Ouvrons le débat sur les élections municipales : au Luxembourg, les transports collectifs sont gratuits. Un exemple ? -4-

Grand Duché du Luxembourg : 610 000 habitants, « plaque tournante » de l’UE, paradis des banques, et « paradis fiscal ». Et en ce 1er mars, un bon point. Eh oui ! Tout peut arriver sur le site de l’Atelier de Gauche du canton de Beaumont.  Pourquoi ?

C’est simple

1er mars 2020, les transports collectifs y sont gratuits. Bus, trains… tous sont gratuits.

Pourtant, au Luxembourg, on sait compter

C’est d’ailleurs pour cela que la gratuité totale a été retenue. Les recettes liées aux frais engagés par les utilisateurs représentent peu en pourcentage. Les contrôles sont difficiles, pénibles et souvent vains. Dans le même temps, les embouteillages pénalisent la collectivité et la collectivité, c’est tout un chacun. Sans même parler des impacts environnementaux.

Et ici ?

Sur le réseau du SMTC, les dépenses des usagers représentent à peine 15 % des recettes. Par contre, comment savoir quel niveau de dépenses y et lié (vente de billets, gestion des abonnements, contrôle…). Bilan : Bof !!!

Conclusion 1

Pourquoi tergiverser ? Pourquoi attendre ? Pourquoi de mauvais arguments différant une décision INCONTOURNABLE ? Pourquoi Clermont et son agglo seront encore en retard ?

Conclusion 2

Socialement, écologiquement, économiquement, la gratuité des transports collectifs est inéluctable. Il faut la mettre en place sans délai.

La gratuité des transports en commun et un maire de gauche !

Lors du débat sur la gratuité des transports en commun par la métropole, Mr Garde (Maire de St Genès-Champanelle) a développé une théorie sur le fait que ses habitants étant mal desservis, il fallait prioriser le développement des lignes et qu’ils ne comprendraient pas pourquoi les plus favorisés  par une desserte efficiente le seraient encore plus.

A-t-il fait un sondage auprès de ses administrés pour savoir s’ils empruntent ou pas bus ou tram ? Il est paradoxal qu’au prétexte d’avoir choisi de s’expatrier vers des lieux verdoyants et chatoyants, ceux-ci n’adhèrent pas à l’idée de partage , de solidarité. Quand au lendemain de la deuxième guerre mondiale la sécurité sociale fut créée, a-t-on jamais dit que l’on ne voulait pas cotiser au prétexte que l’on n’était pas malade et l’on pourrait multiplier les exemples (retraites …).

Ce discours défendu par des élus  fervents libéraux ne serait pas choquant en soi ; il l’est dans la bouche d’un homme se revendiquant de gauche.

Vous pouvez retrouver ces débats sur le site :

Les échanges ont duré + de 8h pour le débat sur la gratuité des transports et réponse de Mr Garde (3h15)  sur la chaufferie urbaine (6h40)

Gratuité versus capitalisme : Des propositions concrètes pour une nouvelle économie du bonheur

 

Résumé : Partant du constat que notre système d’allocation des ressources par le marché arrive à bout de souffle Paul Ariès propose un modèle alternatif fondé sur la gratuité.
Ce manifeste croise les revendications mondiales en faveur d’un revenu universel mais va plus loin  : la gratuité ne doit pas être considérée comme une mesure d’urgence mais représente le passage vers un nouveau modèle de société, voire une nouvelle conception de la vie.
Pour étayer son propos, l’auteur fait le tour des différentes expériences et initiatives en matière de gratuité en France et à l’étranger (gratuité de l’eau, des transports en commun, de la restauration scolaire, des services funéraires, au service juridique, à la santé…), dénonce les idées reçues sur le sujet et fait des propositions pour mettre en œuvre concrètement ce projet.

    Références :

  •  ÉDITIONS LAROUSSE
  • Collection / Série : Hors collection Sciences humaines
  • Prix de vente au public (TTC): 20 € – 400 pages

Interview de Paul Ariès sur RTS, émission Réveil à 3, le 27 septembre 2018