Macron : un vrai responsable

Les récents propos (4 janv 2022) d’E.Macron font causer. Mais, les pires sont-ils ceux que relaient les medias ?

 Il veut emmerder les non-vaccinés

Ces propos sont  repris en boucle. Opération de comm. du candidat Macron  qui fait mine de parler clair alors qu’il fait le matamore pour son électorat et poursuit son opération de division.

 

Et il ajoute : « un irresponsable n’est plus un citoyen »

Qui est-il pour juger de la citoyenneté de tel.le ou tel.le ? Il s’agit d’un abus évident. Cependant cette phrase est à double tranchant pour lui. Car…

Macron : citoyen, donc responsable

Restons en à la COVID. Puisqu’il reste «citoyen», il est «responsable». Donc responsable de la poursuite de la fermeture des lits en hôpital, responsable du bazar autour des masques-tests… Responsable de la promotion dans l’ordre de la Légion d’Honneur d’A. Buzyn. Responsable de l’échec absolu de SANOFI qui a viré plusieurs centaines de personnes après accès aux aides publiques…etc Responsable de tant d’échecs médiocrement maquillés en « pseudo-succès »

Cette  responsabilité-là,  laissons la au citoyen Macron.

Placette Montehus … quel devenir ?

Avec nombre de Beaumontois.es habitant le bourg ancien, l’Atelier s’interroge sur le devenir de la placette Montehus.

Rappelons que l’aménagement annoncé pour l’automne 2021 n’existe toujours pas.

Rappelons que le projet d’aménagement n’est pas communiqué (existe-t-il ?).

MAIS…. l’Atelier de Gauche apporte sa contribution sur ce projet et, au vu de la situation actuelle, émet une suggestion. Elle résulte de l’observation des lieux…bien connus des élus qui résident à moins de 20 mètres.

Cette suggestion est : une champignonnière. La photo jointe atteste de sa faisabilité.

Ceci dit, d’autres pistes peuvent être préconisées à M. Cuzin et Cie

A vous de les proposer sur le site de l’Atelier de Gauche du canton de Beaumont.

Par avance, Merci.

Promotion de la légion d’honneur : récompenser les mérites éminents au service de la nation ???? (2)

Hélas…
Parfaitement choqué par ces décisions qui frisent (?) la provocation. Et au-delà ? Pour faire court, la France de Macron n’a pas gagné la guerre annoncée. Inutile de rappeler les fiascos multiples accompagnés de déclarations martiales.
Mais, en bout de course, ne finiront-ils pas par gagner ? Lorsque sur les plateaux TV, des médecins abordent le problème de la situation de l’hôpital public, de la fermeture confirmée voire aggravée des lits en réa…., il leur ai répondu : « Mais aujourd’hui, ne faut-il pas… un pass-vaccinal, contrôler les gens, interdire …etc ». Bref, rien sur le problème de fond : depuis Sarko, la santé publique et les malades sont sacrifiés.
Dernier exemple : les urgences deviennent payantes (directement ou indirectement par les mutuelles). Mais qui va aux urgences ? Pour l’essentiel, les gens qui, en désert médical (urbain ou rural), sont obligées d’y aller.
Encore une fois hélas.

P.C.

Promotion de la légion d’honneur : récompenser les mérites éminents au service de la nation ????

J’ai lu dans la presse: « Parmi les décorés est élevé au grade de commandeur le professeur Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique Covid-19, qui guide le gouvernement français face à la pandémie. « L’ensemble des membres du conseil scientifique sont également distingués dans cette promotion » de commandeur, à l’exception de deux personnalités déjà promues. »

Un question toutefois: combien parmi les membres du conseil scientifique « qui guide le gouvernement français face à la pandémie » ont été à la tête des luttes contre la casse de l’hôpital public sous Sarkozy, Hollande et Macron?

