11 novembre 2018 : seul le refrain de La Marseillaise a été joué aux monuments aux morts de Beaumont.

Un protocole poussiéreux  indique comment  l’Hymne national français doit être interprété lors de  chaque cérémonie nationale.

C’est à dire  que La Marseillaise est jouée en entier à l’occasion des honneurs aux emblèmes militaires , mais seul le refrain est interprété après les couleurs et par contre   après la minute de silence on a droit au  refrain et à un couplet.

Tout cela peut varier également selon les personnes représentantes de l’état présentes ou non à la dite cérémonie.

Donc en ce jour particulier du 11 novembre 2018, pourtant mis particulièrement en avant depuis d’ailleurs 4 ans en raison du centenaire de la fin de l’une des plus abominables  boucheries de notre histoire, seul le refrain de La Marseillaise a été joué aux monuments aux morts de Beaumont.

 Les plus jeunes, venus plus nombreux que d’habitude, et qui assistaient sans doute pour la première fois à une cérémonie commémorative ont du être un peu surpris.

 Alors comme ça, la Marseillaise serait réservée aux matchs de foot, aux courses de moto  et autres championnats sportifs?

 Et les bonnes âmes qui s’émeuvent que des joueurs ne connaissent pas les paroles de notre hymne national ne disent rien de cet échantillon de Marseillaise chichement attribué   aux  soldats « morts pour la Patrie » ?    

On ne peut alors que penser à  Anatole France et à sa fameuse phrase « on croit mourir pour la patrie, on  meurt pour des industriels « 

Même les pseudos hommage à ces pauvres soldats se terminent finalement en eau de boudin*.

 

 

 

 

* le boudin, la guerre et la finance, on n’en sort vraiment pas

Au moment de la guerre du Mexique , vers 1860, la France de Napoléon III avait de gros intérêts dans ce pays et y avait donc envoyé des troupes dont des légionnaires. Mais le roi du très jeune royaume de Belgique ne voulut pas que des soldats belges participent à ce conflit pour des raisons politico-familiales. Au moment de l’embarquement on fit sortir des rangs les légionnaires belges qui furent alors taxés par les autres légionnaires de dégonflés  .

D’où la fameuse chanson des légionnaires « tiens voilà du boudin »

Laisser un commentaire