Vendredis de la colère – contre la réforme de l’assurance chômage

Manifestation contre la réforme de l’assurance chômage applicable à partir du 1er juillet 2021

Cette manifestation fait partie du mouvement national d’occupation des théâtres et lieux culturels partout en France depuis le 04 mars dernier.

Organisée par Culture en Danger 63, la Coordination nationale des lieux occupés et soutenu par tous les syndicats.

– Perfomance Flight Case On Tour
– Stand de vaccination ANTI RAC’ 21 (Réforme Assurance Chômage)
– Prise de parole politique
– programme à compléter

La manifestation se déroulera dans le respect des gestes sanitaires en vigueur

Ce rassemblement est un RASSEMBLEMENT DÉCLARÉ en préfecture et nous avons besoin de votre présence physique pour les faire exister !

Selon les dernières directives gouvernementales, si vous habitez à moins de 10km de Clermont-Ferrand, vous pourrez vous rendre à la Marche Colorée avec un simple justificatif de domicile.

Si vous habitez à plus de 10km de Clermont-Ferrand, vous pourrez vous rendre à la Marche Colorée en téléchargeant et remplissant l’attestation ci-dessous.
https://bit.ly/3cIdJrL

210324_-_tract_UD_vendredi_de_la_colre-1

Non, la voiture électrique n’est pas écologique

Celia Izoard pour Reporterre

Mis à jour le 19 février 2021

Durée de lecture : 13 minutes

 

Cet article est le premier d’une enquête en trois volets que nous consacrons à la voiture électrique (voir à la fin de l’article les liens vers les autres articles)

[VOLET 1/3] Promue sans la moindre réserve par la classe dirigeante, l’auto électrique serait le véhicule «propre». Or, comme le montre Reporterre dans une grande enquête, de la production des batteries à leur durée de vie, en passant par le renouvellement du parc , le poids des véhicules et leur usage, le caractère écolo de l’auto électrique n’a absolument rien d’évident.

Premier volet : qu’en est-il des émissions de gaz à effet de serre?

Read moreNon, la voiture électrique n’est pas écologique

Vivante

http://www.humanite.fr/
Lundi 19 Avril 2021

 

Réunion de la gauche, samedi 17 avril 2021 à Paris

D’abord, un constat, qui procurera à n’en pas douter un peu de soulagement à beaucoup. La simple participation à la réunion initiée, samedi, par Yannick Jadot, montre que les formations qui y étaient représentées sont, quoi que chacune en dise, dépositaires d’un bien en partage avec les autres, qui les rassemble et les dépasse. Cet actif en commun, c’est la gauche. Celle-ci n’est donc pas morte. Écologistes, communistes, socialistes, insoumis et radicaux ne sont pas venus boire le thé ou jouer aux cartes, mais parler convergences et actions communes à l’approche de rendez-vous électoraux cruciaux. Preuve que chacun inscrit toujours son avenir à l’intérieur de cette grande famille maintes fois déchirée et recomposée, mais toujours vivante.

Ce n’est pas rien de le dire. Il y a peu encore, cela n’allait guère de soi pour un Yannick Jadot, par exemple, qui faisait tout son possible pour ne surtout pas être étiqueté de gauche. Voilà non seulement qu’Olivier Faure et lui claironnent leur volonté de conclure au plus vite un contrat d’union écolo-socialiste, mais que l’ex-tête de liste des Verts aux européennes se prend à rêver d’une coalition plus large sur sa gauche, avec les communistes et les insoumis.

Malheureusement, ce zèle ressemble surtout à une OPA sur l’union… et sur la primaire de son propre parti. Yannick Jadot est trop ambitieux pour qu’on le croie sur parole en train de faire primer les intérêts du rassemblement avant son propre destin. Passer pour le chantre de l’union, après avoir été celui de l’autonomie de l’écologie, est un bon produit d’appel, à l’heure où le rassemblement est réclamé par des électeurs soucieux que la gauche ménage ses chances de défaire la tenaille Macron-Le Pen en 2022. Pour y parvenir, encore faut-il ne pas laisser à l’arrière-plan l’ingrédient principal, celui auquel la gauche se heurte : l’accord sur les contenus et les programmes. Des pas ont été accomplis vers ce but. Mais l’opération du duo Faure-Jadot en éloigne.

