Dernier conseil municipal de Beaumont : à quoi peut servir le local de l’ancien bureau de poste situé place du Parc ??? (suite)

Au dernier conseil Municipal de Beaumont, la majorité municipale a voté l’extension des caméras de surveillance place du Parc.

Savez vous que depuis trois ans les habitants de St jacques ( dans le quartier prioritaire) paient 1€ de charge pour avoir un service dit de tranquillité) ; ce service est reconduit avec augmentation de 100%. L’état, les bailleurs, la ville veulent étendre ce service à tous les Quartier Prioritaire de la politique de la Ville (QPV) de Clermont-Ferrand à 2€. Ce service est actif de 17h à 24h ; il n’est pas question d’une gestion humaine puisqu’il n’y aura aucune création d’emploi de policier ou d’agent de proximité.

Les associations de locataire ont décidé de ne pas signer et veulent que ce soit les locataires qui se déterminent. L’état se désengage, les bailleurs fuient leurs responsabilités :

Tout ça pour dire que moins de gardiens dans les bâtiments, moins  de commissariats dans les quartiers, plus de frais pour les plus faibles ce doit être vers cela que nous mènent le maire de Beaumont et Monsieur CUZIN, son 1er adjoint, responsable de la sécurité. Caméras en plus sur St jacques ou place du parc, moins de police,…plus de trafic. Oui les gens ont besoin d’être rassurés mais à ce rythme bientôt la milice.

Dernier conseil municipal de Beaumont : à quoi peut servir le local de l’ancien bureau de poste situé place du Parc ???

La délibération portant sur le rapprochement entre « La Poste » et la municipalité pour l’ utilisation  du local de l’ancien bureau de poste situé place du Parc a fait réagir notre groupe

Ce local servira de relais pour la transmission des images prises par les futures caméras de surveillance qui vont être installées sur cette place.

Depuis que N.Sarkosy a supprimé  la police de proximité, tout a été fait pour persuader les populations que leur salut est dans la vidéo protection.

Depuis les rapports entre la population et les forces de l’ordre se sont terriblement dégradées, la peur a remplacée la confiance , les violences policières se sont amplifiées et dans le même temps des policiers se suicident, dans l’impossibilité d’incarner le rôle que l’on leur fait jouer aujourd’hui

Détournement des slogans pour un retournement des esprits :

  » Pas de problème, La Poste est là  » sauf lorsque sur cette place on avait besoin de ses services postaux

 « Développons la confiance  » mais plutôt à la manière bien spéciale du serpent KAA avec Mowgli dans le livre de la jungle.

  » Bougez avec La Poste  » mais pas trop vite que les caméras puissent bien vous identifier

 » On a tous à y gagner  » surtout les fournisseurs de matériels de vidéoprotection

et pour finir

  » Ce que l’avenir vous promet,de pire bien sûr  La Poste vous l’apporte « 

et Beaumont y participe !

Approfondissons cette réflexion avec un livre de Laurent Mucchielli « ENQUÊTE SUR LE BLUFF DE LA VIDÉOSURVEILLANCE : Comment la vidéosurveillance a conquis les territoires et les esprits ? À quoi sert vraiment la vidéosurveillance ? Comment évaluer la vidéosurveillance ? La vidéosurveillance, un écran de fumée ?« 

quelques commentaires dans cette courte video :

https://www.armand-colin.com/itw-video-avec-laurent-mucchielli-vous-etes-filmes

11 novembre 2018 : seul le refrain de La Marseillaise a été joué aux monuments aux morts de Beaumont.

Un protocole poussiéreux  indique comment  l’Hymne national français doit être interprété lors de  chaque cérémonie nationale.

C’est à dire  que La Marseillaise est jouée en entier à l’occasion des honneurs aux emblèmes militaires , mais seul le refrain est interprété après les couleurs et par contre   après la minute de silence on a droit au  refrain et à un couplet.

