La chronique de Jean-Christophe Le Duigou. Pourquoi faut-il de « bons » salaires ?

L’Humanité Dimanche du 4 juin

La crise sanitaire a fait percevoir la faiblesse intrinsèque des rémunérations des personnels hospitaliers et de différentes catégories de salariés qui assurent les services de base de notre pays. Une réalité qui émerge enfin ! Le gouvernement se devra de répondre rapidement aux attentes. Mais il devra aussi affronter la question plus globale des salaires et des grilles de rémunération.

Les années 1990 ont marqué une rupture dans le contrat salarial traditionnel qui reposait sur un système de classification, sur une évolution salariale négociée annuellement et sur des contrats à durée indéterminée. La notion de travail rémunéré s’est alors nettement érodée. La portée des grilles de rémunération a été remise en cause. La pression à la baisse sur les salaires s’est exercée via le développement d’emplois irréguliers ou à horaires réduits et de compléments de rémunération non salariaux (primes diverses, intéressement…). Au total, un quart des actifs se sont ainsi retrouvés placés à la périphérie de l’emploi. Pour les personnes mal protégées, le Smic ne joue même plus le rôle de « voiture-balai ». Dans le même temps, à la suite de l’individualisation des salaires et de la concurrence accrue accompagnant la mondialisation des productions, le pouvoir de négociation des syndicats s’est affaibli, tandis que le patronat se servait de la fragilité de ces « invisibles » pour tirer vers le bas l’ensemble des grilles de rémunération.

Read moreLa chronique de Jean-Christophe Le Duigou. Pourquoi faut-il de « bons » salaires ?