D’un autre côté, Agnès Buzyn est de cette promo 2022 de la Légion d’honneur. Normal qu’elle soit récompensée pour ses « mérites éminents au service de la nation ». Elle est directrice exécutive dans le cabinet du patron de l’OMS, l’Organisation mondiale de la Santé.

Avant cela, ministre de la Santé d’Emmanuel Macron, elle avait quitté son ministère à Paris, en peine pandémie, pour traverser la rue et devenir tête de liste pour le parti macronien aux municipales à Paris. Avant cela, dans ses pantoufles dorées sous les ors de la République, elle avait twetté ça:

Bon, ex-ministre de la santé, Agnès Buzyn fut mise en examen vendredi 10 septembre 2021 pour « mise en danger de la vie d’autrui » à l’issue de son audition par des magistrats de la Cour de justice de la République (CJR), qui enquête sur la gestion de l’épidémie de Covid-19.

Mais mise en examen, on disait autrefois inculpée pour, ne veut pas dire coupable. La preuve, avec la plus haute décoration de la République française.

Roger Colombier

Placette Montehus – Suite

Férue de communication, l’équipe Cuzin-Bazin a indiqué  sur la placette Montehus « Aménagement programmé automne 2021 ». L’automne 2021 est passé et rien.

 L’Atelier de Gauche informe …

Voici quelques jours, l’Atelier pointe la non-réalisation de l’aménagement (projet toujours inconnu d’ailleurs).

voir : « Communication de la mairie de Beaumont : optimisme béat ou fake news »  https://atelierdegauche.fr/?p=10997

L’état de cette placette du bourg ancien est minable : pigeons, crottes, stationnement sauvage, champignons, dépotoir…etc.

Encore une fois, les habitants du bourg sont méprisés.

 

… Mais, du nouveau (28 décembre 2021)

Sans doute écoeuré par ce comportement, un habitant  a apporté un rectificatif au panonceau (Cf photos) et biffé 2021 pour inscrire 2022. Cette personne, lucide et excédée, espère-t-elle une réaction de l’exécutif municipal….

 

… Sauf si !

Sauf si ce rectificatif manuscrit est le fait d’un des élus de la majorité municipale qui habitent à quelques mètres de là. Et qui bénéficiant d’infos «top secret» fait une communication moins tapageuse mais plus véridique.

 

L’Atelier de Gauche s’interroge donc. Et les habitants du bourg avec lui.

A suivre. Hélas

 

Delta + Omicron : On ne change toujours rien à l’École

http://www.cafepedagogique.net/Pages/Accueil.aspx

« On reste dans la ligne que l’on s’est fixée : ne fermer les écoles qu’en dernier recours ». Alors que le variant Omicron se répand et que, selon le ministre de la Santé, il faut s’attendre à 250 000 contaminations par jour à la rentrée, le gouvernement choisit, le 27 décembre, de ne rien changer dans les écoles.  Comme si elles n’étaient pas un lieu par où le virus gagne les familles. Et comme si les enseignants acceptaient toujours le risque.

Immobilisme pour l’École

« On doit adapter nos mesures pour faire face aux deux vagues, delta et omicron, en même temps ». Pourtant Jean Castex n’a rien annoncé de nouveau pour les écoles et les établissements scolaires le 27 décembre. Toutes les mesures concernent les activités économiques qui semblent la seule préoccupation du gouvernement.

 » On reste dans la ligne que l’on s’est fixée : ne fermer les écoles qu’en dernier recours », a dit le premier ministre. « Nous ne reporterons pas la rentrée ni ne basculeront les collèges et les lycées en distanciel. Maintenir les écoles ouvertes est dans l’intérêt des enfants », ajoute-il en s’appuyant sur un avis de la Société française de pédiatrie.

« Oui le virus circule chez les enfants à l’école et à la maison », a ajouté Olivier Véran.  » Oui nous assumons de sanctuariser l’éducation des enfants. Un enfant qui ne va pas à l’école peut rencontrer de grandes difficultés ».

