Le projet de la réforme des retraites : des chiffres à connaître (1)

Des chiffres à connaître

 L’argument essentiel pour la réforme des retraites est : le régime est déficitaire, cela s’aggrave et ne peut pas durer.

Qu’en est-il ?

Oui le régime est déficitaire

Il manque 2,9 milliards d’euros sur plus de 300 milliards. Donc le déficit existe. Il est conséquent en chiffes absolus. Mais inférieur à 1%.

Oui le coût des retraites croît

Entre 2016 et 2019, l’augmentation des régimes cumulés de retraites a crû de 6 milliards (moins de 0,5 % par an).

Dès lors, une réforme est  nécessaire ?

Pourquoi pas ? Tout est envisageable. Il faut poser la question… toutes les questions. Ainsi, pourquoi fixer le coût total des retraites à moins de 14 % du PIB (13,7 % aujourd’hui) ?

Mais d’autres questions sont envisageables. Elles peuvent intégrer diverses “portes d’entrée”. Pas uniquement celle de la réduction, celle d’une réforme-punition, celle d’une évolution négative.

Les possibilités sont certainement multiples.

Un seul exemple

Le chiffre des dividendes servis en 2019 aux actionnaires dans le monde est désormais connu (Source : L’Express) Il est en hausse de l’ordre de 4 %. En Europe, le record est détenu par … la France.

Entre 2016 et 2019, la hausse des dividendes servis aux actionnaires français est de 10 milliards (Source officielle). Soit 66,6 % de plus que la hausse du déficit des retraites.

On  peut (on doit) commencer à s’interroger.

Conclusion (provisoire)

Ce n’est pas tant les chiffres affichés par le pouvoir qui sont faux. Mais l’absence de points de comparaison limite la réflexion. L’Atelier ne fait que mettre en relation des données connues mais que la plupart des media se taisent.

A chacun.e. d’alimenter le débat et la réflexion

20 février 2020

Conseil municipal de Beaumont (12 février 2020) : vœu présenté par les élus du Front de gauche et du PS, concernant le projet de réforme des retraites

Ce voeu a été voté à l’unanimité par les conseillers municipaux de droite ( Les Républicains, les proches du président Macron), Idées pour Beaumont et bien sûr les représentants du Front de gauche  (Christine Thomas et François Ulrich et l’élue PS  (Dominique Molle)

Pas de trêve : les manifestations de la semaine

Mardi 18 Février 2020 à 10h00 : Contre la casse du statut des enseignant·e·s des conservatoires
Rendez-vous à 10h00 au départ du Conservatoire Emmanuel-Chabrier de Clermont-Ferrandd pour une manifestation en direction de la DRAC
Jeudi 20 février à 10h00

Grèves et manifestation contre la réforme des retraites à l’appel de l’intersyndicale

Manifestation à 10H au départ du Palais de Justice où les avocats en grève depuis 7 semaines prendront la parole.

Parcours: Fontgiève, Gaillard, Montlosier, Delille, Grande Bretagne, Paulines, Fac Gergovia, Rectorat, Ballainvilliers, Jaude.

Vendredi 21 février 19h :  Concert de soutien à la mobilisation (voir affiche ci-dessous)

BEAU SUCCÈS DE LA CONFÉRENCE DE JEAN LUC MARQUET

Ce mardi 4 février à l’Espace Culture et Congrès de Ceyrat, l’Atelier proposait une conférence de Jean-Luc Marquet, membre de l’Atelier et citoyen de Ceyrat sur les rapports entre le réchauffement climatique et le changement radical de type de société que ce changement rend nécessaire. Ne l’oublions pas: 10%% de la population mondiale émettent 50 % des gaz à effet de serre, et inversement 50% n’en émettent que 10 %, lutter efficacement contre le réchauffement et ses conséquences passe donc par la réduction effective, non pas symbolique mais réelle et radicale, des inégalités.
Une cinquantaine de personnes s’étaient déplacées, parmi lesquelles on notait (suivant la formule journalistique consacrée) la présence de Dominique Molle, conduisant à Beaumont la liste « Ensemble pour Beaumont Agissons » (https://www.facebook.com/search/top/…) à laquelle participe et que soutient l’Atelier, ainsi qu’Eric Egli, conseiller municipal et tête de liste à Ceyrat.

L’intersyndicale 63 CGT-FO-FSU-Solidaires et l’UNEF propose un nouveau calendrier d’initiatives

L’intersyndicale départementale CGT-FO-FSU-Solidaires et l’UNEF réunie jeudi 13 février en fin d’après-midi propose un nouveau calendrier d’initiatives à renforcer en interprofessionnelle pour préparer la prochaine journée de grèves et de manifestation du 20 février 2020. Le gouvernement est plus que jamais fébrile! Ce nouveau temps fort interpro doit être massif, à l’image du 05 décembre, et constituera une nouvelle étape vers la victoire et le retrait du projet de loi de réforme des retraites. Retrouvez en pièces jointes le tract confédéral Cgt et le tract intersyndical départemental à diffuser partout.

Vendredi 14 février : pour certains, c’est la fête des amoureux… Pour la Cgt, c’est la journée j aime mon Hôpital, avec montage d’un hôpital de fortune sur la place de Jaude. L’occasion de discuter des problèmes des retraites et des problèmes dans le secteur de la santé, avec notamment la perte de la pénibilité. A partir de 10h30/13h place de Jaude et dans les Hôpitaux de proximités: CHU/Billom/Riom.

