Islamo-gauchisme ? Les dynamiques de la haine et de la fragmentation sont à l’œuvre.

http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/

Voici quelques temps que le terme « islamo-gauchisme » sort de la bouche de nos gouvernants.

Mais quel est ce thème si barbare, qui est visé par ce terme par nos gouvernants ?

Autrefois utilisée par la frange d’extrême-droite, l’expression « islamo-gauchiste » vise à discréditer les partisans d’une laïcité d’ouverture et ceux qui refusent d’instrumentaliser l’idée républicaine et universaliste de laïcité pour stigmatiser particulièrement une religion, et surtout ceux qui par leurs pratiques, leurs croyances, ou simplement par leurs origines, lui sont associés: les musulmans, et derrière eux, les étrangers un peu « basanés ».

Comment ne pas voir que la paranoïa et les campagnes médiatiques contre les manifestations visibles de la religion musulmane renvoient essentiellement à une phobie xénophobe, à une volonté de déplacer les enjeux de la question sociale vers la question religieuse, raciale, ou communautaire, en semant des graines de conflit qui font le jeu des extrémistes islamistes?.

Cela ne posait en réalité pas de problème quand seule Marine Le Pen et ses acolytes l’utilisaient.

Il est devenu beaucoup plus problématique quand le gouvernement à commencé à l’utiliser.

Vous savez, le gouvernement d’Emmanuel Macron, élu pour faire barrage à l’extrême droite…

Quel magnifique barrage, aussi solide que la ligne Maginot l’était en 40.

Car si le terme « islamo-gauchisme » est devenu monnaie courante dans la France de 2021, un autre terme l’était tout autant dans les années 30, le « judéo-bolchévisme », qui nommait celles et ceux qui protégeaient et soutenaient les juifs, ou encore les juifs, en partie communistes, comme les communistes, réputés inspirés par les juifs. 

Si le parallèle entre les années 30 et notre monde peut paraître excessif, la réalité est bien là, les dynamiques de la haine et de la fragmentation sont à l’œuvre.

Les conditions sont réunies: la crise politique dans laquelle la France est plongée élections après élections, une crise économique sans précédent depuis des années. Un sentiment d’abandon pour une jeunesse en perte de repère, la montée de propos autrefois réservés à une frange réactionnaire de la société et qui ne choquent même plus.

Mais heureusement, il n’est pas encore trop tard, d’ici un peu plus d’un an, les français seront appelés aux urnes pour élire le nouveau ou la nouvelle présidente de la République.

Et si pour le moment les médias aux mains de milliardaires nous vendent un second tour Macron/Le Pen, c’est le pouvoir des urnes qui décidera en dernier ressort et le choix ne sera et ne devra pas êtres fait par eux mais par nous, citoyens de France. Nous, citoyens du pays des Lumières.
Alors aujourd’hui, construisons ensemble la France de demain, loin des fachos, loin des réacs, loin de celles et ceux qui veulent détruire la France, son histoire et sa culture.

Et comme le disait si bien Karl Marx, « prolétaires de tous les pays unissez-vous ! »

Enzo de Gregorio

La Main… (et le coronavirus ) .

Parmi les différentes mesures prises pour lutter contre l’épidémie du coronavirus,  il est demandé de ne pas se serrer la main.

Par contre, il est possible – et c’est même recommandé – de se serrer les coudes.

Il ne faut donc plus tendre la main, ne plus faire des pieds et des mains,
seulement des appels du pied afin de garder les mains libres.

 Si vous êtes à la tête d’une association et que vous vouliez vous retirer, impossible de passer la main ;

certes, il reste la solution de vous faire sortir  à coups de pied dans l’arrière-train mais ce n’est pas très élégant et  l’on peut très vite en venir aux mains.

Pour les amoureux qui ont le cœur sur la main il est illusoire de le donner,  ni même de le partager :

les mariages vont tomber en désuétude car plus personne ne fera une démarche pour demander la main de l’être aimé.
Autre conséquence grave pour la démocratie : main..tenant la politique de la main tendue  est vouée à l’échec, être pris la main dans le sac sera moins grave que de donner un coup de main.

 Bien sûr, la main gauche doit ignorer ce que fait la main droite mais si elle a donné de l’argent  de la main à la main, il sera nécessaire de lui passer un savon.
C’est dans la tribulation qu’il convient d’être fort, l’épidémie génère un sentiment de peur ;

la solution ? – S’en laver les mains et prendre son courage à deux mains, surtout en mains propres.