Pour le reste, O Véran « continue à travailler avec le ministre de l’éducation nationale sur des mesures » comme l’aération, des capteurs de Co2 et « le dépistage systématique déjà mis en place ». J Castex a parlé « d’amplifier à la rentrée notre politique de dépistage » sans donner d’autres indications.

Les mesures en dehors de l’École

Les mesures prises par le gouvernement en conseil des ministres le 27 décembre ne concernent donc pas l’École. Le gouvernement va déposer un projet de loi prévoyant de faire passer le passe sanitaire en passe vaccinal : il faudra être vacciné pour accéder à des lieux publics, un test négatif ne suffira plus. Le rappel de vaccin pourra avoir lieu dès 3 mois. Le masque fera sa réapparition en extérieur en centre ville. Les grands rassemblements seront limités à 2000 personnes en intérieur et 5000 en extérieur, sauf les meetings politiques et les cérémonies religieuses. La consommation d’aliments sera interdite dans les transports, cinémas, salles de sport etc. Le télétravail sera obligatoire là où il est possible au moins 3 jours par semaine. Surtout, et cela pourrait concerner aussi les enseignants, la durée de l’isolement des cas contacts et des cas de maladie sera revue. Des décisions seront annoncées le 31 décembre sur ce point. L’intention du gouvernement est clairement de réduire la durée de l’isolement coute que coute.

La fermeture des écoles freine actuellement l’épidémie

L’immobilisme gouvernemental par rapport à la situation sanitaire dans l’École ne cesse de surprendre. D’abord parce que le virus est nettement plus actif chez les jeunes que dans le reste de la société. Au 23 décembre, alors que le variant delta est encore dominant, le taux d’incidence des 6-10 ans est de 807 pour la France avec 18 départements où il est supérieur à 1000. C’est deux fois moins de départements que le 17 décembre. Autrement dit l’impact positif de la fermeture des classes sur la contagion des plus jeunes est démontré. On observe d’ailleurs cette baisse des taux d’incidence après la fermeture des classes pour les congés scolaires dans la très grande majorité des départements pour le premier degré et le collège. C’est moins net pour les lycées.

Olivier Véran remarque le 27 décembre qu’Omicron touche principalement les jeunes. Par conséquent le fait que les écoles et établissements scolaires soient le lieu premier de transmission de la maladie dans l’ensemble de la société devrait rester vrai avec Omicron. Même si ce variant va se diffuser très rapidement partout.

De fausses annonces

Le 17 décembre, Olivier Véran avait pointé nettement l’école comme lieu de transmission de la maladie. Il est surprenant de voir que 10 jours plus tard il n’en est plus question.

Le gouvernement prétend travailler à des mesures pour protéger les enfants comme l’aération, les capteurs de Co2 ou le dépistage. Or il n’en est rien. JM Blanquer a dit à l’Assemblée disposer de 20 millions pour l’équipement des salles de classe en capteurs de Co2 et tenir ces sommes à disposition des élus locaux en promettant même des rallonges. Les communes qui ont équipé leurs écoles l’ont fait à leurs frais et elles sont rares. Le ministre n’a jamais répondu aux questions sur l’utilisation de cette somme.

Sur le dépistage dans les écoles, le ministère fait du sur place depuis des mois avec 200 000 à  250 000 dépistages par semaine. On reste très loin des 600 000 dépistages promis. Et ce serait très peu pour 12 millions d’élèves. Dans d’autres pays, l’Allemagne, l’Autriche, le Royaume Uni, les élèves et les personnels sont testés deux fois par semaine.

L’urgence de tenir compte des situations locales

On aurait pu attendre du gouvernement qu’il tienne compte des situations très dégradées dans certains départements ou pour certaines tranches d’âge. Il y a des départements avec de très forts taux d’incidence dès maintenant à l’école et au collège , par exemple dans le sud est ou l’est du pays. Cela justifierait des mesures spécifiques. Il y a des départements où un jeune de 20 à 29 ans sur trente est contaminé ce qui devrait rendre impossible la réouverture des universités. Silence là aussi.