Tout cela peut varier également selon les personnes représentantes de l’état présentes ou non à la dite cérémonie.

Donc en ce jour particulier du 11 novembre 2018, pourtant mis particulièrement en avant depuis d’ailleurs 4 ans en raison du centenaire de la fin de l’une des plus abominables  boucheries de notre histoire, seul le refrain de La Marseillaise a été joué aux monuments aux morts de Beaumont.

 Les plus jeunes, venus plus nombreux que d’habitude, et qui assistaient sans doute pour la première fois à une cérémonie commémorative ont du être un peu surpris.

 Alors comme ça, la Marseillaise serait réservée aux matchs de foot, aux courses de moto  et autres championnats sportifs?

 Et les bonnes âmes qui s’émeuvent que des joueurs ne connaissent pas les paroles de notre hymne national ne disent rien de cet échantillon de Marseillaise chichement attribué   aux  soldats « morts pour la Patrie » ?    

On ne peut alors que penser à  Anatole France et à sa fameuse phrase « on croit mourir pour la patrie, on  meurt pour des industriels « 

Même les pseudos hommage à ces pauvres soldats se terminent finalement en eau de boudin*.

 

 

 

 

* le boudin, la guerre et la finance, on n’en sort vraiment pas

Au moment de la guerre du Mexique , vers 1860, la France de Napoléon III avait de gros intérêts dans ce pays et y avait donc envoyé des troupes dont des légionnaires. Mais le roi du très jeune royaume de Belgique ne voulut pas que des soldats belges participent à ce conflit pour des raisons politico-familiales. Au moment de l’embarquement on fit sortir des rangs les légionnaires belges qui furent alors taxés par les autres légionnaires de dégonflés  .

D’où la fameuse chanson des légionnaires « tiens voilà du boudin »

Pollution de l’Artière

Paradoxal, non ?

 A l’heure où ruisseaux et rivières s’assèchent dans notre beau pays, l’Artière élève son niveau !

 Depuis le joli mois de mai, ce bien commun qui serpente au beau milieu de nos communes est un égout à ciel ouvert. La flore est remplacée par tout ce que peut évacuer le citoyen lambda en matière d’eau grise ; quant à la truite, elle est remplacée par de magnifiques muridés qui remontent notre atypique Artière. Certes nos édiles nous vantent la renaturation de l’Artière ou l’inauguration du premier bassin de stockage à grand renfort d’images … mais faut il prévenir ou  guérir ? A se demander s’il ne vaudrait mieux pas canaliser et enfouir le ruisseau, évitant par là même, la prolifération de bassins de rétention et  augmentant ainsi la capacité de nos communes à densifier l’habitat urbain. Peut être un futur programme.   

 Pour information. En 33 ans de présence en tant que riverain, c’est la toute première fois qu’une pollution aussi longue en intensité et durée est visible. Depuis début mai de façon intense, le ruisseau augmente de volume et pendant des jours entiers charrie ce que l’on est censé trouver dans un collecteur. Même les orages et pluies intenses de juin n’ont réussi à laver le cours d’eau. Alors que le niveau est très bas, le ru (il faut bien l’appeler ainsi) est touché de façon dramatique (vers d’eau, truites…) les odeurs en plus. Après une accalmie de quelques jours, de vendredi à jeudi 02 aout, le mal est revenu. A force de persévérance, le bon interlocuteur  a été trouvé et une relation s’est nouée pour alerter et apporter des solutions (certes provisoires) … en attendant mieux.

 

Christian Bernaud

Le mouvement des cheminots vu par Mourad Boujellal, Président du RCToulon : des propos venimeux, voire haineux et totalement hors sujet.

A l’occasion du match  du RCT lors de la 24eme  journée du TOP 14,  le Président du RCT affiche clairement ses positions. OK. Comme les medias relaient ses propos sans le moindre recul, rappelons la réalité.

