« Collectif AUZON L’ARTIĒRE PROPRES » : un combat constant (suite)

Actualité de la semaine :

Lundi 21 janvier 2019 nouveau reportage sur la pollution de la rivière L’AUZON à 7H20

Disponible sur le site lundi matin :  France Bleu Pays d’Auvergne (102.5)

 
Bonne nouvelle : la laiterie Société Laitière des Volcans d’Auvergne va démarrer les travaux sur leur site pour arrêter la pollution de la rivière.
Veuillez trouver ci-joint le dernier compte-rendu et le schéma des travaux de la rencontre entre Clermont-Auvergne-Métropole et la laiterie  Société Laitière des Volcans d’Auvergne.
Lundi 14 janvier 2019 et dimanche 20 janvier 2019, j’ai constaté de nouvelles traces de pollution du cours d’eau, l’eau était blanchâtre et trouble avec la présence de mousse.
Suite à notre mobilisation citoyenne et nos multiples actions, l’aide de tous nos soutiens ( AAPPMA Les 4 Sources , l’Atelier de gauche de Beaumont, La Fden 63, le maire de CHANONAT, la société de pêche La Chanonatoise, l’ACIPAC et aux médias, je m’excuse par avance si j’avais du omettre certaine personne )  les choses avancent dans le bon sens.
En 4 mois, nous avons réussi à avancer plus qu’en 25 ans sur la pollution de la rivière L’AUZON.
Les pouvoirs publics et les élus semblent avoir pris conscience du problème de pollution et de l’impact de la pollution de la laiterie sur la biodiversité et l’environnement.
Cependant, nous resterons très vigilants sur l’évolution de l’état de la rivière L’AUZON.
 
Clermont-Auvergne-Métropole nous a indiqué qu’il y aurait des eaux usées des riverains du village de THEIX qui se retrouveraient aussi dans la rivière.
Le 15 janvier 2019  Christine THOMAS BICHON a rencontré les déléguées syndicaux C.F.D.T de la laiterie S.L.V.A :

 » Les déléguées ont assuré que la direction avait pris la mesure des travaux à entreprendre pour éviter la pollution. 

Des travaux devraient durer au moins 1 an,des prélèvements ont lieu 2 fois par jour et sont analysés à l’extérieur ( laboratoire d’analyse de Clermont-Auvergne-Métropole) et leur station d’épuration traite tous leurs rejets.

A l’intérieur de l’usine les contrôles sont aussi renforcés,elles devraient me faire parvenir des compte rendu de travaux qui leur sont remis en CHSCT « 

Et l’Artière ?

Ce matin dimanche 20 janvier, l’Artière était tristement grise suite aux quelques gouttes déversées par le ciel. Je n’ai pas prévenu comme toujours en cas de pluie car le lit étant tellement souillé que les quelques gouttes entrainent la vase  vers l’aval. Il n’en demeure pas moins que l’eau était de même nature vers Aubière.

En début d’après midi, l’eau s’est un peu éclaircie pour revenir à nouveau grise. Vincent Soulignac (Adjoint à l’urbanisme d’Aubière) m’a contacté car il avait été prévenu et me demandait de lui faire un point sur BEAUMONT ; entre temps il avait fait dépêcher SUEZ pour un contrôle vers Romagnat. J’ai prévenu Clermont Auvergne Métropole. Je pense que vous prendrez connaissance de mon message lundi 21 janvier. Vous est il possible de faire contrôler le Déversoir d’Orage , peut être y a-t-il à nouveau quelques immondices bloqués sur la lame. Merci .

Clermont Auvergne Métropole a promis d’intervenir…des nouvelles au prochain épisode…

 

L’émission H2O (France Bleu Auvergne) reçoit deux lanceurs d’alerte, membres du collectif AUZON L’ARTIERE PROPRES

Vincent Grangeon et Christian Bernaud, lanceurs d’alerte ont participé à la création du collectif « AUZON L’ARTIERE PROPRES » . En lutte pour protéger les eaux des deux rivières en proie aux pollutions, ils s’activent pour redonner vie à ces deux affluents de la rivière Allier, une des rares rivières sauvages d’Europe.

