Les soignants et personnels du secteur de la santé étaient appelés à se mobiliser un peu partout en France ce mardi 16 juin pour dénoncer le manque de moyens à l’hôpital.

Aujourd’hui les personnels qui ont tant donné sont en colère.

Médecins, aides-soignants et infirmiers ont manifesté dans toute la France pour rappeler le gouvernement à ses promesses sur l’hôpital, en plein « Ségur de la santé ».

Plus de 220 rassemblements étaient prévus à l’appel d’une dizaine de syndicats et collectifs de soignants (CGT, FO, Unsa, SUD, Collectif Inter-Hôpitaux…).

Ils étaient plus de 1000 à être massés devant les locaux clermontois de l’Agence régionale de santé, avenue de l’Union-Soviétique. Ils réclamaient le soutien de la population. L’Atelier de gauche du canton de Beaumont est venu leur exprimer sa gratitude et les soutenir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Merci à Vincent Velilla pour toutes ces photos.

Vous pouvez en découvrir d’autres sur : https://photos.app.goo.gl/SXZYrupuwyAYan3q6

Crise dans la crise, les syndicats de personnels du CHU de Clermont (Puy-de-Dôme) manifestent leur colère

Patrick Ehme
Une crise ne peut, et ne doit, pas en masquer une autre, tout aussi virale. c’est ce qu’ont exprimé bruyamment les syndicats des personnels du CHU de Clermont.

La crise sanitaire amorçant la décrue (du moins tout le monde l’espère), celle politique et sociale reprend, aussitôt, ses droits. À commencer par celle qui, bien avant la pandémie, affectait déjà les secteurs mobilisés en première ligne que sont les professions de santé, hospitaliers au premier rang.
C’est ainsi qu’hier matin, au CHU de Clermont, l’intersyndicale CGT, FO et Sud avait appelé les personnels à se rassembler devant la direction générale de l’établissement pour « dénoncer l’incurie du gouvernement et de l’Agence régionale de santé (Ars) » et les sommer de réagir et de « tomber les masques ».

Des revendications sans ambages comme une autre pandémie. Photo Rémi Dugne.

Des propos très durs

Les mots étaient violents tant le mal parait grand : « méprisants », « hypocrites », « manipulateurs », « criminels », pouvait-on lire sur les tracts dénonçant le non-versement de la prime exceptionnelle pourtant promise pour le mois de mai, le non-paiement des heures supplémentaires majorées de 50 % ; l’absence d’action de dépistage généralisée pour les personnels hospitaliers et les retards d’approvisionnement en matériel de protection ou bien encore la reconnaissance du statut de maladie professionnelle étendue à l’ensemble des agents hospitaliers… Ajouté à cela l’inévitable serpent de mer de la non revalorisation des indices, de plus en plus difficile à avaler.

Une centaine de personnels et militants rassemblés pour faire chorus sous les bannières. Photo Rémi Dugne

Autant de revendications et de propos peu amènes venus témoigner bruyamment du malaise de professions déjà contraintes d’exercer à flux tendu bien avant le virus.

Clip participatif pour le 1er mai : manifestons confiné·e·s, mais pas bâillonné·e·s !

Le 1er mai, c’est demain, et pour faire entendre nos voix malgré le confinement, les Grandes Gagnantes 63, aussi appelées « Les Rosies » du Puy-de-Dôme, ainsi que des militant·e·s d’horizons divers et d’autres régions ont collaboré pour concevoir un clip collaboratif sur l’hymne « On est là ». La vidéo sort aujourd’hui, et nous espérons entendre la chanson résonner partout le 1er mai à 11h. C’est pourquoi, nous vous invitons dès maintenant à diffuser la vidéo au maximum !
Pour le 1er mai, Journée Internationale des travailleur·se·s, nous souhaitons montrer que nos revendications sont toujours d’actualité malgré le confinement. Pour faire entendre nos voix, nous avons réalisé un clip participatif qui réunit une grande diversité de militant·e·s dans une volonté de convergence des luttes : citoyen-ne.s, syndicalistes, Les Grandes Gagnantes, Les Gilets Jaunes, militant·e·s pour l’environnement et la justice sociale, féministes… Tou·te·s se sont filmé·e·s depuis chez elles·eux.
Le clip est désormais disponible : https://www.youtube.com/watch?v=Tby1TaBZR5E ! Une auto-organisation basée sur l’intelligence collective, la confiance et le respect s’est mise en place et a réuni plus de soixante personnes, principalement basées en Auvergne et aussi dans le Limousin, L’Occitanie et le Poitou-Charentes. Les militant·e·s interprètent ensemble la chanson « Les déterminé·e·s » sur l’air connu de l’hymne « On est là », dont les paroles ont été adaptées pour traiter de la crise actuelle. Nous avons voulu que ce clip soit beau et fort : chacun·e se succède en image pour communiquer sa révolte, ses luttes et ses aspirations.