Au revoir et à 2 mains

Vœux du Maire et sac en coton !!

Les Beaumontois.es ont reçu en janvier 2021 dans leur boîte à lettres une enveloppe incluant un mot du Maire (JP Cuzin) et un sac en coton.

Intéressons-nous à ce sac en coton.

Un slogan :

Sur le sac, un slogan « Ensemble, soutenons nos marchés et commerces ». Qui peut être contre ? . On peut y voir la défense de petites structures, indispensables à la vie quotidienne. On pense aussi à des notions telles que la proximité, le service et une forme de solidarité « de voisinage », notion positive en termes d’environnement.

Quelques caractéristiques :

Dans le mot d’accompagnement, le Maire évoque d’ailleurs les « marchés et commerces de proximité ». Il précise que ce sac est «réutilisable et recyclable ».

Sauf que, un minimum de curiosité démontre une toute autre réalité.

D’où viennent ces sacs ?

L’étiquette intérieure ne laisse aucun doute : « Fabriqué en Inde ». On est loin de la «proximité» évoquée par M. Cuzin. Minimum 7 500 kilomètres, cela n’a rien à voir avec la solidarité locale ou avec une quelconque vertu environnementale. Bien au contraire.

Leurs particularités :

«Réutilisable» : certes. Mais non lavable, interdit de séchage en machine, interdit de repassage. Bref, d’un usage bien limité.
«Recyclable» : Pas évident. Plusieurs labels existent qui attestent de la « recyclabilité » d’un produit. Aucun de ces labels n’est mentionné sur l’étiquette. Donc, « recyclable » ? On peut en douter.

Leur diffusion :

Elle est assurée par une entreprise dénommée KARIBAN, intégrée au groupe TopTex. Ce groupe ne met jamais en avant de préoccupations sociales, environnementales, éthiques… et se fournit principalement au Pakistan et en Inde. Numéro 1 de la distribution de produits textiles en France, ce groupe est à l’opposé de la « Solidarité » ou du « commerces de proximité » proclamés dans le texte du Maire.

Bref, contrairement à la teneur du slogan et des propos du Maire, rien ne semble correspondre à une démarche vertueuse.

Pourquoi donc cette démarche ? La somme affectée à cette piètre opération de communication aurait été plus utile au profit de concitoyens en grande difficulté.

Doit on créer des lois obligeant les élus à vivre à minima la vie des gens de peu ?

MICHELIN : sur les 2.300 suppressions de postes envisagées, la moitié pourrait toucher Clermont-Ferrand où est basé le siège du manufacturier.

« Ce que je constate, c’est que Michelin le fait avec ses méthodes habituelles, de concertation et également sur la base de départs volontaires, poursuit Olivier Bianchi. On assiste plus à une restructuration pour être compétitifs qu’à de réels licenciements. On aimerait que d’autres entreprises, quand cela arrive, le fassent avec autant de bienveillance. »

La collusion de certains politiques avec le patronat est due au fait qu’ils passent du monde étudiant (au sortir de l’enfance), au stade du professionnalisme politique, hors sol de la vraie vie, puisque dans une bulle , monde de l’entre -soi!
Ils se prétendent proche du peuple (dans leur esprit proche de la populace).
Si M. le Président de la Métropole et Maire devait chaque matin prendre son poste à l’usine, l’esprit préoccupé par son avenir tant sur le plan du travail que par son relogement puis qu’habitant » la muraille de chine », il serait moins enclin à caresser son employeur dans le sens du poil, mais ce monde n’est pas le sien.
Cette gauche passée du compromis à la compromission est déphasée complètement de la réalité et du quotidien qui peuple.
Doit on créer des lois obligeant les élus à vivre à minima la vie des gens de peu ?

C.B

Bienveillance (synonyme : Gentillesse)

Déclaration d’O. Bianchi après l’annonce par Michelin de la suppression de 2 300 postes (Extrait La Montagne du 7 janvier 2021) : « Ce que je constate, c’est que Michelin le fait avec ses méthodes habituelles, de concertation et également sur la base de départs volontaires. On assiste plus à une restructuration pour être compétitifs qu’à des réels licenciements. On aimerait que d’autres entreprises, quand cela arrive, le fassent avec autant de bienveillance… ».

