Ouvrons le débat sur les élections municipales : pour une meilleure politique locale de la tranquillité publique -3-

S’il est une fonction régalienne qui doit être exercée c’est bien celle de la protection de nos concitoyens. Hélas l’État s’éloigne de plus en plus du citoyen (Centre des impôts, Poste, Sécurité Sociale… jusqu’aux Postes de Police).  Notre commune n’y échappe pas !

Savez vous que sur les quartiers prioritaires de la ville de Clermont-Ferrand, les locataires devaient payer une société de gardiennage pour la « tranquillité » dans leurs charges (l’état, la ville, le bailleur abondant de leur côté pour remplacer un état défaillant) ? Des caméras venant compléter le processus. Cette pratique est suspendue dans l’attente d’un arbitrage de la part des locataires.

Certes le pouvoir de Police du Maire s’exerce mais nous pensons que la police dite de proximité est le meilleur atout pour la population.

La majorité municipale BEAUMONTOISE, sous la responsabilité de son Maire avec en charge de la sécurité son premier Adjoint, ont décidé de mettre en place des caméras pour surveiller la Mairie, la place du Parc et étendant le concept à la place St Pierre.

Et l’humain dans tout ça ? Curieusement les gens s’offusquent du rôle du compteur électrique ou du portable qui « flic » ; mais quid de la vie privée du promeneur ? Pour quand la reconnaissance faciale ?                                                                                                                                                       Qu’attend-on du rôle de la Police, si ce n’est la protection des biens et des personnes. Les mesures prises par la majorité municipale sont quelque peu démagogiques : Caméras et voisins vigilants…                                                                                                                                                   

 Quand on demande  en conseil municipal de faire appliquer les règles de bon droit que sont le stationnement des véhicules sur les trottoirs et autres pistes cyclables, la seule réponse est un haussement d’épaule accompagné d’une forme de fatalité.   

Non Monsieur Dumeil, non Monsieur Cuzin,  notre Police Municipale doit être présente sur ce terrain là pour faire de la pédagogie puis sanctionner  si ça ne suffit pas. Comment expliquer aux enfants qui reçoivent des cours dispensés par cette même Police, que l’on doit respecter un code dit de la route ;  à savoir utiliser les trottoirs, traverser sur un passage piéton, utiliser une piste cyclable …  mais que paradoxalement  Papa, Maman posent leur magnifique berline sur les mêmes emplacements.

Idem pour les feux dans les jardins ou le pompage dans l’Artière : on légifère, on prend des arrêtés, mais ce ne sont que des notes sur un papier. Alors que nos élus se disent prêts à épouser la couleur à la mode, le vert. Plus d’oxygène moins de CO2. Les notes dans le bulletin municipal ne suffisent pas ; il faut aller sur le terrain expliquer que c’est interdit, que nous avons une déchetterie qui recycle …

La Police Municipale se doit d’être présente, visible,  pédagogue sous la responsabilité d’un Maire au service de tous, sans démagogie et faire appliquer les sanctions si la pédagogie ne fonctionne pas.

A chaque élection on nous rebat les oreilles avec les crottes de nos compagnons à quatre pattes. Faites le calcul : quelle densité, la quantité totale de déjection des chiens en rapport au volume des voitures multiplié par leur nombre ?

Que veulent les BEAUMONTOIS ? Plus de caméras ou une Police efficiente, prévenante et plus près du citoyen ? Le débat semble absent de la campagne, ouvrons le.

Christian Bernaud