Référendum d’initiative partagée sur la privatisation d’ADP. Déjà 700 000 signatures, mais il faut accélérer si nous voulons l’obtenir !

Le blog politique de Gaston L’humain d’abord, pas la finance !

1 – De quoi s’agit-il ?

L’Élysée comptait, presque en catimini, céder les Aéroports de Paris (ADP) à Vinci. Ce projet, indéfendable, il nous faut le combattre.
Pour la première fois depuis 40 ans, il va être possible de dire NON à une privatisation et au bradage du patrimoine public au profit du privé. On voit d’ailleurs ce que cela donne avec les autoroutes.
A l’initiative de 248 parlementaires PCF, FI, PS avec des parlementaires LR, un référendum d’Initiative Partagé est lancé pour dire NON à cette privatisation.
Il faudra réunir, en 9 mois (soit d’ici le 12 mars 2020), 4,7 millions de signatures (10% du corps électoral) à la loi cosignée par 248 parlementaires et qui consacre ADP comme un service public national donc non cessible au privé.

Le communiqué des groupes communistes et socialistes au Sénat à ce sujet.

Si ces 4,7 millions de signatures sont recueillies, le gouvernement aura comme obligation de faire un référendum en bonne et du forme afin de consulter les français qui auront à s’exprimer par un vote semblable aux votes organisées pour les diverses élections.

Dès mardi 11 juin, des représentants des groupes LR, PS, LFI, PCF, Libertés et territoires se sont réunis au Sénat et ont créé une Coordination nationale du référendum, dont l’acronyme CNR, rappelant le Conseil national de la Résistance, témoigne de leur volonté de rester unis.

Le site du ministère de l’intérieur pour demander un référendum sur Aéroport de Paris est ouvert (voir le mode d’emploi ci-dessous):

https://www.referendum.interieur.gouv.fr/soutien/etape-1

Comme cela était à craindre, c’est compliqué à souhait pour décourager les utilisateurs.

Signons! Et partageons ! Faisons voter tous les membres de notre famille en âge d’être électeurs, nos amis, nos voisins, l’enjeu est très important.

2 – L’enjeu

L’enjeu dépasse largement le cadre d’ADP. C’est tout un ensemble de biens publics que le gouvernement veut donner à des actionnaires privés afin qu’ils se goinfrent sur le dos des usagers et qu’ils privent les pouvoirs publics d’une gestion qui va leur échapper. Derrière ADP il y a la Française des Jeux, Engie, les barrages hydrauliques, etc..

Un petit résumé par Aurélie Trouvé, porte parole d’ATTAC : https://www.youtube.com/watch?v=w7zHssWGOc4&t=26

Il s’agit pour nous de défendre l’intérêt général, d’éviter le bradage de nos ressources. Les modalités d’attribution de ces entreprises sont ahurissantes. L’équipe Macron, dans une vue à court terme, veut faire des cadeaux insensés aux groupes financiers de ses amis, à la caste qui l’a mis en place à la tête de l’État.

La société ADP se porte bien et est très rentable. En 2018 ADP a réalisé un bénéfice net de 610 millions d’euros. Pourquoi donner cela à Vinci ??? Sinon pour des raisons mafieuses.

Idem pour Engie, sans compter qu’en plus c’est une perte d’indépendance pour notre pays.

Pour la Française des Jeux c’est le même problème. La FDJ rapporte beaucoup à l’État, c’est une source de profit qui échappe donc aux multinationales.

Quant à la privatisation des barrages hydrauliques, c’est un scandale majeur. Ces investissements très lourds effectués avec des fonds publics pendant des décennies pour la source d’énergie la plus propre et la plus modulable seraient offerts à la caste financière.

Souvenons nous de ce qui est arrivé avec les autoroutes. Elles sont amorties depuis longtemps mais c’est une rente pour les sociétés d’autoroutes, rente qui est reconduite…

TOUS DANS L’ACTION INTERPROFESSIONNELLE LE 16 NOVEMBRE

Contre les ordonnances MACRON et les reculs sociaux :
TOUS DANS L’ACTION INTERPROFESSIONNELLE

Par la grève, les arrêts de travail et la manifestation, Mobilisons-nous contre cette politique de régression sociale

Jeudi 16 novembre 2017 : tous en manifestation
10h30 place du 1er mai à Clermont-Ferrand

Dans quelques jours, la loi de ratification des ordonnances « travail » va être soumise à l’Assemblée Nationale. Il est encore temps de se mobiliser pour gagner.
Ces ordonnances, si elles sont appliquées, nous ramèneraient des dizaines d’années en arrière.
Comme l’ensemble des mesures imposées par MACRON depuis son élection, elles répondent aux exigences du MEDEF contre les droits des travailleurs du privé et du public !