Samedi 15 février : l’Union Locale Cgt de Riom organise une nouvelle « retraite aux flambeaux » dans le cadre de la mobilisation initiée depuis le 05 décembre contre la casse de notre système de retraites juste et solidaire. Retrouvez toutes les infos en suivant ce lien.

Lundi 17 février : les camarades de la T2C, avec le soutien de l’intersyndicale départementale, vous invitent à faire un tour dans le « Tram des luttes » qui circulera dans Clermont-Ferrand pour diffuser le tract d’appel au 20 février et discuter des propositions pour maintenir et renforcer notre système par répartition. Rendez-vous à 9h30 au terminus du tram, juste devant la gare de la Pardieu. Une conférence de presse se tiendra à 11h00 Place de Jaude lors du passage du tram pour médiatiser cette initiative et amener celles et ceux qui n’ose pas encore faire grève à franchir le pas le 20 février.

Mardi 18 février : la culture clermontoise rejoint la lutte, touchée de plein fouet par une nouvelle réforme passée sous silence et visant à démanteler l’enseignement artistique. Nous ne voulons pas que l’enseignement artistique soit encore sacrifié au nom de nouvelles économies budgétaires. Rendez-vous à 10h00 au départ du Conservatoire Emmanuel-Chabrier de Clermont-Ferrand pour une manifestation en direction de la DRAC. Retrouvez le tract en pièce jointe.

Jeudi 20 février : grande journée de grèves et de manifestations interprofessionnelle… Avec un nouveau parcours qui partira à 10h00 du palais de justice, Place de l’Etoile, aux côtés des avocats qui entame leur 7ème semaine de grève pour le retrait du texte de loi contre la réforme des retraites. Ce départ symbolique montrera notre détermination à rester vigilant face à la répression qui se propage contre celles et ceux qui ont décidé de lutter contre la politique de destruction sociale de ce gouvernement au service de la finance. Retrouvez le parcours de la manifestation en pièce jointe.

Pour les lèves-tôt, les camarades du syndicat CGT FAPT appellent à la grève et un rassemblement aura lieu à partir de 8h30 devant la Plateforme Colis (PFC) aux Gravanches, où sera organisé un point presse, afin de dénoncer la volonté de la direction locale de licencier 5 salariés de nuit pour des motifs plus que contestables. La politique répressive désastreuse de l’opérateur Colis du Groupe La Poste a des conséquences très concrètes sur les conditions de vie et de travail ainsi que l’emploi sur la PFC de Clermont Ferrand. Cette grève sera l’occasion de réaffirmer les exigences du personnel de voir s’ouvrir de réelles négociations sur l’emploi, les conditions de travail, la reconnaissance de la pénibilité, et le respect de la dignité du personnel. Retrouvez le tract – pétition à signer massivement en pièce jointe.

Vendredi 21 février : grand concert de solidarité à la salle Marcel Vivier, à côté du complexe sportif Marcel Paul route de Cébazat à Gerzat… Avec la participation de Catherine Perret, membre de la direction confédérale qui prendra la parole aux côtés de nombreux secteurs en lutte (Energie, Cheminots, Santé, Education, Luxfer etc…). Informations, affiche et programmation à venir très vite!

D’autres dates sont également en construction. Le 25 février, qui sera sous le signe des libertés syndicales et de la répression, notamment chez nos camarades de la FNME… Et bien entendu le 8 Mars prochain, journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Le slogan de l’ONU cette année : “levez-vous pour les droits des femmes” qui sont les grandes perdantes de ce projet de réforme des retraites et qui encore aujourd’hui en France subissent une bien plus grande précarité. Salaires inférieurs, retraites inférieures, temps-partiels subis, chômage, licenciements après congé maternité, harcèlement au travail, difficulté d’accès aux promotions, aux postes à responsabilités… La liste est malheureusement trop longue.

Soyons convaincu-e-s… Pour convaincre que nous allons gagner cette bataille! Affirmons haut et fort aujourd’hui que cette lutte sera une victoire historique et le début d’une ère nouvelle de conquis sociaux.

 

Démocratie. « Monsieur le président, soumettez votre réforme au référendum »

Pour signer cette pétition : http://chng.it/BYhjbLJ5

Après plus de deux mois de mobilisations sociales d’une ampleur historique, une majorité de Français demandent toujours le retrait de la réforme du système de retraite voulue par le gouvernement. Alors que les projets de loi commencent à être examinés à l’Assemblée nationale, tout est organisé pour contourner le débat devant la représentation nationale et inciter les parlementaires à voter à l’aveugle, avec le recours programmé à pas moins de 29 ordonnances.

Même le Conseil d’État a rendu un avis très sévère, relevant « la fausse promesse d’un régime universel », des projections financières « lacunaires  », mais aussi des dispositions « contraires à la Constitution ».

Ce niveau de défiance à l’égard d’une réforme « inédite depuis 1945 et destinée à transformer pour les décennies à venir un système social qui constitue l’une des composantes majeures du contrat social », comme le souligne à juste titre le Conseil d’État, pose un problème démocratique majeur. À ce stade, seule une consultation populaire permettrait de le résoudre. Un référendum sur le retrait du projet gouvernemental doit être organisé, pour que le peuple ait le dernier mot.