Emission H2O le collectif Auzon l’Artière propres

 

Écoutez les représentants du collectif « AUZON L’ARTIERE PROPRES » sur France Bleu Pays d’Auvergne

Vendredi 21 décembre 2018 de 11H40 à 12h30
le collectif « AUZON L’ARTIERE PROPRES » est invité dans l’émission H2O sur France Bleu Pays d’Auvergne  (102.5).
 
Pour ceux qui ne peuvent pas nous écouter, l’émission sera disponible en podcast sur le site France Bleu Pays d’Auvergne.

Pour la création du collectif : « AUZON L’ARTIERE PROPRES »

La Chaîne des Dômes et la faille de la Limagne viennent d’être classées au patrimoine mondial de l’Unesco.

La Métropole (Clermont Auvergne Metropole)  investit plus de 110 millions d’euros dans la gestion des eaux usées et pluviales.

Paradoxalement, une pollution inquiétante de l’Auzon et de l’Artière est constatée fréquemment :

  • l’Auzon est régulièrement polluée par des rejets d’une industrie laitière.
  • l’Artière est  salie par des eaux usées lors de pluies sur le secteur de Ceyrat et de Beaumont mais également, par temps sec, par des rejets, dans son lit, des ordures suspectes qui expliquent la présence de rats.

Néanmoins, ces cours d’eau souillés par l’industrie ou les égouts dans leurs traversées urbaines, sont certifiés dépollués avant d’alimenter l’ALLIER, réputée pour être l’une des dernières rivières sauvages d’Europe.

Des intérêts privés et la vision partielle et fragmentée, par les autorités politiques, de la pollution récurrente qui frappent ces deux cours d’eau, les mettent en danger.

Les collectivités en charge de ces dossiers doivent prendre les choses au sérieux avant qu’il ne soit trop tard.

L’eau, ce bien commun reçu en héritage, risque de ne plus se transmettre car la biodiversité de l’Auzon et l’Artière est gravement  menacée.

Alerter individuellement ne suffit plus.

C’est pourquoi Citoyens, Associations doivent se regrouper en vue de créer un collectif dont le but est d’alerter, de poser les bonnes questions, d’obtenir des explications et actes, de défendre  deux sources de ce bassin versant.

Afin de vous décrire avec plus de données cette situation critique  et éventuellement de mettre en place un collectif de sauvegarde et d’amélioration de ces deux cours d’eau,

Pour la création du collectif :

 «  AUZON L’ARTIERE PROPRES » 

Nous vous proposons une réunion et un point presse  :

Salle des Chabades  – l’Espace « Les Chabades »  place Jacques Bingen – derrière la Poste- BEAUMONT.

Mardi 27 novembre à 11h00

N’hésitez pas à nous contacter à cette adresse : collectif.auzon.artiere@gmail.com

 

 

Le sort de la biosphère. Manifeste de Tronçais pour la forêt française, notre bien commun

http://www.humanite.fr/

 

 

 

Le droit forestier français, vanté dans le monde entier comme une préfiguration historique du concept de gestion durable, consacre la forêt comme bien commun. Il prévoit des outils de protection des forêts privées et publiques par les pouvoirs publics.

Pourtant le principal instrument de cette politique, l’Office national des forêts, subit un véritable détournement de ses missions d’intérêt général. La privatisation en cours de ses activités régaliennes préfigure la disparition de ce service public et une politique forestière au rabais. Ces évolutions actuelles à l’ONF et celles à l’œuvre dans le privé menacent de tirer vers le bas toutes les « garanties de gestion durable », en forêt publique comme en forêt privée.

La démarche de privatisation de l’Office national des forêts, et l’industrialisation croissante qui l’accompagne doivent être reconsidérées au regard des multiples enjeux des forêts pour la société d’aujourd’hui (climat, biodiversité, emploi et économie). La notion de bien commun impose par ailleurs que la société civile prenne part aux décisions forestières, et dispose d’un droit de regard sur la gestion des forêts publiques qu’elle reçoit en héritage et doit transmettre à ses enfants.