Le projet Macron, c’est la privatisation du monde

https://www.youtube.com/channel/UC__xRB5L4toU9yYawt_lIKg?app=desktop BLAST – Le souffle de l’info

Gaël Giraud, né le , est un économiste et prêtre jésuite français. Spécialiste en économie mathématique, il a été économiste en chef de l’Agence française de développement (AFD) de 2015 à 2019.

lecture : 2 minutes 16

Gaffes ?

La Mort du duc d’Edimbourg

 

So british, indeed, si britannique avec son humour à froid qui ne s’embarrassait pas des convenances et faisait fi du politiquement correct.

« Il a sans doute été installé par un Indien.  » C’était à propos d’un compteur électrique défectueux, dans une usine en Écosse.

« On dirait que vous êtes prêt à aller au lit », ça s’adressait au président du Niger, à propos de sa tenue traditionnelle.

Des écarts, dit-on, des dérapages ou des gaffes aussi. Un peu racistes, mais… Il était comme ça, le duc d’Édimbourg, à qui le monde entier et Stéphane Bern rendent hommage.

«  Tu ne pourras jamais voler là-dedans, tu es trop gros », ça s’adressait à un gamin de 13 ans qui voulait devenir astronaute…

Pour rire. « D’abord, ils disent qu’ils veulent plus de loisirs et, maintenant, ils se plaignent d’être sans emploi. » C’était en 1981, à propos des chômeurs dont le nombre grandissait en Grande-Bretagne.

Sinon, président du WWF, il tirait volontiers le cerf après avoir chassé le tigre et le rhinocéros blanc…

On ne dit pas de mal des morts.

Maurice Ulrich

La justice fiscale n’est pas un « luxe »

Plutôt que de conditionner la population à la rigueur nécessaire pour sortir de la crise, rembourser la dette, poursuivre les réformes dans les services publics, appliquer la réforme de l’assurance chômage, s’engager vers la réforme des retraites souhaitée par Bruxelles, d’autres alternatives sont possibles, ne serait-ce que faire payer leur juste part d’impôt aux plus riches et aux multinationales qui fraudent et pratiquent l’évasion fiscale.

Selon OXFAN, les milliardaires français ont gagné 175 milliards d’euros entre mars et décembre 2020, soit l’équivalent de deux fois le budget de l’hôpital public.

Journal l’Humanité https://www.humanite.fr/inegalites-les-profiteurs-de-la-crise-sanitaire-au-sommet-des-grandes-fortunes-702820

 

Depuis la parution des scandales,  des « Panamas Papers »  en 2016 puis des « Paradise  Papers »  en 2017, les contrôles fiscaux se poursuivent mais avec des moyens en moins…d’après la Cour des comptes, 1733 emplois ont été supprimés pour la mission de contrôle  fiscal entre 2012 et 2016.

Pourtant, selon un rapport remis le 25 septembre 2019 à l’Assemblée nationale, les contrôles fiscaux ont permis de récupérer 372 millions de droits et de pénalités, l’équivalent de 24 écoles primaires de 20 classes  ou de 2 grands hôpitaux publics.

Read moreLa justice fiscale n’est pas un « luxe »

Démantèlement d’EDF (projet Hercule): le gouvernement joue cartes sous table (3)

Par

« Il n’y aura pas de scission, il n’y aura pas de privatisation », a soutenu le PDG d’EDF le 10 avril. Mediapart publie une note du gouvernement, adressée le 9 avril aux syndicats, qui dit tout le contraire: l’exécutif veut privatiser au plus vite la partie la plus rentable du groupe.

Pour la première fois depuis deux ans et demi, le gouvernement a transmis un écrit sur ses projets pour EDF. Vendredi soir, les syndicats ont reçu une note blanche de trois pages, sans en-tête, ni signée ni datée, censée présenter le détail de la réforme de l’électricien public. Elle était supposée rester confidentielle. En moins de vingt-quatre heures, elle a commencé à faire le tour d’EDF, ce que le gouvernement avait manifestement anticipé.

Car cette note (voir plus bas) est curieusement inconsistante : elle n’aborde aucun sujet de fond. « Il n’y a rien dans cette note. Cela confirme tout ce que nous dénonçons depuis deux ans », dit Sébastien Menesplier, secrétaire général de la fédération CGT Mines-énergie. « Rien n’a changé depuis des mois, si ce n’est des virgules et des changements de noms, sur lesquels, très généreusement, les salariés seront consultés ! C’est carrément insultant, comme si on était des enfants qu’il fallait occuper pendant que les adultes traitaient des questions sérieuses », s’énerve de son côté Anne Debrégeas, responsable Sud Énergie.

