FISCALITÉ (1) : des chiffres sur le CICE

Au moment où les rois (Macron et compagnie) de la volte-face et des affirmations aussitôt contredites ou démenties assènent leurs « vérités », il paraît indispensable de faire le point avec quelques chiffres.

Commençons par le CICE.

 Les annonces Macron

Face à la rébellion des « gilets jaunes », après plusieurs semaines de silence, E. Macron a annoncé des mesures. « Fortes » pour les journalistes zélés (soit presque tous) qui ont répété sans fin qu’elles coûteront environ 10 milliards d’euros, et avec un enthousiasme faussement effaré, certains poussent même à 15 milliards. Horreur, malheur !! On est foutu !!

Ce qu’ils ne précisent pas (alors même que  le Président l’a dit), c’est que ces coûts seront supportés par chacun avec un désengagement de l’Etat et donc, moins de services de proximité.

Conclusion simple : cet argent sera donné dans la poche droite et aussitôt repris dans la poche gauche.

Soit exactement l’inverse des demandes populaires qui attendent plus de services publics, plus de proximité et une autre répartition des recettes fiscales.

Bon, sans doute qu’on ne comprend rien puisqu’on n’est ni « intelligent, ni subtil » comme le disent divers responsables LREM. Mais quand même.

Comparons : 1er épisode

On peut empiler les comparaisons. Par exemple avec la fraude fiscale des Gros : entre 60 et 80 milliards €/an. C’est pas rien.

Bon, autre comparaison ; la suppression de l’ISF : entre 4 et 5 milliards d’€/an.

Conclusion 1 : une volonté, même modérée, pour chasser la fraude fiscale (et cela nécessite des fonctionnaires spécialisés) et on récupère vite au-delà des 10-15 milliards généreusement annoncés par le « Méprisant de la République »

Conclusion 2 : Un  rétablissement de l’ISF et on gratte 4-5 milliards.

15 à 25 milliards, ça aide.

Et on  trouve facilement les 10-15 milliards qui semblent horrifier les « économistes patentés». Sachant que d’autres économistes, bien plus sérieux mais non médiatiques, démontent les chiffres officiels.

Comparons : 2eme épisode

Causons du CICE.

Bon, c’est certainement  «trop intelligent» pour nous, comme dit M. Legendre, godillot de Macron.

Donc, on s’en tient à des infos difficilement contestables, y compris  par la droite (ex : Le Figaro)

Détails et évaluations du CICE

Le CICE est un dispositif favorisant les entreprises par le biais d’un crédit d’impôt sur les salaires inférieurs à 2,5 SMIC/mois. Mis en place par F. Hollande sur conseil d’E.Macron (ne pas oublier), on a aujourd’hui le recul permettant d’évaluer son impact en matière d’emploi (puisque le but affiché était l’emploi)

Allons-y. Citons la revue « Alternatives économiques » : 2 organismes ont présenté une évaluation. Pour l’un (TEPP), sur 3 ans, 85 000 emplois ont été créés ou sauvegardés (observation : comment évaluer les emplois créés et surtout les emplois sauvegardés?).

Pour un autre (LIEPP) l’effet sur l’emploi est nul.

Le Figaro (10 oct 2018) reprend les données du Comité de suivi constitué au sein de « France Stratégie » qui relève du cabinet du 1er Ministre :  pas de triomphalisme et une analyse de l’Institut des Politiques Publiques : «Le CICE a été largement perçu comme une baisse d’impôt sur les sociétés plutôt que comme une réduction du coût du travail ». Tout est dit. Le CICE a été le jackpot.

Le CICE en 2019

Le dispositif en vigueur (crédit d’impôt) est trop complexe dit le gouvernement. Il faut le simplifier (comment s’opposer à une simplification -tant vantée par les journalistes-?)

Donc le CICE va changer avec quelques impacts sur le budget de l’Etat. Impacts non négligeables.

Que dit Le Figaro : on en sera en 2019 à « un total de 40 milliards d’euros ».

Pour l’hebdo Marianne : 45 milliards d’euros. Bref, une broutille.

Explication : on passe d’un crédit d’impôt (validé l’année n + 1) à un allègement sur l’année n. Résultat : on cumule en 2019 le coût du CICE et on accroît le nombre d’entreprises bénéficiaires. Donc l’estimation de Marianne est la plus crédible.

Conclusion.

CICE, ISF, Fraude fiscale…etc. On est loin des miettes distribuées par Macron.

Du côté des méprisés : 10-15 milliards grattés sur les services au public.
Du côté des  méprisants  : uniquement pour le CICE 2019, 45 milliards sans effet sur le chômage.

Oui, vivre mieux est possible. Oui il y a des moyens et du pognon ailleurs que chez les humbles. MAIS, il faut relever la tête, ne pas admettre d’être insignifiant. Il faut se battre et résister.

Et ne pas se laisser berner par des chiffres que balancent les medias sans aucune comparaison.

P.Cassan

Laisser un commentaire