HÔPITAL : dix ans d’alertes ignorées par les pouvoirs publics

Jeudi, 2 Avril, 2020
http://www.humanite.fr/

Si l’on ne pouvait assurément pas prévoir l’apparition du coronavirus, personnels, élus et usagers n’ont cessé, avec l’Humanité à leurs côtés, de dénoncer les dégâts des politiques libérales à l’hôpital.

Extraits choisis de nos pages dans la dernière décennie.

Le cri d’alarme des médecins : « L’hôpital va s’écrouler »  (L’Humanité du 14 novembre 2019)

Entamée en mars, la mobilisation des personnels soignants vit un tournant ce jeudi. Médecins, infirmiers, tous se retrouvent dans la rue contre les politiques d’austérité qui mettent l’hôpital public en danger. Trois chefs de service parisiens témoignent. «  C’est un phénomène complètement nouveau. (…) De plus en plus de problèmes de sécurité se font jour, au quotidien, tels que des erreurs de soins (…). » Tous s’accordent à dire que l’hôpital paye cher les conséquences des réformes successives en matière de santé.

Read moreHÔPITAL : dix ans d’alertes ignorées par les pouvoirs publics

Dans l’œil du cyclone – Carnet de pandémie poétique

Carnet de pandémie poétique – 29 mars 2020 –

https://blogs.mediapart.fr/laurent-thines/blog

En fin de semaine, l’inquiétude est là : la réanimation est occupée à 80%… il en faudra peu pour arriver à saturation. Ici, au sein de la tour Minjoz, on entend les bourrasques se rapprocher. On sait qu’à la frontière alsacienne, l’hôpital Nord-Franche-Comté a déjà sa réanimation remplie. Il n’y a maintenant plus aucun doute que la tempête s’abattra sur nous dans quelques jours.

Pour nous, soignants, les vendredis sectionnent nos épuisements hebdomadaires entre le corps et l’esprit – enfin, pour ceux qui ne travaillent pas les week-ends – et si le corps est au repos, l’esprit n’en reste pas moins obnubilé. Population déjà à moitié exsangue sous la succion continue de la bête à rentabilité, vingt ans de gestion néolibérale de l’hôpital auront eu raison de son épanouissement professionnel et parfois même de sa passion.

Read moreDans l’œil du cyclone – Carnet de pandémie poétique

« Chiche » aux engagements annoncés par le gouvernement : signons les pétitions pour l’hôpital public et Luxfer

CHICHE 1

 Une récente contribution sur le site de l’Atelier disait « Chiche » aux engagements annoncés par le gouvernement. A juste titre.

Dès maintenant, Chiche !

Propos d’un responsable LR (Les Républicains)

Damien Abad (LR) s’est exprimé sur la crise sanitaire actuelle. Au-delà de considérations évidentes du genre « on n’est pas en capacité de faire des dépistages massifs de la population… », il est allé plus loin en affirmant : « Il ne suffit pas de dire qu’il faut un plan massif pour les hôpitaux, il faut accepter de dire que l’hôpital public doit échapper à toute logique comptable ».

Que dire hormis « CHICHE » ?

CHICHE 2

Nationalisations à l’ordre du jour ?

Hypothèse envisagée au niveau gouvernemental (ex : M. Lemaire). Un cas précis.

L’entreprise Luxfer (à Gerzat), de très haute technologie, produit les bouteilles indispensables aux soins de santé. Elle est l’unique producteur européen de bouteilles d’oxygène médical et est, à ce jour, condamnée par les intérêts financiers-boursiers-spéculatifs. Donc, sa nationalisation est urgente.

Que dire hormis « CHICHE »

Pour ces 2 dossiers, des pétitions invitent les citoyens à faire plus que de belles paroles (hypocrites pour LR) ou des applaudissements (sincères mais avec effet incertain). Donc, signez, même si ce n’est qu’un premier pas.

Read more« Chiche » aux engagements annoncés par le gouvernement : signons les pétitions pour l’hôpital public et Luxfer

Je n’applaudis pas … je crie

le 26/03/2020

NON.

Aujourd’hui, je n’applaudis les soignants. Pourquoi ?

Car ils sont toujours formidables. Comme le sont tant de travailleurs.

Car ce n’est à eux de supporter le poids de l’échec actuel.

Car je ne veux pas réduire cette crise à une Ola médiatique.