C’est un gigantesque recul social : ces ordonnances doivent être retirées.

Et ce n’est pas tout

Loi travail: les droits des femmes passent (aussi) à la trappe

blogs.mediapart.fr

Les invités de Mediapart

Emmanuel Macron l’a promis. Les femmes seront la grande cause nationale du quinquennat. Il est élu depuis à peine 150 jours et il a déjà réussi à se faire mentir 3 fois. Une première fois avec la nomination du gouvernement et l’absence de ministère dédié. Une deuxième fois cet été, avec la baisse de 27% du budget du Secrétariat d’État à l’Égalité. Une troisième fois avec la Loi Travail n°2.

Comme souvent, des textes apparemment « neutres » ont en réalité des conséquences nettes sur les inégalités. Réforme des retraites, de l’assurance maladie ou du code du travail : toutes ces réformes qui visaient l’ensemble des salarié.e.s ont eu un impact différent sur les femmes et les hommes. Etonnant ? Pas tant que ça. Lorsque vous proposez une réforme dans un pays comme la France, où les inégalités professionnelles sont fortes (26% d’écart de salaire), la réforme est rarement neutre ou sans effet. Soit elle aggrave la situation et augmente les inégalités, soit elle s’attaque aux inégalités et les fait reculer.

Les ordonnances rentrent dans la première catégorie. Les salarié.e.s les plus touché.e.s par la réforme sont ceux en CDD ou travaillant dans des petites entreprises. Deux catégories où les femmes sont surreprésentées. Plusieurs mesures vont donc peser particulièrement sur les femmes et accroître les inégalités professionnelles.

Read moreLoi travail: les droits des femmes passent (aussi) à la trappe

Public et Privé, toutes les raisons d’être en grève et manifestation le 12 septembre 2017

Les organisations syndicales du Puy de Dôme CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES et UNEF appellent à faire barrage au gouvernement par la grève, les arrêts de travail et la manifestation mardi 12 septembre 2017, jusqu’au retrait des ordonnances et de la loi travail XXL.

Pour un code du travail protecteur

Pour plus de justice Sociale

Contre la casse de nos garanties individuelles et collectives

Toutes et tous en grève le 12 septembre 2017

Manifestation 10h place du 1er Mai à Clermont-Fd

Conseil des prudhommes : fin de la justice pour TOUS !

Nouvelle image (4)

La CGT vient de prendre connaissance du décret concernant la procédure prud’homale, qui fait suite à la loi Macron. Ce texte porte une grave atteinte au principe d’égalité des citoyens devant la justice, en évinçant, par la complexification de la saisine des conseils de prud’hommes, les travailleurs les plus fragiles qui auront les plus grandes difficultés à agir en justice contre leur employeur.

La mesure la plus symbolique de cette volonté de rendre la justice de moins en moins accessible réside dans l’instauration d’une procédure écrite complexe pour pouvoir commencer un procès devant les prud’hommes. Jusqu’à présent, cela pouvait se faire oralement en se présentant dans son conseil de prud’hommes.

Une nouvelle fois le gouvernement répond aux revendications du Medef et de la Cgpme qui demandaient la nullité de la saisine prud’homale si celle-ci n’était pas motivée ou accompagnée d’un certain nombre de pièces, alors que l’ensemble des organisations syndicales de salariés demandaient le retrait de cette sanction qu’est la nullité.

Read moreConseil des prudhommes : fin de la justice pour TOUS !

du PARLEMENT EUROPEEN à l’ASSEMBLEE NATIONALE, du TAFTA à la loi MACRON : le même déni de démocratie

tafta2

Mercredi  10 juin, le Parlement Européen devait enfin avoir l’occasion de se prononcer sur le traité transatlantique en débattant puis en votant sur une résolution acceptant le principe du mécanisme d’arbitrage et l’organe de coopération réglementaire.

retrait loi macron

Le lundi 15 juin, Manuel Valls  supprime  tout débat  pour la Loi Macron. Il a engagé  la responsabilité du gouvernement en passant en force, via l’article 49.3 de la Constitution, son texte de loi sur la croissance, activité et égalité des chances.