Le contexte

Samedi 14 avril 2018, le RCT joue un match important face à l’équipe de Montpellier. Ce match, à la demande du RCT, se déroule à Marseille. Il est évident que la grève des cheminots peut perturber les déplacements de ses supporters. M. Boujellal s’en offusque.

Les mots de M. Boujellal

Ils sont d’une violence hors de propos pour un président de club sportif. Ainsi, parlant de Ph. Martinez, responsable national de la CGT, il énonce « il n’a jamais vu un voyageur de sa vie ni même un TGV. Il n’est personne pour décider ». Le reste est à l’avenant : venimeux, voire haineux et totalement hors sujet.

Il n’empêche : certains media se complaisent à relayer ces propos. Sans apporter les quelques précisions suivantes qui, pourtant, éclairent  les propos de M. Boujellal.

Les précisions nécessaires

Voici quelques années, dans les colonnes du journal « Le Parisien »,  quelques infos sur la situation personnelle de M. Boujellal étaient communiquées. Rappel : M. Boujellal est alors propriétaire de biens immobiliers, d’une Ferrari 430 spider Modena d’une valeur de 190 000 €, d’une Maserati Gran Tourismo de 150 000 € et exhibe une montre Breitling en or sertie de diamants…etc. N’en jetez plus.

Inutile d’en rajouter, mais …

Que M. Boujellal soit contre l’action des cheminots : c’est son droit.

Qu’il s’aligne sur la position d’E. Macron, président des riches, c’est son droit.

Par contre, que les media reproduisent ces propos sans aucun recul, sans aucune information : voilà le problème.

 Cette anecdote confirme qu’il faut toujours être vigilant face à l’exploitation politicarde du sport. Ne soyons pas dupes de toutes manipulations de ce genre.

Bianchi, Président de Clermont-Auvergne-Métropole (CAM) « enfume »

 Parmi les arguments avancés pour « son stade mégalomaniaque » O. Bianchi met en avant (entre autres suggestions stupéfiantes) la possibilité que ce grand stade accueille des demi-finales de coupe d’Europe de rugby. Manœuvre désespérée ou astucieuse ?

Un aveu : ici, la culture sportive de référence, c’est le rugby

Bianchi adresse donc des clins d’œil aux amateurs de rugby. La manœuvre peut sembler habile. Sauf qu’elle confirme de fait que la culture « foot » est, ici, derrière la culture rugby, ce qui discrédite son projet de base.

Cet appel du pied aux amateurs de rugby est passablement hypocrite puisqu’elle incite certains à rêver de rencontres de haut niveau européen. En plus, O. Bianchi doit ignorer la réalité.

Quelques rappels « techniques »

  • Le règlement de l’ERC (organisatrice de le Coupe d’Europe de rugby) interdit à un club de recevoir en demi-finale. Donc, pas de match sur Clermont avec l’ASM-CA.
  • Pour accueillir une demi-finale de coupe d’Europe de rugby, un stade doit respecter certains standards. C’est dans ce cadre que O. Bianchi se situe.
  • Mais, il faut surtout qu’un club qualifié et bénéficiant de l’avantage du territoire émette un choix.

La perspective d’un grand match européen de rugby à Clermont est pratiquement nulle.

 Bref, une fausse « bonne » idée et un mauvais prétexte

Certains se raccrochent à cette « idée » pour justifier l’injustifiable. Pourquoi quelques élus, sachant cet argument nul et non avenu, y recourent-ils ? Pour faire avaler leur vote « suiviste » sur le Grand Stade le 4 mai prochain ? Par faiblesse ? Par peur de perdre quelques avantages ?

Et peut-être pire encore

Devant les critiques croissantes contre une dépense colossale en investissement et une charge financière constante en fonctionnement, il n’est pas exclu que O. Bianchi change encore son fusil d’épaule en proposant un projet plus modeste.

Mais alors, l’argument d’un stade permettant d’accueillir des rencontres de rugby de niveau européen est mensonger.