Le gouvernement mise sur l’acceptation du risque par les enseignants

Visiblement le gouvernement mise sur la vaccination pour atténuer les effets du variant Delta. Mais cela ne concerne pas les écoliers et ne touche qu’une partie des élèves du second degré. Face à Omicron le protocole actuel ne peut en rien freiner le développement de la maladie, les fermetures de classe et la diffusion de la maladie dans les familles. De nouvelles mesures d’allègement du protocole pourraient même être annoncées à la fin du mois, même si les enseignants sont très rarement déclarés cas contacts.

Le gouvernement mise aussi sur l’acceptation du risque par les enseignants. Il ne parle même pas de changer les masques en tissu de l’éducation nationale par des masques FFP2 qui seraient les seuls capables de freiner la diffusion d’Omicron. Il envisage encore moins des demi jauges pour limiter la propagation de la maladie.

Pourtant le gouvernement ne peut pas s’en tenir au protocole actuel. Ne serait ce que parce que le  maintien du protocole allégé actuel n’empêchera pas la multiplication des fermetures de classe. A court terme l’immobilisme gouvernemental ne freinera pas Omicron dans les établissements. Une fermeture des classes en début d’épidémie pourrait avoir un effet. Il semble que pour le gouvernement il soit déjà trop tard. Est ce vraiment le cas pour Omicron ?

François Jarraud

Communication de la mairie de Beaumont : optimisme béat ou fake news

C’est la placette Montehus.

Quels aménagements ????

Pour l’instant (et depuis plusieurs mois), les conteneurs poubelles ont disparu et  leur emprise au sol reste. Rien ne se passe !!!

et dire que Clermont-Info63 titrait le 25 février 2021 :

« À Beaumont, la municipalité multiplie les projets pour rattraper le retard »

Plus que deux jours avant Noël !!!

Israël autorise ses soldats à tirer dans le dos des enfants Palestiniens

https://www.france-palestine.org/Israel-autorise-ses-soldats-a-tirer-dans-le-dos-des-enfants-Palestiniens

Selon la chaîne de télévision officielle KAN 11, le ministre de la Défense Benny Gantz et le chef d’état-major de l’armée d’occupation viennent de publier des instructions stipulant que l’armée autorise désormais ses soldats à tirer sur des Palestiniens qui lancent des pierres et des cocktails Molotov, même après la fin des actes de jets de pierres, et pendant le retrait des jeunes.

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a salué le changement des règles de tir de l’armée, affirmant que les nouvelles instructions « permettront aux soldats de se défendre ». Le procureur général, Avichaï Mandelblit les a approuvées à son tour.

Ainsi, c’est tout l’appareil politico-judiciaire d’Israël qui approuve et met en œuvre ce nouveau permis de tuer visant les manifestants palestiniens et palestiniennes, en particulier, les jeunes et les enfants. Il suffira, désormais, qu’un soldat estime avoir vu un jet de pierres de la part de Palestiniens pour qu’il puisse tirer sur eux. Quand on connait l’impunité dont jouissent déjà les membres de l’armée, il ne fait guère de doute que n’importe quelle prétendue « menace » constituera un prétexte, couvert à l’avance par les autorités militaires, à l’accomplissement de ces nouveaux actes barbares.

Le laisser-faire et la lâcheté de la « communauté » internationale face aux crimes de plus en plus révoltants d’Israël produisent, depuis trop longtemps, leurs fruits les plus détestables conduisant Israël qui se sent intouchable à encourager son armée à commettre des crimes abjects.

Trop, c’est trop ! Nous disons aujourd’hui, avec force : les États-Unis, l’Union Européenne et la France doivent arrêter le bras des bourreaux, sous peine que leur lâcheté ne se transforme en complicité avérée. Au nom du respect des droits humains et en particulier de la Convention internationale des droits de l’enfant, la France et l’Union Européenne doivent, sans attendre, exiger qu’Israël annule ce permis de tuer donné aux membres de son armée. Tous les moyens de pression, y compris les sanctions, doivent être mobilisés pour que cette exigence soit satisfaite.

