Roundup : Bayer-Monsanto condamné à payer plus de 80 millions de dollars

Pour la deuxième fois, un jury américain a estimé que Monsanto connaissait les risques cancérigènes de son herbicide vedette.

C’est une deuxième défaite judiciaire, et elle est de taille. La firme Monsanto a été condamnée mercredi, aux Etats-Unis, à verser plus de 80 M$ à un retraité malade d’un cancer qu’il attribue au Roundup, le désherbant vedette du groupe racheté par l’allemand Bayer.

C’est la deuxième fois en quelques mois qu’un jury populaire de San Francisco conclut que le Roundup a causé un cancer et que Monsanto est coupable de n’avoir rien fait pour prévenir des dangers possibles de son produit au glyphosate, herbicide classé « cancérogène probable » par une agence de l’OMS en 2015.

Bayer s’est d’ailleurs dit « déçu par le verdict du jury » dans un communiqué, mais estime qu’il « ne change en rien le poids de 40 ans de science et de conclusions d’agences de régulation dans le monde entier qui confirment la sécurité de nos herbicides à base de glyphosate et leur nature non cancérigène ». Le groupe a annoncé qu’il allait faire appel.

Monsanto va faire appel

Bayer avait pourtant obtenu que le procès – qui a duré un mois – se déroule en deux phases, la première scientifique, pour débattre de l’innocuité de son produit, la deuxième pour examiner une éventuelle responsabilité du groupe. La première avait abouti à la reconnaissance du rôle « substantiel » du Roundup dans le cancer d’Edwin Hardeman.

Âgé de 70 ans aujourd’hui, Edwin Hardeman avait été diagnostiqué d’un lymphome non-hodgkinien en 2015 avant d’attaquer la firme l’année suivante, estimant que sa maladie était due au Roundup dont il s’est servi pendant plus de 25 ans pour désherber sa propriété en Californie.

A l’énoncé de la décision, le plaignant, sa femme Mary et leurs avocates se sont longuement enlacés dans la salle d’audience, après un procès qui a duré plus d’un mois.

À l’unanimité, les jurés ont estimé que la direction de Monsanto, « négligeant » d’avertir les utilisateurs de Roundup des risques de cancer, avait agi « avec malveillance » au mépris de la sécurité. Le jury a condamné la firme à verser 75 M$ au plaignant en dommages « punitifs », selon le terme juridique américain.

À cette somme s’ajoutent notamment les dommages destinés à compenser les dépenses de santé et les pertes économiques passées et à venir du plaignant ainsi que sa souffrance morale. Au total, ce sont 80,3 M$ que doit débourser Monsanto.

11200 procédures contre Monsanto aux Etats-Unis

« La science nous montre depuis 40 ans que le Roundup peut causer le cancer. Quand on regarde les documents internes à Monsanto, il est aussi très clair qu’ils le savaient », a dénoncé Jennifer Moore, l’une des avocates du plaignant. Elle a estimé que cette nouvelle décision de justice dictait à Monsanto de « changer ses pratiques commerciales dès maintenant ».

« Nous sommes prêts à continuer à nous battre et à porter ces dossiers devant les tribunaux », a-t-elle encore dit.

Rien qu’aux Etats-Unis, Bayer – qui a acquis le spécialiste des produits phytosanitaires et des semences OGM en 2018 – fait face à quelque 11 200 procédures similaires. En août, le groupe allemand avait déjà été condamné à verser 289 M$ à un jardinier malade d’un cancer en phase terminale. La somme a ensuite été réduite par une juge à 78,5 M$. Bayer a aussi fait appel de ce jugement.

Le Parisien

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.