Ouvrons le débat sur « le jour d’après, c’est maintenant » : le numérique ne fait pas l’école ! (5)

Depuis la fermeture générale des établissements scolaires, le gouvernement, des politiques de tous horizons, des journalistes, et bien sûr des enseignants et des parents d’élèves se sont inquiétés de la « fracture numérique » et des inégalités sociales.

A juste titre certes, mais la réflexion ne doit pas s’arrêter là me semble-t-il. Il ne faut pas oublier que depuis ces dernières années, certains développent l’idée que le numérique pouvait se substituer à l’école.

Le numérique peut-il remplacer les enseignants ?

Chaque année, depuis neuf ans, se déroule à Doha le World International Summit of Education (Wise) qui réunit les grands seigneurs du numérique, dont les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) évidemment. Son influence s’étend très rapidement, d’autant qu’il s’est récemment décentralisé notamment en France. L’idée qui est mise en avant est que l’école, la classe, est une forme obsolète d’enseignement qu’il faudrait remplacer par un système (déjà développé par Google) où l’on testerait systématiquement les enfants pour savoir comment ils fonctionnent sur le plan de l’intelligence. « Intelligence » devant sans doute être compris ici dans le sens appauvri et réduit qu’il a dans « intelligence artificielle ».  A partir de là, chaque enfant se verrait proposer un programme d’enseignement strictement personnel qui serait, évidemment, vendu aux familles. Les enfants pourraient ainsi suivre, de chez eux, sur ordinateur, toutes les matières.

Les GAFAM, en particulier Microsoft, investissent des sommes colossales sur une telle perspective à court ou moyen terme. Les enjeux financiers sont considérables, et ces projets sont relayés en France par ceux qu’on appelle les « EdTech », c’est à dire les entreprises qui proposent des « nouvelles technologies de l’éducation » et veulent vendre des logiciels individuels.

On voit bien les dangers d’une telle perspective :

Read moreOuvrons le débat sur « le jour d’après, c’est maintenant » : le numérique ne fait pas l’école ! (5)