Dans le Larousse, on lit : « Bienveillance (synonyme Gentillesse) » – voir la carte des licenciements.

On est donc rassuré .

Pierre Cassan

L’arrogance et le mépris des élites

7 janvier 2021, 3 heures du matin. E. Macron met en ligne une vidéo sur laquelle il commente «l’invasion» du Capitole à Washington par quelques centaines de partisans de Trump.

 Attitude assez étrange, très « premier de la classe, donneur de leçons ». Voilà pour la forme.

Mais le fond est très intéressant.

Que déplore E. Macron ?

Il dénonce que soit « battue en brèche » , « une idée universelle -celle d’un homme, une voix- »

Il a  raison.

29 mai 2005 : référendum en France sur le Traité Constitutionnel Européen

Résultats : Oui = 12 806 394 – Non = 15 450 279.

Ce sera donc 2 643 885 fois que cette idée universelle est battue en brèche lorsque les parlementaires de droite, du centre, du PS et écolos valident quand même le TCE.

Les propos d’E. Macron révèlent à quel point  ces « élites » sont arrogantes et méprisantes.

Pierre Cassan

Test COVID 19 – Testons les infos

L.Wauquiez et JP Cuzin Maire de Beaumont se présentent comme exemplaires dans la gestion COVID 19. Sauf que…

 

Jeudi 17 décembre 2020 : 18 h 45

Consultation du site de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Sur Beaumont, tests proposés à La Ruche les jours suivants : vendredi 18/12 de 15 h à 20 h, samedi 19/12 de 9 h à 19 h, dimanche de 9 h à 13 h. Très bien. Si j’y vais, je privilégie le dimanche.

Jeudi 17 décembre 2020 : 19 h 15

Je prends connaissance de la Lettre d’Information de JP. Cuzin. Et je découvre que la possibilité de test du dimanche n’existe pas.

Vérification faite : il y a bien contradiction entre les 2 informations.

Conclusion

Un seul mot : Amateurisme. Pour la Mairie de Beaumont, pour la région AuRA, pour le gouvernement ?

Ou pour les 3 ?

L’humain est et doit rester la priorité.

Monsieur le Maire de BEAUMONT et Conseiller Départemental dans son édito du dernier bulletin municipal aborde la nouvelle période de confinement dans un titre « Ensemble, Proches et Solidaires ».

Ce triptyque pouvait nous laisser espérer un texte sur la volonté farouche de développer la solidarité envers les plus faibles, les invisibles, ceux qui ont perdu leur emploi … mais au fil du texte, on découvre que les priorités ne sont pas celles auxquelles nous pensions.

« Qui aurait pu prédire, au-delà de toute considération partisane que notre pays traverserait ce qui est et sera une incroyable tempête économique, sanitaire et sociétale ? Car au-delà des dégâts dans nos entreprises, des pertes humaines toujours trop nombreuses …. ».                                                                                                                                        

 Il serait malhonnête de dire que les plus fragiles ne sont pas cités : « … en accompagnant, en soutenant les plus fragiles et en encourageant la bienveillance collective. », mais de suite dans le texte, les mesures d’aides vont en premier vers les entreprises.

Certes M CUZIN n’a pas fait carrière dans le social ou dans l’humanitaire, mais delà à mettre systématiquement l’entreprise en numéro un, il y a un pas.

L’emploi dépend de la vie économique , mais notre collectivité n’a pas vocation à prioriser l’entreprise, même si elle peut l’accompagner.

 L’humain est et doit rester la priorité.

Ch. Bernaud

 

QU’AVONS NOUS MANQUÉ …? , Axel Kahn

Le célèbre généticien, auteur de nombreux ouvrages de vulgarisation, publie un texte fort sous forme de billet d’humeur sur son compte Facebook . Nous le reproduisons ici dans son intégralité, car il s’agit d’une série de questionnements qui traverse aujourd’hui de nombreux chercheurs, enseignants et vulgarisateurs…

————————————————————————————–

QU’AVONS NOUS MANQUÉ, nous les intellectuels, scientifiques et vulgarisateurs de la fin du XXe siècle ?

Telle est la question que je posais hier en conclusion de mon cri de détresse « J’ai mal à ma France » ?