Car je veux que les responsables soient démasqués.

Car je veux que les décisions politiques obsédées par les critères européens soient identifiées.

Car je veux que les profits dégagés par les grands groupes financiers-industriels soient exposés

Car je veux que les promesses entendues depuis 2008 soient suivies d’effets.

Car je veux que les hypocrites qui gémissent aujourd’hui assument leur culpabilité.

Car…car..

NON.

Je n’applaudis pas les soignants.

Car je dois applaudir tant de gens. Tant de simples gens. Qui donnent leur temps, leur travail, leur santé, parfois leur vie.

Read moreJe n’applaudis pas … je crie

Hôpital:  Après la tempête le beau temps?  J’ai des doutes…

Il est formidable cet élan populaire de sympathie et de soutien envers les personnels soignants, manifesté chaque soir à leurs fenêtres par bon nombre de nos concitoyens et unanimement encouragé par tout ce que le PAF compte de vedettes, par tout ce que le monde politique compte de tribuns et par tout ce que le gouvernement compte de ministres…
C’est l’union sacrée autour de ces héros envoyés au front sans masque, sans gant, sans lunettes ni combinaison de protection et dont on peut déjà prévoir que certains y laisseront leur vie, sacrifiés sur l’autel de la rigueur budgétaire et de l’impéritie étatique à l’instar de vulgaires liquidateurs de Tchernobyl…

Pour autant, sortira-t-il de cette crise un hôpital meilleur? Plus humain, plus accueillant, plus performant et surtout moins soumis aux rouleaux compresseurs du Marché?
J’ai de sérieux doutes lorsque j’observe que, malgré les louanges dont ils nous abreuvent, nos gouvernants demeurent extrêmement timorés quant aux efforts qu’ils envisagent de déployer pour aider notre système hospitalier à se relever du marasme dans lequel 30 années de bureaucratisme ultralibéral l’ont plongé.
Alors que les subventions pleuvent, que les exonérations se multiplient, que les promesses d’aides en tout genre abondent en direction de la moindre microentreprise de livraison de bonnets de nuit à domicile, alors que des centaines de milliards d’euros sont déjà fléchés pour relancer la machine économique, l’hôpital demeure le grand absent de ces agapes, la crise servant une nouvelle fois de prétexte à la dispersion en règle de notre trésor au profit d’une poignée d’aigrefins dont le bonheur national constitue le cadet des soucis…

De toute façon, nous les soignants, nous le saurons vite si l’actuelle bienveillance affichée à notre endroit par la Nation est, ou non sincère. Nous le saurons exactement dans 3 mois, quand l’été viendra et que ceux d’entre nous qui auront survécu au coronavirus avec son cortège de stress, d’heures supplémentaires, d’admissions de malades à la chaine, de lits d’hospitalisation manquants, bref, de ces constants numéros d’équilibristes auxquels notre conscience professionnelle nous oblige afin de maintenir malgré tout sur pied ce chef d’œuvre en perpétuel péril qu’est devenu l’hôpital, quand tous ceux-là, exténués et néanmoins satisfait du devoir accompli, aspireront à quelques semaines de vacances bien méritées.

En effet, tous ceux qui ne travaillent pas dans le monde médical ne peuvent pas savoir que depuis plusieurs années la politique de grippe-sous qui prévaut à l’hôpital fait que d’années en années les mensualités de remplacement estival qui nous sont allouées se réduisent comme peau de chagrin. Autrement dit l’hôpital rechigne de plus en plus à embaucher des CDD pour remplacer pendant les congés d’été. Désormais, afin de bâtir des plannings estivaux en recourant le moins possible à des remplaçants, nos administrations n’hésitent pas à être coercitives, refusant à certains d’enchaîner plus de 15 jours de congés d’affilée, obligeant des temps partiels à bosser à temps complet et chargeant les plannings des présents afin de compenser les absences…

Nous saurons vite, lorsque viendra l’été et que la crise, espérons-le, sera derrière nous, si limitant nos remplacement nos gouvernants retrouveront leur coutumière morgue ou bien si, cohérents avec ces lauriers que pendant toute la crise ils n’auront pas cessé de nous tresser, ils se résoudront à nous accorder de vraies vacances, à nous servir nos droits sans chercher de quelque manière que ce soit à nous les faire rembourser dans la foulée.
Honnêtement, j’ai des doutes…

J.B, médecin

Coronavirus et protection des personnels : le groupe Front de gauche écrit au maire de Beaumont

Monsieur le Maire,

Certains commerces (alimentation, pharmacies…) restent ouverts, assurant un réel service public, qui nous l’espérons sera reconnu comme tel , à la fin de cette crise sanitaire.