Nous, soussignés citoyens et représentants d’organisations, concernés par le sort de la biosphère, réunis ce 25 octobre 2018 au pied des chênes pluricentenaires de la forêt domaniale de Tronçais, demandons solennellement la convocation d’un grand débat public, que la forêt française mérite aujourd’hui plus que jamais depuis plus d’un siècle.

Mobilisés, vigilants et unis, nous entendons nous rencontrer régulièrement pour débattre des orientations cruciales de la politique forestière, élargir et amplifier la dynamique enclenchée ce jour.

Premiers signataires : les syndicats CGT, Unsa, Solidaires, FO, CFDT, CGC de l’ONF, les Amis de la Terre, Global Forest Coalition, France Nature Environnement, Action Nature Rewilding France, la Ligue pour la protection des oiseaux, Humanité et biodiversité, Greenpeace, Agir pour l’environnement, Forêt citoyenne, le Réseau pour les alternatives forestières, les syndicats forestiers membres de l’intersyndicale de l’ONF, SOS Forêt France.

Texte collectif

Read moreLe sort de la biosphère. Manifeste de Tronçais pour la forêt française, notre bien commun

La pollution de l’Auzon : signez la pétition.

https://chn.ge/2A5ttC3

Je suis riverain du ruisseau L’AUZON qui prend sa source sur la commune de Saint-Genès-Champanelle dans le département du Puy de Dôme au cœur du parc naturel régional des Volcans d’Auvergne.

Le ruisseau L’AUZON est régulièrement pollué par les rejets d’une industrie laitière.

La laiterie, fleuron de l’économie locale vend du lait en Chine, mais c’est bien en Auvergne que la pollution est réalisée.

Une nouvelle pollution dramatique du ruisseau L’AUZON par la laiterie est en cours depuis le 1 septembre 2018. L’impact de cette laiterie dès la source de ce ruisseau dure depuis des dizaines d’années et rien ne change.

J’ai constaté au niveau du ruisseau :

1.   de la mousse dans l’eau.

2.   de la boue marron et un colmatage du lit du ruisseau.

3.   des eaux chargées de couleur blanchâtre.

4.   une odeur de l’eau nauséabonde d’égout et de pourriture.

5.   la destruction de la végétation immergée.

6.   la destruction des espèces aquatiques.

Une canalisation en béton passe sous la laiterie et vient se jeter dans le réseau d’eaux pluviales et ensuite dans le ruisseau L’AUZON.

En effet, en cas d’avarie technique, de mauvaise manipulation ou d’accident sur le site de la laiterie, l’ensemble des rejets industriels peuvent se retrouver dans cette canalisation et dans le ruisseau L’AUZON.

Étant riverain du ruisseau et compte tenu des odeurs nauséabondes dégagées, je m’interroge sur les émanations qui proviennent de L’AUZON : sont elles toxiques ?

Y a-t-il un risque sanitaire pour mes enfants ?

Le ruisseau est fortement dégradé suite aux multiples agressions polluantes quotidiennes qu’il subit.

Il n’y a plus de poisson sur la zone polluée depuis très longtemps.

Nous ne pouvons plus supporter cette pollution d’un industriel peu scrupuleux.

Il faut que ces agissements cessent de toute urgence.

Merci de signer cette pétition pour demander aux pouvoirs publics l’arrêt des rejets dans le ruisseau L’AUZON.

 

Opération nettoyage le 8 septembre à la Société Générale de Beaumont

BEAUMONT Samedi 8 septembre 2018, une vingtaine d’activistes ont nettoyé ce matin l’agence de la Société Générale, , pour dénoncer le financement de la banque aux énergies sales. Cette opération, d’envergure nationale, appelait la banque à cesser ses soutiens aux énergies fossiles, et en priorité au projet texan d’exportation de gaz de schiste liquéfié Rio Grande LNG.

