle s’en sont sortis sans trop de casse (22,9 %) mais il leur faudra, dimanche, un report arithmétiquement parfait pour couper la route du Conseil départemental au duo UMP Anne-Marie Picard-Jean-Paul Cuzin (34,7 %).

Un rappel : l’Union pour un mouvement populaire (UMP) est un parti politique français classé du centre droit à la droite de l’échiquier politique dont les 2 premiers dirigeants ont été Alain Juppé et Nicolas Sarkozy.

 

 

 

 

 

Read moreÉlections municipales 2020- Droite beaumontoise : peut-on voter pour un candidat qui ne dit pas la vérité ? (2)

Élections municipales 2020 à Ceyrat : nous appelons à la construction d’une vraie gauche

Après le « ni de droite ni de gauche » du maire sortant

Nous avons eu l’occasion de critiquer la politique à marche forcée de Laurent Masselot, digne représentant de l’Arrogant de la République, dont il a oublié le logo sur ses affiches électorales.

Sa majesté jupitérienne seule décide de tout et prétend gérer la municipalité en bon père de famille. Parlons-en ! Quel père dirait à son enfant : « Tu comprends, on ne peut soigner tes dents ou acheter tes livres scolaires, il nous faut  rembourser l’emprunt de la maison et en économisant sur ta santé et ta scolarité, nous la rembourserons plus vite ! » ?

Le « et de droite et de gauche » de l’opposition

La nature est vraiment bien faite. Elle semble avoir doté certains électeurs d’un appareil digestif capable d’avaler toutes sortes de couleuvres, mêmes les plus grosses !

Vouloir faire croire qu’il n’y aurait pas l’épaisseur d’une feuille de cigarette entre les programmes d’Anne-Marie Picard et d’Eric Egly, l’alliance opportuniste entre une droite confirmée et une gauche incertaine. Quel dommage qu’ils ne se soient ralliés dès le premier tour pour nous éviter cette farce électorale !

Nous appelons à la construction d’une vraie gauche

L’atelier n’a soutenu personne lors du premier tour et nous récidivons pour le second tour !

Refondation de la démocratie, solidarité, écologie et biens communs, travail et emploi, santé, éducation, culture, média, numérique,… Ces thèmes vous intéressent, vous voulez faire de la politique autrement, vous êtes les bienvenus à l’atelier.

A.S

Élections municipales 2020- Droite beaumontoise : Bas les masques ! (1)

Il faut saluer l’initiative de la Métropole qui, par l’intermédiaire de la commune, a eu la volonté de fournir des  masques   à l’ensemble des beaumontois.e.s

Ceux fournis par le Conseil Départemental étaient certes de bien meilleure qualité mais il n’y en avait que 3000 pour Beaumont. Pourquoi ?  La logique, ou le sens de l’intérêt général, aurait dû conduire le Conseil Départemental à se rapprocher de la municipalité pour organiser au mieux la distribution en expliquant comment les destinataires étaient choisis. Au lieu de cela, celles et ceux qui ont eu la « chance »  d’en avoir, ont eu en prime un courrier signé par les conseiller.e.s départementaux du canton, par ailleurs (cela n’aura échappé à personne) candidat.e.s à la Mairie de leur ville le 28 juin, et qui ont ainsi tenté de s’en attribuer le mérite ! Chacun.e appréciera la manière de procéder.

Cela aura surtout eu pour conséquence de faire réagir le Maire qui, grâce au président Les Républicains Laurent Wauqiez de la Région, a obtenu très rapidement les masques de la région.

Nous voyons là ce que sont et comment fonctionnent les listes qui se proclament a-politique : leurs têtes de liste respectives utilisent leurs « relations  et amitiés »  politiques pour servir leur campagne et leurs intérêts personnels.

Au final, ces événements auront permis de rappeler que la droite beaumontoise peut toujours essayer de se dissimuler derrière des masques plus ou moins verts, plus ou moins sociaux, toujours démagogiques : ceux-ci sont tombés. C’est bien toujours la même droite, au pouvoir depuis des années, pour qui l’objectif est de s’y maintenir ou de cumuler les mandats, et pour qui le clientélisme tient lieu de projet politique.

François Ulrich

11/06/20

RASSEMBLEMENT  16 JUIN 2020 à 11H devant l’AGENCE RÉGIONALE DE SANTÉ

Macron, Philippe, Véran,

ASSEZ DE MENSONGES !

NI MÉDAILLE NI CHARITÉ

Plus d’effectif, plus de salaire !

Les attentes des hospitaliers (soignants, administratifs, ouvriers, médico-techniques, techniques…) du CHU de Clermont-Ferrand comme dans tous les hôpitaux sont nombreuses et légitimes. Les revendications sont claires et largement exprimées par plusieurs services en grève depuis plus d’ 1 an !

Le gouvernement lance le « Ségur de la santé » tout en indiquant qu’il souhaite accélérer le rythme des réformes engagées qui ont imposé les fermetures de lits et les suppressions de postes :

RASSEMBLEMENT

 16 JUIN 2020 à 11H

devant l’AGENCE RÉGIONALE DE SANTÉ

( 60 Avenue de l’Union Soviétique, 63000 Clermont-Ferrand)

Lire le tract Intersyndical: 16-juin-tract-intersyndical-CHU

NOUS APPELONS LA POPULATION

à NOUS SOUTENIR ET à MANIFESTER AVEC NOUS

Le plus vieux désert du monde meurt pour les batteries de nos voitures « vertes »

6 mars 2020 – Sarah Roubato

Quand on parle des espaces en danger, on imagine volontiers les forêts et les espaces humides. Mais les déserts sont tout aussi essentiels. Dans le nord du Chili, le désert de sel Atacama est un trésor naturel, national et mondial. C’est le plus vieux désert de notre planète. Il est aussi le réservoir de la plus ancienne collection de météorites, certaines âgées de plus de 2 millions d’années.