Néanmoins il apparait que le personnel en contact avec la clientèle n’a pas toujours à sa disposition masques et gants indispensables… pourtant  pour la sécurité de toutes et tous .

Au même titre que la police nationale est intervenue sur Beaumont pour vérifier les motifs de déplacements des automobilistes, pouvez-vous diligenter des contrôles dans les commerces de notre commune ?

Ou toute autre intervention qui vous paraîtra opportune pour le bien de toutes et tous.

Sincèrement

Christine Thomas

pour le groupe Front de Gauche  (Christine Thomas – François Ulrich)

Pétition : URGENCE SANTÉ !

Stop aux fermetures de lits, de maternités, de services d’urgence

Signons, faisons signer la pétition à l’initiative d’Alain Bruneel

Objectif 1 million de signataires, c’est possible!

Déjà 15,400 signataires.

https://www.urgencesante.org/

Site de la Commission Santé du Pcf :
http://sante.pcf.fr/

PROPOSITION DE LOI

tendant à instaurer un moratoire sur les fermetures de lits, de services, d’établissements de santé et sur l’arrêt des regroupements dans le cadre des Groupements hospitaliers de territoire,(Renvoyée à la commission des affaires sociales, à défaut de constitution d’une commission
spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)

présentée par Mesdames et Messieurs

Alain BRUNEEL, Huguette BELLO, Marie-George BUFFET, Moetai BROTHERSON, André CHASSAIGNE, Pierre DHARRÉVILLE, Jean-Paul DUFRÈGNE, Elsa FAUCILLON, Sébastien JUMEL, Manuéla KÉCLARD-MONDÉSIR, Jean-Paul LECOQ, Jean-Philippe NILOR, Stéphane PEU, Fabien ROUSSEL, Gabriel SERVILLE, Hubert WULFRANC, député-e-s.

Read morePétition : URGENCE SANTÉ !

Santé pour tous : quel rôle demain pour le mouvement mutualiste ?

Intervention de Serge D.

Petit appel historique de la création des Mutuelles au 19e siècle : après les coopératives ouvrières et des syndicats, leurs spécificités en tant que sociétés de secours mutuels, par cotisations volontaires de ceux qui avaient la chance de la jeunesse, de la santé et de l’emploi.     Les sommes récoltées permettaient une aide à ceux qui n’en disposaient pas, mais sachant que les cotisants seraient aidés, (plus tard), lorsqu’ils rencontreraient ces difficultés, par ceux qui prendraient leur suite dans ce système.

Tout ceci sans contrainte, et animé par une éthique commune et collective :

– (On donne, on met en commun, et on reçoit plus tard, si besoin).

« Apporter le plus grand bonheur possible au plus grand nombre de gens possible » – Jeremy Bentham, Philosophe Anglais).

             – « L’humanité ne se pose jamais que des problèmes qu’elle peut résoudre ». (Karl Marx).

             – « Savoir pour prévoir, prévoir pour pouvoir ». Francis Bacon.

Leur champ d’action : la complémentaire santé (sujet traité ce jour), mais aussi la mise en commun d’argent (banque – assurance de biens (ou de risques divers) – ou de moyens, agricoles ou industriels).

Read moreSanté pour tous : quel rôle demain pour le mouvement mutualiste ?

Alerte sur le système de santé

Une quarantaine de personnes s’est rendue au CAB pour participer à une conférence-débat proposée par l’Atelier du Front de Gauche.

Le thème en était : « SOS, système de santé », animé par Jean-Luc Marquet, médecin urgentiste, et Marc Estève, ancien directeur des soins, réunion faisant ainsi suite à la projection du film La Sociale, vive la Sécu !.

Read moreAlerte sur le système de santé

« SOS système de Santé »: conférence – débat organisé par L’atelier du Front de Gauche.

avec   Jean Luc Marquet, médecin urgentiste

        et  Marc Estève, ancien directeur des soins au CHU

Vendredi 10 mars – 20h

Salle de la Galipote- Maison des Beaumontois

Rue René Brut Beaumont

Conférence ouverte à tous.