Read moreQU’AVONS NOUS MANQUÉ …? , Axel Kahn

Le président Macron organisation des déficits des caisses de protection sociale pour mieux les privatiser

L’escroquerie d’ Emmanuel MACRON continue avec le plan de relance de 100 milliards dont

  • 40 % via l’Europe, à rembourser quand ?
  • 30 milliard viennent des cotisations « sécurité sociale »,
  • 30 milliards de la protection sociale sous forme d’exonération pour les entreprises:

Le président Macron organisation des déficits des caisses de protection sociale pour mieux les privatiser, seul moyen de rembourser la dette sociale partie dans les poches des actionnaires.

  • 1 euro pour les salariés devient rapidement vecteur de plus de 5 euros en passant par le commerce puis le distributeur et le fabricant qui achète avec ce même euro les produits de base; cet euro répond à la demande des populations.
  • Avec macron cet euro part directement en banque puis dans les paradis fiscaux.

Le plan de relance  néglige la demande de justice sociale, est très centré sur le secteur marchand, les entreprises  au détriment du « secteur public »: « il aurait fallu investir bien plus dans la santé et la recherche, créer des emplois publics, et augmenter les salaires. Et ça, c’est complètement tabou.

Alors on continue à fermer les yeux. NON.

Je vous donne rendez-vous le 17 septembre dans la rue et pas question de s’abstenir ou vous cautionnez ce vol manifeste.

Roger Bichon

la  Démocratie  et le Déni

Monsieur le Maire de la commune de BEAUMONT n’est pas d’accord avec ses collègues des communes voisines.

« Déni de Démocratie » dit il dans le journal local. Les élections qui se profilent ne seront pas un acte démocratique.

Nous ne pouvons qu’être d’accord avec lui et ce sur plusieurs points : Pas de véritable débat puisqu’il n’y aura pas de réunions publiques ; abstention certainement encore plus importante (légitimité des élus)  et bien d’autres choses encore.

Mais ce qui tend à nous  rapprocher du chef de l’exécutif local, c’est sa connaissance profonde de ce qu’est la  Démocratie  et le Déni

Depuis plusieurs décennies à la tête  de la commune  de BEAUMONT, il a fait la démonstration de ce que l’on peut appeler un déni : omniprésence dans tous les domaines, pas de partage et consultations de façade, commissions inexistantes… une liste tellement impressionnante qu’elle lasserait le lecteur.

Le pompon si l’on peut dire, c’est la crise que nous traversons. Malgré les appels du pieds, téléphoniques, courriers, courriels, signaux de fumée, il a travaillé seul en toute démocratie, partageant avec lui-même ou ses doubles les réflexions et les débats pour la meilleure marche à suivre et le bien être de ses administrés.

Il va falloir encore réviser et peut être encore plusieurs mandats pour intégrer la chose. Futur programme ?

Ch.B

Les rois du pétrole

Plusieurs ONG (Reclaim Finance, BankTrack, Oil Change International, …) ont scruté les prêts et les émissions d’actions et d’obligations de plus de 2000 entreprises du secteur du charbon, du pétrole, et du gaz, sur la période 2016-2019. Il apparaît que BNP Paribas est le troisième plus gros financeur en termes d’ énergies fossiles (+72% de ses financements entre 2018 et 2019).

Le rapport Banking On Climate Change 2020 révèle que les banques internationales ont accordé plus de 2700 milliards de dollars de financements aux énergies fossiles depuis l’adoption de l’accord de Paris en 2015. un montant en constante hausse…

Quel rapport avec la pandémie actuelle ?

Tout simplement, il est vraisemblable que la fonte du permafrost libérerait des espèces non reconnues. Nous nous retrouverions alors dans la même position que face au coronavirus, incapables de trouver rapidement des remèdes et d’endiguer sa diffusion.

D’accord pour dire que celles et ceux qui ne respectent pas les règles du confinement sont irresponsables.

Mais les dirigeants politiques, les dirigeants de ces multinationales et de ces banques et leurs actionnaires, ils sont quoi ? Et ils méritent quoi comme sanctions ?