Or ce désert détient 40 % des réserves mondiales de lithium, l’ingrédient principal utilisé pour… les technologies vertes ! Notamment les batteries pour recharger les voitures électriques et hybrides, qui ont donné un immense boom au secteur déjà bien sollicité par les demandes pour fabriquer les batteries des téléphones portables et des ordinateurs. C’est une véritable ruée vers l’or qui s’est déclenchée dans le « triangle du lithium », dans les déserts de sel de l’Argentine du Chili et de la Bolivie. Mais c’est bien le Chili qui reste leader avec des prix très attractifs dus à des conditions d’extraction optimales.

Pour extraire le lithium, le processus consiste à évaporer l’eau où il est contenu. Les mines assèchent donc le désert. Ce sont déjà 430 milliards de litres d’eau qui ont été perdus sur le seul plateau d’Atacama. Et comme le dit le sous-secrétaire de l’extraction minière Ricardo Irarrazabal Sanchez :

Read moreLe plus vieux désert du monde meurt pour les batteries de nos voitures « vertes »

Près de 400 personnes réunies place de Jaude à Clermont-Ferrand en soutien « aux victimes des violences policières »

Julien Moreau
Ce vendredi, à l’appel d’associations, de syndicats et autres collectifs, environ 400 personnes se sont réunies pour protester « contre les violences policières ».

Ce vendredi, à 18 heures, environ 400 personnes se sont réunies sur la place Jaude, à Clermont-Ferrand, pour manifester en soutien « aux victimes des violences policières ».

Plusieurs organisations syndicales telles que la CGT, Sud et Solidaires, des associations et des militants politiques étaient notamment présents. Mais également le collectif « Justice pour Wissam », ce Clermontois décédé en 2012 après avoir été interpellé (le dossier d’instruction est toujours en cours concernant cette affaire).

Affaire Wissam El-Yamni : l’instruction est bouclée, la famille craint un non-lieu (janvier 2020)

 

« Les violences policières n’arrivent pas qu’aux États-Unis, elles arrivent aussi en France et même à Clermont-Ferrand. Pas de justice, pas de paix », a déclaré la porte-parole du mouvement.

Julien Moreau

Photos : Rémi Dugne

Mathilde Panot : « Les forêts ne sont pas qu’un gisement de bois destiné à l’industrie »

http://www.humanite.fr/

Vendredi, 5 Juin, 2020

Mathilde Panot, députée FI et présidente de la commission d’enquête citoyenne et parlementaire « Forêts, biens communs », déposera, début juillet, une proposition de loi-cadre visant un changement de modèle de gestion forestière. Entretien.

Dans la forêt du Morvan, au cœur de la région Bourgogne – Franche-Comté, de grandes affiches vont se déployer à partir de ce vendredi 5 juin pour dire stop aux « coupes rases ». C’est ce massif de basses montagnes qu’ont choisi les associations SOS Forêt France et Canopée-Forets vivantes pour lancer une campagne nationale visant à interdire cette technique consistant à abattre l’intégralité des arbres d’une même parcelle, symptôme d’une industrialisation croissante de la forêt. La députée du Val-de-Marne, Mathilde Panot (FI), présidente de la commission d’enquête citoyenne et parlementaire « Forêts, bien communs », doit déposer une proposition de loi-cadre, début juillet, qui vise un autre modèle pour sauvegarder la biodiversité de ces lieux, sans pour autant mettre la forêt sous cloche. Entretien.

Depuis bientôt un an que vous êtes à la tête de la commission « Forêts, bien communs », vous vous penchez sur le sort des forêts. Qu’avez-vous observé ?

Mathilde Panot Les forêts sont à un carrefour, un peu à l’image de l’agriculture dans les années 1950-1960. On assiste à une industrialisation rampante : les exemples les plus emblématiques en sont le Morvan ou le plateau de Millevaches. Cette industrialisation repose sur un triptyque : monoculture – généralement des pins Douglas –, coupes rases et plantations. On entend souvent que la superficie des forêts augmente… les surfaces où des arbres sont plantés augmentent. Mais une plantation d’arbres n’est pas une forêt.

Ce modèle maltraite à la fois l’écologie, les hommes et les femmes. Les agents de l’Office national des forêts sont de plus en plus vus comme de simples « coupeurs de bois » et se trouvent dans une vraie souffrance. Dans le cas de l’agriculture, il n’y a pas eu de choix démocratique. Sur les forêts, on peut encore en faire un !

Read moreMathilde Panot : « Les forêts ne sont pas qu’un gisement de bois destiné à l’industrie »

Pétition : le magazine H2O doit rester une émission quotidiennne d’une heure !

La Direction de France Bleu Pays d’Auvergne a décidé d’arrêter l’émission H2O qui traitait pourtant, avec pertinence, des enjeux environnementaux locaux.
Cette décision est incompréhensible et elle est fort dommageable pour l’information des citoyens compte-tenu de l’état d’urgence actuelle climatique, environnementale et pour la biodiversité.
Nous regrettons que France Bleu annule une émission grand public de très grande qualité, formidablement animée par Christophe NOISEUX. Son professionnalisme et ses convictions apportaient une vraie plus-value à l’émission H20.

Nous avons besoin de plus de soutiens. Pour en savoir plus et pour signer, c’est ici:

http://chng.it/yPCTNJT449