« Hercule n’existe plus [le gouvernement a dit avoir abandonné le nom de code de son projet – ndlr]. On a Héraklès à la place », ironise Alexandre Grillat, responsable CFE-CGC d’EDF. « Il n’y a rien dans cette note. Toute l’organisation d’EDF procède d’un accord avec la Commission européenne, or rien n’est dit à ce sujet. Comment peut-on penser réformer EDF sans savoir les conditions imposées par Bruxelles ? Pour le reste, rien n’a changé par rapport aux informations qui nous ont été données auparavant. C’est pitoyable », grince-t-il.

Alors que le gouvernement annonce son intention de réorganiser le premier service public français, censé jouer un rôle majeur dans la stratégie énergétique, il n’a rien à dire à ce sujet. Juste qu’il entend « conserver ses missions de service public ». Pour le reste, il continue à être dans le flou.

Read moreDémantèlement d’EDF (projet Hercule): le gouvernement joue cartes sous table (3)

Des nouvelles du conseil municipal du 23 mars 2021 que vous ne lirez pas dans la presse …

Corrigeons une erreur du journal local :

Et pour cause ! Contrairement au compte rendu de La Montagne, les comptes administratifs 2020 n’ont pas été approuvés à l’unanimité ! Notre groupe Uni.e.s pour Beaumont , ayant voté contre le budget primitif 2020, a logiquement voté contre ces comptes administratifs…

L’examen du budget primitif de Beaumont :

Le point essentiel de ce conseil municipal était évidemment l’examen du budget primitif de notre commune. Nous nous étions exprimé sur les choix politiques de la majorité lors de la présentation du Rapport d’Orientations budgétaires lors du conseil précédent (http://atelierdegauche.fr/?p=10399). Je n’y reviendrai pas en détail, mais on peut remarquer que la colère de certains habitants du centre bourg pourrait être attisée à la lecture de ce budget. En effet il est prévu 15 000€ pour l’aménagement des points noirs déchets centre bourg et 50 000€ pour des travaux de sécurisation de l’impasse del Pla, ce qui représente au total 2 % du budget d’investissement de notre commune ; à rapprocher des 375 000€, soit 12,5 % du même budget, prévus pour l’aménagement du parking du stade de l’Artière.

Les tarifs municipaux :

Read moreDes nouvelles du conseil municipal du 23 mars 2021 que vous ne lirez pas dans la presse …

Le projet INSPIRE : les analyses de l’Atelier de gauche

Le projet « InspiRe » est un projet de restructuration du réseau de transport en commun surle territoire de Clermont Auvergne Metropole

CEPENDANT, le projet INSPIRE concerne peu (pas) les communes de l’ouest et du sud-est de Clermont Auvergne Metropole. Il s’inscrit dans le droit fil du Plan D’Urbanisme de Clermont-Ferrand (vote à Clermont début 2019 -).

Un projet sur les Transports en commun (TC) et mobilités semble devoir intégrer 2 exigences minimales :

ne pas être « punitif », être anticipatif.

  • Ne pas être punitif.

Comment faire ?

Tout d’abord, la gratuité des TC.

Read moreLe projet INSPIRE : les analyses de l’Atelier de gauche

Mars 2021 : LE JOURNAL DE L’ATELIER DE GAUCHE et SES DOSSIERS.

Le virus frappe toutes les catégories sociales mais surtout les plus précaires. Nous avons besoin d’un modèle économique axé sur le bien public. Aussi dans ce dossier, nous abordons deux biens communs : l’eau et  le chauffage urbain, enjeux de solidarité.

Téléchargez le JOURNAL DE L’ATELIER DE GAUCHE MARS2021

Voir les dossiers abordés dans le journal et développés sur notre blog :

L’Atelier de gauche vous informe et en débat avec vous. Bonne lecture et n’oubliez de réagir en laissant vos commentaires sur le blog.

La Commune de Paris, une vie courte, un héritage riche

150 ans après, l’histoire de la Commune est ineffaçable malgré les efforts des pouvoirs capitalistes.