(1)  La mobilisation contre la Société Générale est coordonnée par les amis de la Terre et ANV-COP21 dans le cadre d’une séquence internationale d’actions Rise for climate, https://riseforclimate.org

  1. (2)  www.amisdelaterre.org/Nouvelles-mesures-climat-de-BNP-Paribas-un-pas-dans-la- bonne-direction-2831.html

  2. (3)  Voir les chiffres du Report Card 2018 : ran.org/bankingonclimatechange2018

  3. (4)  Plus d’information dans le rapport « Société Générale, plein gaz sur les fossiles »

publié par les Amis de la Terre en mars 2018 :

www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/20180712rapportsocietegenerale.pdf

On va marcher pour le climat, samedi à Clermont

Dans plusieurs villes de France, des marches pour le climat auront lieu ce 8 septembre, lors de la Journée mondiale d’action pour le climat. A Clermont, le départ sera donné sur la Place de Jaude à 14h.

Samedi aura lieu la Journée Mondiale d’action pour le Climat. Une journée qui, en France, survient après la démission brutale de Nicolas Hulot du gouvernement. D’autre part, l’été qui s’achève a été marqué, sur la planète, par une multitude d’événements témoignant de l’ampleur du phénomène de réchauffement climatique. Aussi un grand nombre de Marches pour le climat vont-elles se dérouler, samedi, un peu partout en France, à Paris, Bordeaux, Grenoble, Lyon, Marseille, Montpellier, Limoges.

Un mouvement populaire qui trouve souvent son origine sur les réseaux sociaux.

Glyphosate, pesticides, bien-être animal : les renoncements du gouvernement

« A quoi bon ces 35 000 heures de mobilisation et de travaux pour accoucher d’une souris et ignorer les conclusions partagées par une majorité d’acteurs ? » Les organisations de la société civile ne décolèrent pas, alors que vient d’être adoptée la loi agriculture et alimentation en première lecture à l’Assemblée nationale, le 30 mai. Parmi les reculs, le refus de l’exécutif d’inscrire dans la loi l’interdiction du glyphosate d’ici à 2021, contrairement à l’avis d’une partie de sa majorité et à la promesse d’Emmanuel Macron. « C’est à mes yeux un rendez-vous manqué et une vraie déception car l’urgence écologique et de changement de modèle agricole est si forte », a notamment réagi Matthieu Orphelin, député LREM (voir le détail du vote).

Plusieurs amendements relatifs aux pesticides ont également été écartés, comme la création de périmètres de protection contre les épandages de pesticides autour des habitations – alors que plusieurs affaires d’écoliers atteints de cancers avaient défrayé la chronique – ou la mise en place d’un fonds d’indemnisation des victimes. « Les préparations naturelles peu préoccupantes (purin d’ortie, de prêle, argile, vinaigre blanc… ndlr) sont la seule avancée de gagner sur le terrain des pesticides », note la Confédération paysanne. L’article 14 ter – s’il est confirmé au Sénat – va permettre d’élargir la liste des plantes ou parties de plantes pouvant être utilisées et commercialisées (voir notre précédent article). Les députés ont également voté la séparation des activités de conseil et de vente de produits phytosanitaires.

Read moreGlyphosate, pesticides, bien-être animal : les renoncements du gouvernement

Pendant que Macron organise son sommet climat, l’État continue de financer allègrement le réchauffement planétaire

bastamag.net

Que fait « le bras armé de l’État dans l’économie » ? La Caisse des dépôts et consignations, gère des dizaines de milliards d’euros issus de l’épargne des Français ou des cotisations retraites. Censée « répondre à un besoin d’intérêt général », est-elle exemplaire en matière d’investissements au service du climat et des générations futures ? Pas vraiment. L’enquête conjointe menée par notre Observatoire des multinationales et l’organisation environnementale 350.org montre que cette vénérable institution continue de financer allègrement les énergies très polluantes que sont le charbon, le pétrole et le gaz. Et ce, malgré les accords de Paris sur le climat et les conséquences du réchauffement de plus en plus visibles, à l’image des incendies qui ravagent la Californie (en photo).