Read moredu PARLEMENT EUROPEEN à l’ASSEMBLEE NATIONALE, du TAFTA à la loi MACRON : le même déni de démocratie

Loi Macron / Loi NOTRe / Conférence de Paris : le transport dans tous ses états

Avec la loi Macron  qui instaure la libéralisation du transport en autocar longue distance, les compagnies de bus sont dans les starting-blocks. Les quatre compagnies de bus qui se partagent le marché français ont un appétit débordant.

Read moreLoi Macron / Loi NOTRe / Conférence de Paris : le transport dans tous ses états

Loi Macron : « Nous soulevons points par points les dangers de ce texte »

Le groupe communiste, républicain et citoyen (CRC) mène la bataille contre la loi Macron au Sénat, dans un climat où la droite souhaite l’aggraver alors que les forces pro-gouvernementales attendent de la graver dans le marbre.

Le groupe CRC est ainsi très actif dans l’opposition au Sénat, et a rédigé 450 des 1789 amendements déposés pour cette loi. C’est que la droite majoritaire est elle aussi très mobilisée, et souhaite aggraver le texte avant que le gouvernement ne le grave dans le marbre, en conservant au passage certains amendements particulièrement libéraux. « Le caractère fourre-tout de ce projet ne relève pas de la maladresse, il est voulu » dénonce Eliane Assassi, présidente du groupe CRC, qui pointe la « généralisation du travail le dimanche », la « mise en concurrence du transport par car avec le ferroviaire », mais aussi « la remise en cause du logement social », « le gonflement des niches fiscales en faveur de l’actionnariat », « les privatisations à tout va », « l’affaiblissement des conseils de prud’hommes (et) la dérégulation du droit de licenciement ». Autant de mesures particulièrement nocives pour une société et ses citoyens pourtant très largement passées sous silence dans la plupart des médias.

Tous les détails, sur le site :http://www.groupe-crc.org/Une-loi-par-essence-liberale.html

Débat public : comprendre la loi Macron et la combattre

L’Union Locale CGT de Clermont-Fd a organisé une réunion publique Mardi 07 Avril à 19h à la salle des fêtes de la Maison du Peuple.
Les conséquences du projet de Loi Macron étaient au cœur des débats et ce en présence de syndicats (Commerce, Cheminot, Edf…) ainsi que d’un inspecteur du travail et du président du conseil des Prud’hommes.
Quelques photos de ce débat réalisées par Vincent Velilla:

Retour sur la Loi Macron

Deux économistes, Henri Sterdyniak (À propos de la loi Macron Henri Sterdyniak) et Olivier Passet, viennent de faire le bilan de la loi Macron. Instructif, alors qu’après son passage au Sénat, celle-ci fera bientôt retour à l’Assemblée nationale pour adoption définitive.

http://www.regards.fr/economie/les-economistes-ne-sont-pas-tous/article/retour-sur-la-loi-macron

L’article 25 de la loi Macron : Une loi pour la spéculation

L’article 25 de la loi Macron inquiète aussi les associations de locataires. Il remet en cause les dispositions de la loi Alur visant à protéger les locataires menacés par les ventes à la découpe, pratique qui consiste à acheter un immeuble pour le revendre appartement par appartement. Pour éviter ces dérives spéculatives, la loi Duflot avait en effet imposé des prolongations automatiques des baux des occupants. Une mesure remise en cause par Bercy, car cela empêcherait les investisseurs de revenir sur le marché du logement. Un amendement de conciliation a été déposé par les députés socialistes. Insuffisant, toutefois, pour de nombreux militants.

gecina-place-bourse-PIERRE-VERDY--AFP

La loi Macron, une menace pour le monde HLM

cochon

MACRON va toujours plus loin : sa loi fourre-tout touche à tout et surtout à l’essentiel

Aujourd’hui les auto-écoles sont dans la rue

La profession se mobilise pour faire évoluer le contenu de la loi Macron, dont l’examen se poursuivra la semaine prochaine à l’Assemblée nationale.

Elle s’inquiète, entre autres, du recours possible, introduit par ce nouveau texte, à d’autres intervenants que les inspecteurs pour les examens pratiques du permis de conduire, notamment des agents de La Poste.

Autre point de crispation, la suppression du seuil minimal obligatoire de vingt heures de cours avant présentation à l’examen.

Les professionnels refusent également que l’évaluation initiale puisse se faire à distance, sans contact direct avec un professionnel, comme le prévoit la loi.

Mais Macron n’en reste pas là :  il s’attaque aussi au  logement social

Plusieurs articles visent à étendre le logement intermédiaire, à mi-chemin entre logement social et parc privé. Un risque pour les HLM, seuls à même de répondre aux besoins des plus modestes.

Read moreLa loi Macron, une menace pour le monde HLM