Elle a fait rêver dans le monde entier et ses décisions révolutionnaires sont impressionnantes, entre autres :

  • Liberté de la presse
  • Inspection du travail
  • L’école laïque
  • L’enseignement professionnel
  • La séparation de l’Église et de l’État
  • L’égalité de salaire entre les hommes et les femmes

Read moreLa Commune de Paris, une vie courte, un héritage riche

Plus de 230 personnalités politiques exigent « une vraie loi » pour le climat

Alors que le projet de loi « climat et résilience » est examiné à l’Assemblée nationale depuis le 29 mars, plus de 230 personnalités politiques dénoncent un texte qui n’est pas à la hauteur de l’urgence et se mobilisent pour appeler à « une vraie loi climat ».

Yannick Jadot, Olivier Faure, Delphine Batho, Danièle ObonoMatthieu Orphelin, Sophie Taillé Polian, Noël Mamère, Clémentine Autain, Jean-Luc Mélenchon, Fabien Roussel,  Anne Hidalgo, Eric Piolle, Sébastien Jumel, Benoît Hamon ou encore Corinne Lepage… Au total, plus de 230 personnalités politiquesde l’oppositionpublient une tribune vendredi 26 mars sur le site de franceinfo pour dénoncer le manque d’ambition du projet de loi « climat et résilience » qui sera examiné par l’Assemblée nationale à partir de lundi prochain.

Dans ce plaidoyer pour « une société dans laquelle on se nourrit mieux, où l’on respire mieux et où notre travail fait sens », ils déplorent notamment la trop grande absence des propositions issues de la Convention citoyenne pour le climat – l’Assemblée nationale a récupéré « un projet de loi amoindri », écrivent-ils – et l’impossibilité pour les parlementaires « de remplir pleinement leurs fonctions ». Ils rejoindront les marches qui s’organisent un peu partout en France dimanche 28 mars, dont une à Paris, pour exiger « une vraie loi climat ».

Read morePlus de 230 personnalités politiques exigent « une vraie loi » pour le climat

Les retraités veulent vivre ! Le 31 mars, journée d’action

Le 31 mars : retraités et retraitées mobilisons-nous, faisons entendre notre voix et participons nombreux et nombreuses à la journée d’action.

Rendez-vous est fixé à 14h00 au carrefour des Martyrs et de la Résistance à Chamalières.

Manifestation au départ de la rue Blatin, en direction de la place de Jaude où aura lieu un rassemblement avec prises de parole

Depuis de nombreuses années, les retraités, par le blocage des pensions accompagné d’une augmentation de la fiscalité et d’une explosion des prix, subissent une érosion de leur pouvoir d’achat les emmenant de plus en plus vers la précarité.

Face à cette situation, l’augmentation des pensions pour vivre décemment, est une urgence.

De la même manière, la prise en charge de la perte d’autonomie est indissociable d’une approche globale de la santé. Elle doit être reconnue dans la branche maladie de la Sécurité sociale avec un financement par les cotisations sociales.

D’autre part, pour une vaccination de toutes et de tous, le vaccin doit être gratuit et produit massivement. Nous demandons la levée de la propriété privée sur les brevets de vaccins.

Outre cela, nous nous opposons à l’âgisme, à l’incitation à opposer les générations entre elles pour masquer la responsabilité de ceux qui ont pendant des années asphyxié l’hôpital et taillé dans les ressources de la Sécurité sociale.

Enfin, les services publics doivent répondre aux besoins de toutes et tous, avec le maintien des guichets et des accueils physiques dans les administrations, et particulièrement dans le domaine de la santé, de l’action sociale, des transports et du logement.

C’est dans ces expressions et exigences revendicatives que les 9 organisations syndicales et associations de retraités (CGT – FO – FSU – Solidaires – CFTC – CFE-CGC – Ensemble et solidaires – FGR-FP – LSR) appellent à une journée nationale de rassemblements, d’actions et de manifestations dans tous les territoires le 31 mars 2021.

Dans le respect des gestes barrière et du port du masque.

Une délégation des 10 organisations sera reçue le matin par le directeur de l’Agence Régionale de Santé.

« Soigner encore » (cover Danser encore-HK) Feat Alee, Corinne Masiero, soignants CHU Rennes et Nice

Clip présenté par le Collectif Inter Hôpitaux de Rennes en collaboration avec le syndicat CGT du CHU de Nice, en featuring avec Alee et Corinne Masiero.

