Non à la criminalisation des activités syndicales

Maryline Lamblot, secrétaire CGT de CHSCT dans l’entreprise Orange, a été convoquée en référé mardi 28 avril 2015, au tribunal de grande instance de Clermont-Fd, pour avoir refusé de signer un ordre du jour de CHSCT.
Le directeur d’Orange demande au tribunal que Maryline Lamblot militante CGT FAPT soit condamnée personnellement à 500 euros ou aux dépens alors qu’elle est dans son rôle de représentante du personnel. Maryline a simplement refusé de signer un ordre du jour de CHSCT comportant un point relatif à une réorganisation d’un service avec rattachement des salariés d’Auvergne à Lyon afin de dénoncer l’opacité, les zones d’ombres et les éventuelles conséquences de ce projet.
Ce rattachement inutile apportera des impacts irréversibles sur la vie professionnelle et personnelle déjà bien mise à mal de tous les salariés du service.

Il est de plus en plus fréquent que les militantes et les militants CGT soient criminalisé-e-s. Les convocations aux tribunaux se multiplient. Nous pensons à Éric Colin à Moulins.

Aujourd’hui encore, la solidarité de tous doit s’exprimer, pour éviter à une militante, élue du personnel, de risquer une sanction pénale pour son activité syndicale. Maryline dérange sa hiérarchie qui use là aussi de moyens scandaleux pour décourager l’action syndicale.
L’Atelier du Front de Gauche apporte son soutien à Maryline Lamblot et à la CGT et demande donc l’arrêt et l’abandon immédiat des procédures engagées à l’encontre de Maryline Lamblot. Affaire à suivre.

Laisser un commentaire