Doit on créer des lois obligeant les élus à vivre à minima la vie des gens de peu ?

MICHELIN : sur les 2.300 suppressions de postes envisagées, la moitié pourrait toucher Clermont-Ferrand où est basé le siège du manufacturier.

« Ce que je constate, c’est que Michelin le fait avec ses méthodes habituelles, de concertation et également sur la base de départs volontaires, poursuit Olivier Bianchi. On assiste plus à une restructuration pour être compétitifs qu’à de réels licenciements. On aimerait que d’autres entreprises, quand cela arrive, le fassent avec autant de bienveillance. »

La collusion de certains politiques avec le patronat est due au fait qu’ils passent du monde étudiant (au sortir de l’enfance), au stade du professionnalisme politique, hors sol de la vraie vie, puisque dans une bulle , monde de l’entre -soi!
Ils se prétendent proche du peuple (dans leur esprit proche de la populace).
Si M. le Président de la Métropole et Maire devait chaque matin prendre son poste à l’usine, l’esprit préoccupé par son avenir tant sur le plan du travail que par son relogement puis qu’habitant » la muraille de chine », il serait moins enclin à caresser son employeur dans le sens du poil, mais ce monde n’est pas le sien.
Cette gauche passée du compromis à la compromission est déphasée complètement de la réalité et du quotidien qui peuple.
Doit on créer des lois obligeant les élus à vivre à minima la vie des gens de peu ?

C.B

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.