Pire, cela révèle une inconstance inquiétante.

Pour faire avaler la pilule, O. Bianchi risque d’envisager une option initiale moindre. Ordre, contre-ordre = désordre

On voit le niveau d’amateurisme, d’impréparation sur ce dossier mal défini et le danger d’un tel engrenage.

Soyons optimistes et bagarrons-nous

Un nombre croissant  de voix s’élèvent contre ce gaspillage absurde. Il faut que le vote du 4 mai à Clermont-Auvergne-Métropole le rejette.

Chacun.e. peut et doit peser sur le vote des représentants de sa commune. Demandez quel sera leur vote. Insistez. Exigez des explications. Refusez les promesses douceureuses et apaisantes. Rappelez à vos élus qu’ils devront rendre des comptes à chaque dérive, à chaque dépense inutile. Remplissez votre rôle de citoyen.ne.s conscients et lucides.

On peut éviter une absurdité. Alors, allons-y. C’est urgent.

C’EST LUI QUI LE DIT

Voici quelques semaines, le 1er ministre E. Philippe donnait une interview au Financial Times (journal de la finance         britannique). Peu d’échos en France sur cet entretien. Il est pourtant très intéressant. La preuve.

Politique pour les riches : E. Philippe indique « La France    réfléchit à une réduction  d’impôts pour les riches ». Voilà qui est clair et sans les discours tordus qui nous sont servis en France.

Politique de droite :  Citons le Financial Times : «Quand on lui suggère que le projet du gouvernement pour un marché du travail plus flexible, des réductions d’impôts pour les         entreprises sont toutes des mesures de droite, Monsieur   Philippe éclate de rire :  » yes, what did you expect ? »

« OUI, à quoi vous attendiez-vous ?  »

C’est limpide. Sans commentaire et sans appel.

Pierre Cassan

Conseil municipal de Beaumont : un conflit d’intérêt ?

Au conseil municipal de Beaumont, suite à l’annonce des  suppressions d’emplois prévues par l’entreprise Michelin, François Ulrich et moi  avons présenté un vœu demandant l’annulation de l’exonération de 900 000€ d’impôts sur les bâtiments accordée en 2016 par le Conseil Communautaire à l’entreprise Michelin.

Le Maire a déploré que nous voulions, à l’instar  de certains député-e-s  à l’assemblée nationale, transformer le Conseil Municipal en théâtre !

Il est intéressant de constater que la défense des intérêts   des salariés, des demandeurs d’emploi, des familles  est assimilé par la droite à un mélodrame ou à une  bouffonnerie.

Comme mon passage à l’Atelier Théâtral Riomois  dans les années 70 n’a pas marqué les esprits,  je ne me suis pas engagée dans une joute oratoire qui n’aurait convaincu que ceux et celles qui l’étaient déjà.

Je me permets ici seulement une question :

Que le premier adjoint, par ailleurs salarié de Michelin, prenne la parole pour expliquer le bien fondé de la politique de cette entreprise et la logique des aides financières qui lui sont attribuées, cela ne s’appelle -t-il  pas un conflit d’intérêt ?

Christine Thomas

Inquiétudes et « alertes » du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel)

Rappelons : le CSA est chargé de veiller au respect de diverses règles quant au fonctionnement des chaînes d’info et radio. Outre les attributions de réseau, il exerce un contrôle sur des faits de société. Ex  : protection des jeunes, respect de la dignité de la personne humaine, rigueur dans le traitement de l’info, expression pluraliste des courants d’opinion.

Au titre de cette dernière attribution, le CSA comptabilise les temps d’expression dévolus aux candidats à l’élection présidentielle.

Une précision technique

Tout d’abord, signalons que sont comptabilisés au crédit des candidats les temps d’antenne dudit candidat et ceux de ses soutiens. Les interventions opposées ne sont pas  (logiquement) intégrées dans ces temps.