François Ulrich

Restons unis…

La crise sanitaire et les milliards déversés  prouvent deux choses :

  • Les « premiers de cordée » de Macron sont bien moins indispensables que celles et ceux qui prennent soin de nous au quotidien, des agriculteurs ou agricultrices aux soignant.e.s, en passant par les caissier.e.s et les éboueurs par exemple ;
  • Le refus de mener une politique sociale et écologique ambitieuse n’est pas dû au manque de moyens ou d’argent, mais bien à un choix idéologique préférant satisfaire les intérêts de quelques uns au détriment de l’intérêt général.

Macron nous appelle à être unis et à le rester dans les temps difficiles qui suivront, sous entendu derrière lui et son gouvernement. Pour l’instant, on ne peut pas faire autrement, ce qui ne nous empêche nullement de réfléchir.

Mais autant le prévenir tout de suite. Après, toujours d’accord pour rester unis, mais pour le chasser, lui, ses commanditaires et ses larbins, tous ces « crétins diplômés » qui vivent sans idée !

François Ulrich

Je n’applaudis pas … je crie

le 26/03/2020

NON.

Aujourd’hui, je n’applaudis les soignants. Pourquoi ?

Car ils sont toujours formidables. Comme le sont tant de travailleurs.

Car ce n’est à eux de supporter le poids de l’échec actuel.

Car je ne veux pas réduire cette crise à une Ola médiatique.

Car je veux que les responsables soient démasqués.

Car je veux que les décisions politiques obsédées par les critères européens soient identifiées.

Car je veux que les profits dégagés par les grands groupes financiers-industriels soient exposés

Car je veux que les promesses entendues depuis 2008 soient suivies d’effets.

Car je veux que les hypocrites qui gémissent aujourd’hui assument leur culpabilité.

Car…car..

NON.

Je n’applaudis pas les soignants.

Car je dois applaudir tant de gens. Tant de simples gens. Qui donnent leur temps, leur travail, leur santé, parfois leur vie.

Read moreJe n’applaudis pas … je crie

« Plus rien ne serait comme avant ». Chiche !

Le manque d’équipements met tout le monde en colère.

Toutefois, en ce qui concerne le manque de masques, la faute en incombe à F. Hollande et son gouvernement : en 2011, la France avait en stock 1,5 milliards de masques dont 800 millions de masques chirurgicaux. C’est Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, qui a décidé en 2012 du changement de doctrine, le gouvernement décidant de ne plus s’occuper que du stock pour les soignants, et donc de ne pas renouveler les masques périmés. Pour les autres, aux entreprises, administrations, collectivités, de gérer…

Cela n’exonère en rien le gouvernement actuel de ses errements: retard dans la fermeture des écoles, dans le confinement, et ce qui est pire encore, décisions contradictoires (par ex: restez chez vous et allez travailler en sachant que nombre d’entreprises n’ont pas les moyens matériels  d’assurer le respect des consignes de sécurité). On ne gagne pas « une guerre » sans stratégie claire me semble-t-il. Quoique ! Une stratégie claire peut être erronée…

L’heure n’est pas à la polémique ou au « buzynades » si vous préférez. Quand nous serons sortis de cette crise, il sera temps de créer des commissions parlementaires, et de préciser les responsabilités s’il y a lieu.

Profitons de cette période pour réfléchir et préparer l’après.

Macron a dit que « plus rien ne serait comme avant ». Chiche!

Et cela dépend de nous, car souvenons nous :

En 2008, Sarkozy avait dit la même chose…  Au printemps 2009, il y avait eu trois manifestations massives  où nous disions que « nous ne paierions pas leur crise ». Mais nous n’avions aucun mot d’ordre clair sur la nationalisation des banques, du crédit, le fléchage des aides de la BCE, … Rien de solide n’avait diffusé dans la population, les partis, les syndicats… Et tout est rentré dans l’ordre financier, en pire !

Il serait bien que l’on ne recommence pas. Car chacun le pressent, le sait… Cette pandémie n’est que le prémisse de ce qui nous attend avec le réchauffement climatique : inondations, tornades, sécheresses, canicules, que sais-je encore ? Il ne s’agira plus d’une pandémie menaçant 1 ou 2% de la population, mais bien de catastrophes menaçant l’espèce humaine  toute entière. Osera-t-on les mesures nécessaires qui bouleverseront nos modes de vie occidentaux ? Ou reviendra-t-on au « business as usual » ?

Comment réagirons nous ? Par la guerre de tous contre tous ? Ou par l’entraide et la fraternité ?

François Ulrich