Read moreClip participatif pour le 1er mai : manifestons confiné·e·s, mais pas bâillonné·e·s !

Pas de trêve : les manifestations de la semaine

Mardi 18 Février 2020 à 10h00 : Contre la casse du statut des enseignant·e·s des conservatoires
Rendez-vous à 10h00 au départ du Conservatoire Emmanuel-Chabrier de Clermont-Ferrandd pour une manifestation en direction de la DRAC
Jeudi 20 février à 10h00

Grèves et manifestation contre la réforme des retraites à l’appel de l’intersyndicale

Manifestation à 10H au départ du Palais de Justice où les avocats en grève depuis 7 semaines prendront la parole.

Parcours: Fontgiève, Gaillard, Montlosier, Delille, Grande Bretagne, Paulines, Fac Gergovia, Rectorat, Ballainvilliers, Jaude.

Vendredi 21 février 19h :  Concert de soutien à la mobilisation (voir affiche ci-dessous)

Clermont-Ferrand : 23 janvier 2020, une nouvelle retraite aux flambeaux contre la réforme des retraites

Une retraite aux flambeaux a été organisée à Clermont-Ferrand. Elle a rassemblé 500 manifestants. Le cortège est parti vers 17h30 de la place Henri Dunant, devant le CHU Gabriel Montpied et s’est dirigé vers la préfecture du Puy-de-Dôme, via le viaduc Saint-Jacques.

 

Manifestation du 17 décembre : plus de 20000 manifestants

Quand tout le monde est arrivé à s’extirper de la place du 1er-Mai à Clermont-Ferrand, il y avait près d’1,5 kilomètre de distance entre les Gilets jaunes de la tête et les drapeaux orange de la CFDT qui s’étaient relégués volontairement en toute fin de cortège.

Merci pour les photos à Pierre, Olivier et Vincent (vous pouvez voir d’autres photos ) :

Le 17 décembre
https://photos.app.goo.gl/pgWLBP6uGUFvyGVh7

Le 12 décembre
https://photos.app.goo.gl/F9gxyxMbTzfFANNb8

ON NE LÂCHE RIEN: Les agriculteurs, gagnants ?

Les 1 000 €uros de retraite pour les agriculteurs : un pas en avant et un geste de solidarité que doivent admettre les autres salariés . Voilà grosso modo la teneur du discours officiel. Sans se noyer dans le système complexe des retraites agricoles, quelques rappels et explications.

La solidarité : en 1945, les agriculteurs ont refusé de rejoindre le dispositif issu du programme du Conseil National de la Résistance et ont opté pour un régime particulier. Aujourd’hui, le ratio entre agriculteurs actifs et retraités est de 1 pour 3. Résultat : leur système est vraiment au plus mal. Pour limiter la casse, ce sont 5,8 milliards qui sont injectés chaque année (2,8 milliards issus de taxes et 3 milliards issus du régime général). Donc, la solidarité existe déjà. Il ne s’agit pas de la dénoncer mais de rétablir la vérité.

Niveau actuel de retraite d’un chef d’exploitation agricole. Pour le niveau minimal, il est égal à 930 € net/mois (75 % du SMIC + léger complément). Les chiffres de l’ordre de 750 € souvent avancés intègrent tous les retraités du monde agricole et pas seulement les chefs d’exploitation.

Read moreON NE LÂCHE RIEN: Les agriculteurs, gagnants ?