Les temps ci dessous relevés par le CSA sont donc des temps de soutien.

Read moreInquiétudes et « alertes » du CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel)

Caricature Macron : la HONTE

 Voici peu de temps, dans un de nos billets d’humeur nous écrivions : « Les media nous vendent un nouveau produit politique : le Macron. Jeune et « moderne». Qualificatif qui n’a aucun sens »….etc. Ensuite, nous citions des soutiens en rappelant leurs états de services, leurs engagements passés, leurs choix politiques. Bref nous démontrions que les soutiens politiques à E. Macron n’avaient rien de cohérent, sauf la défense d’intérêts bien opposés à ceux du peuple.

Nous maintenons notre analyse.

PAR CONTRE, la présentation de la « galaxie Macron » faite le 10 mars 2017  par l’équipe de campagne de F. Fillon et publiée sur twitter constitue un scandale et rappelle de nauséeux souvenirs.

Rappel des faits

10 mars 2017 : pendant plusieurs heures, sur Twitter, l’équipe de campagne de F. Fillon expose une affiche « la galaxie Macron ». En son centre, E. Macron est caricaturé selon les standards des publications de l’extrême-droite européenne dans les années 1930,    à savoir avec une connotation raciste (anti-sémite).

Read moreCaricature Macron : la HONTE

Comment peut-on dire une chose et faire son contraire en une semaine ?

Lnouvelle-image-1e scandale du « Penelope Gate » aurait pu n’être le fait que d’un seul homme et aurait dû entraîner son retrait…

Mais il est bien plus grave et révèle la faillite d’un système, d’une Vème République qui n’en finit pas d’agoniser et fait vaciller la démocratie.

Qu’est-ce qu’un candidat à la présidence de la République qui en appelle au « peuple » contre les juges ?

Qu’est-ce qu’un candidat qui promet une purge anti-sociale sans précédent et qui ne mesure ni l’indécence des salaires qu’il a attribués à son épouse, ni celle de se faire offrir en un an des costumes pour l’équivalent d’une année de salaire d’un salarié au SMIC ?

Et cette perte du sens commun, de « la décence ordinaire » pénètre jusqu’au plus profond de sa famille politique. Une preuve ?

Le 5 mars 2017, Jean-Paul Cuzin, conseiller départemental du canton de Beaumont-Ceyrat-Saint-Genès-Champanelle, soutien affiché d’ Alain Juppé pendant les primaires de la droite, déclarait son rejet de François Fillon : «Orgueil, aveuglement et mépris ne peuvent fonder un programme pour la France  […] l’orchestration par Sens Commun du rassemblement de dimanche à Paris et pour moi l’élément de trop ».

Read moreComment peut-on dire une chose et faire son contraire en une semaine ?

Macron : l’avenir à reculons

 nouvelle-image-1Les media nous vendent un nouveau produit politique : le Macron. Jeune et « moderne». Qualificatif qui n’a aucun sens. Ou un sens dramatique pour l’immense majorité du peuple. Tout ce qui démantèle les acquis protecteurs des salariés est désormais moderne. Regardons de plus près certains soutiens du produit Macron. Edifiant. Quelques exemples.

 Donc quelques soutiens « du Macron ». Soutiens dont il fait peu la promotion (ce qui atteste de sa part d’une certaine lucidité) . Petit catalogue non exhaustif, par ordre alphabétique.

Read moreMacron : l’avenir à reculons

Le peuple a-t-il vocation à toujours souffrir ? (1)

nouvelle-image-1Charles, au secours ! Ton royaume prend l’eau de toute part. Ils sont devenus fous ! Est-ce la  consanguinité ?

Les mites ont attaqué l’ouvrage de Pénélope,  certains vassaux font défection ; quant au dauphin, il s’accroche  comme une moule à son rocher.

Il faut changer de dynastie et vite.

Read moreLe peuple a-t-il vocation à toujours souffrir ? (1)