En matière de lutte contre le changement climatique, il y a parfois loin de la coupe aux lèvres. En l’occurrence, il y a surtout loin de la COP au porte-monnaie : tel est l’enseignement d’un rapport publié aujourd’hui par notre Observatoire des multinationales et l’ONG 350.org, à la veille du sommet international pour le climat organisé par Emmanuel Macron ce 12 décembre, date anniversaire de l’Accord de Paris. Un rapport qui risque d’éteindre prématurément les bougies d’anniversaire en recensant de nombreux investissements de l’État français dans les énergies fossiles – celles-là même qu’il convient de bannir et de laisser inexploitées dans le sol [1] afin de contenir le réchauffement climatique en-dessous de 2°C selon l’objectif convenu à la COP 21.

Une contradiction en plein jour, au moment où le « One Planet Summit » se propose de mettre à la table des négociations diplomatiques le sujet du financement de la lutte contre le réchauffement climatique, avec des partenaires bien identifiés : « Au cœur de cette journée, il sera question de la manière dont les acteurs engagés dans la finance publique et privée peuvent innover pour soutenir et accélérer notre lutte commune contre le changement climatique », énonce officiellement le site du ministère de la Transition écologique et solidaire. Le président français se rêvait en héraut du nouveau monde écolo ? Le voici sommé de balayer devant sa propre porte.

De l’État actionnaire à la Caisse des dépôts, la finance publique reste tournée vers les énergies fossiles

Read morePendant que Macron organise son sommet climat, l’État continue de financer allègrement le réchauffement planétaire

Crédits affectés aux territoires à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV) : nouvelle reculade de Nicolas Hulot

Nouvelle reculade du ministre de l’environnement et de la transition écologique aprés avoir sollicité les élus pour présenter des dossiers dans des délais ultra courts le ministère cherche des arguties pour diminuer le nombre de projets éligibles et pendant ce temps dans les paradis fiscaux…(lire le courrier d’André Chassaigne adressé au ministre de l’environnement et de la Transition énergétique).

André CHASSAIGNE Le 6 novembre 2017
Président du groupe de la Gauche
Démocrate et Républicaine
Député du Puy-de-Dôme
4, place Jean-Antoine Pourtier
63890 ST-AMANT-ROCHE-SAVINE
Monsieur Nicolas HULOT
Ministre de la Transition écologique et solidaire
246, boulevard Saint-Germain
75007 PARIS

Objet : attribution crédits affectés TEPCV

Nos références : AC/ED/3603

Monsieur le Ministre,

Je souhaite attirer votre attention sur la forte inquiétude provoquée par la circulaire envoyée aux préfets, en date du 26 septembre, afin de durcir les règles d’attribution des crédits affectés aux territoires à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV).

Alors qu’une enveloppe globale de 750 millions avait été actée, conformément aux engagements conclus entre le ministère et les 500 lauréats TEPCV, votre circulaire fait désormais état d’un montant de crédits de paiement réduit à 400 millions. Pour s’inscrire dans cette enveloppe, les préfets ont pour mission de rechercher
des prétextes pouvant justifier un refus de paiement des aides contractualisées : régularité des signatures de chaque convention, en vérifiant notamment l’existence d’une délibération préalable de la collectivité lauréate ; tolérance zéro sur les délais de début de travaux, fixés au 31 décembre 2017.

Les recommandations de cette circulaire sont ressenties comme une forme de mépris gouvernemental à l’égard des collectivités territoriales. Après les restrictions de dotations, voici venu le temps du reniement des engagements de l’Etat !

Read moreCrédits affectés aux territoires à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV) : nouvelle reculade de Nicolas Hulot

La rivière de l’Artière en danger

6h30 ce matin, parking de Botanic de Beaumont.  A cette heure-là, je maudis le journalisme engagé. Mais, Nicolas Roche-Rouchon m’a donné rendez-vous pour me démontrer la sécheresse de la rivière de l’Artière et ses conséquences sur l’écosystème. Tiens d’ailleurs, il arrive d’un pas décidé: «  les truites sont mortes, asphyxiées, car plus assez d’eau. Il en reste une, viens on va la sauver… » 6H40, finalement, le journalisme engagé va me faire vivre une belle histoire et une grande prise de conscience….

Read moreLa rivière de l’Artière en danger