Nous tenons à remercier très sincèrement :
– Alee et Delphine pour tout le temps passé, les enregistrements, les conseils, la gentillesse, sans qui ce projet n’aurait jamais pu se réaliser
– Erwann du pied de la pompe et Max du P’tit son pour la basse et l’accordéon
– Corinne Masiero pour avoir fait le lien entre culture et santé : Big up Corinne, No Culture No Futur!!!
– Pierre Perret
– Guillaume Meurice
– Pierre Emmanuel Barré
– Giedré
– Ariane Ascaride

Read more« Soigner encore » (cover Danser encore-HK) Feat Alee, Corinne Masiero, soignants CHU Rennes et Nice

 » Pas essentiel, culture en danger. « 

Soixante dix lieux de culture sont occupés en France. Le mouvement a été lancé au début du mois de mars au théâtre de l’Odéon à Paris. Depuis, la colère se répand.

De plus en plus de théâtres sont occupés: Alès, Amiens, Angers, Aubervilliers, La Courneuve, Auch, Aurillac, Avignon, Besançon, Bordeaux, Bourg-en-Bresse, Brest, Caen, Calais, Chambéry, Châteauroux, Clermont-Ferrand, Die, Dijon, Grenoble, Ivry, La Rochelle, Lannion, Laon, Laval, Le Havre, Le Mans, Lille, Limoges, Lorient, Lyon, Marseille, Mende, Millau, Mont de Marsan, Montpellier, Montreuil, Nantes, Nice, Nîmes, Niort, Noisy-le-Sec, Noyon, Orléans, Paris, Pau, Périgueux, Perpignan, Poitiers, Reims, Rennes, Rosny-sous-Bois, Rouen, Saint-Brieuc, Saint-Denis, Sainte-Clotilde La Réunion, Saint-Etienne, Saint-Nazaire, Strasbourg, Tergnier, Toulouse, Tours, Tulle, Valence, Villeurbanne

manifestez votre désir pour la culture

Printemps Inexorable

À l’heure où les acteur·rice·s du secteur culturel s’unissent plus fortement, que les occupations de théâtres par les coordinations intermittentes se multiplient et que notre syndicat, nous nous lançons une tribune afin que chacun puisse s’exprimer et s’unir à la mobilisation.

Si comme eux, vous souhaitez manifester votre désir de culture, envoyez-nous vos textes par mail sur billetterie@lacomédiedeclermont.com notre site internet sera l’un des relais de vos prises de paroles.

Votre présence à nos côtés nous est chère et essentielle !

un petit sourire…

Ecriture, voix des trois personnages et montage : Loïc Richard

Ceux dont on ne parle jamais au journal télévisé du soir

Au boulot n°532 chronique hebdo dans l’Humanité dimanche 11° année 

Sur un chantier à Villepinte, alors que deux salariés procédaient a leur chargement un des  poteaux d’un poids de 10 kg a été projeté, heurtant la tête de la victime, debout derrière le camion, qui a succombé à ses blessures. Selon l’enquête, l’employeur n’avait prévu aucun mode opératoire pour la manutention.

Trois salariés au château de Vaux le Vicomte étaient chargés de retirer les branchages qui obstruaient des buses situées sous un pont. Resté seul à un moment, pendant qu’était cherché un chariot élévateur, l’un d’entre eux a été retrouvé dans l’eau, coincé dans une buse dans laquelle il a été happé après être tombé.

Un salarié a chuté mortellement d’une hauteur de plus de 10 mètres dans la trémie intérieure de l’échafaudage d’un chantier à Paris : un défaut de garde-corps a été constaté.

Sur le chantier de construction de la tour Hekla à La Défense, un salarié a été mortellement écrasé par un ascenseur de chantier alors qu’il se trouvait sur une nacelle élévatrice.

A Enghien-les-Bains un salarié intervenait dans un transformateur suite à une coupure de courant dans le secteur privant d’électricité plusieurs riverains. Il a été victime d’un arc électrique.

Lors de travaux sur des canalisations de gaz à Choisy-le-Roi un salarié a eu besoin d’aller aux toilettes. Pour se cacher de la vue des automobilistes, il a pénétré dans une bouche d’égout à proximité d’une grille. La grille a cédé et le salarié a fait une chute de 12 mètres dans les égouts. Sur le chantier, prévu pour durer 2 jours, il n’y avait aucune des installations prévues par le code du travail : pas de cabinet d’aisance, de local vestiaire, ni de restauration ou de véhicule de chantier aménagé. Les questions de sanitaires sur les chantiers sont d’autant plus importantes que les restaurants ou cafés, dans lesquels les salariés n’ayant pas de base-vie se rendaient, sont fermés en raison de la pandémie.

Des faits divers ? Non, ils ne font jamais la « une ».

Gérard Filoche