Le Bureau national,
le 21 décembre 2021


Association France Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris
Tél. : 01 43 72 15 79
Suivez l’AFPS sur www.france-palestine.org, Facebook et Twitter

Conseil municipal de Beaumont du 14 décembre 2021 : ça continue dans le grand n’importe quoi !

Ça continue dans la grand n’importe quoi ! Depuis longtemps nous ne savons plus si nous devons pleurer ou rire.

Hier Conseil Municipal.

Le quotidien régional informait que la mairie de BEAUMONT, après avoir interdit la présence du public, revenait en arrière… et pourtant, ce dernier s’est vu éconduit poliment par les personnels (consigne de Monsieur le Maire).

Oui il était possible de suivre la séance …  mais sur le réseau social. Fracture numérique ou simplement choix de ne pas vouloir s’inscrire sur les dits réseaux importe peu à la majorité.

Monsieur CUZIN est venu  expliquer au public ( deux personnes !) sa crainte face à un nombre trop important de personnes dans un contexte peu propice au brassage des masses (populaires).

Le nombreux public a expliqué que le journal local s’était fendu d’un communiqué affirmant le contraire ; qu’à sa connaissance les autorités préfectorales ne donnaient pas ces consignes ; que le pass sanitaire pouvait être présenté et que surtout, pourquoi des non élus étaient plus potentiellement dangereux que les édiles.

Finalement, Monsieur le Maire a autorisé la foule à envahir l’hémicycle conseillant de se tenir à bonne distance ; la consigne a donc été suivie à la lettre (8 chaises d’écart) entre les deux, même au cinéma pour voir un vieux navet, on ne fait pas mieux !

Le spectacle a été à la hauteur. Le film parfois avec quelques longueurs mais les acteurs principaux plein d’à-propos.

Une présentation du projet cœur de ville a été faite par le représentant d’un cabinet d’aménagement urbain. Comme l’ont soulignés certains élus, continuité de ce qui avait été amorcé lors des mandats précédents … quelques acquisitions foncières en plus.

Concernant les points politiques, continuité totale. Monsieur CUZIN  et son équipe (dont une grande partie siégeait avec Monsieur DUMEIL dans le mandat précédent) sont amnésiques à un point tel, que cette pathologie est inquiétante.

Pas de pilote pour la jeunesse, les enquêtes sociales (non effectuées sous  le mandat précédent) toujours en attente, documents consultation PLU qui disparaissent, élues à qui l’on retire ses délégations mais à ce jour pas de remplaçante efficiente … une liste longue comme des jours sans pain … et l’estomac commence à « gargouiller » !

Inquiétant, mais surtout agaçant d’être pris pour des « zozos ». A un moment il faut savoir assumer. La pandémie à beau dos. Rien ni personne n’interdit de travailler à une équipe (si équipe il y a).                                                                                                                 Le premier Magistrat qui fut dans une autre vie à des postes importants dans une grande multinationale et aujourd’hui à la tête de l’exécutif sur la commune, le canton, au Département … ne peut pas se cacher derrière une  incompétence quelconque. A moins qu’à force d’être sur tous … les fronts d’incendie (normal comme patron du SDISS) , il n’arrive plus à gérer !!!

Au final, les deux spectateurs en ont eu pour leur argent car la séance a duré jusqu’à 0h30 … et quel film ! Il parait que l’on peut le revoir en streaming !!!

C.B

Les révélations du quotidien des AESH dans leur combat pour l’inclusion

Soutenu par des syndicats-enseignants, le collectif AESH63 poursuit son action pour mener à bien ses missions avec statut, salaire décent et formation. Il nous révèle l’envers du décor dans le quotidien des inclusions, laissant entendre la détresse de ces travailleuses exploitées, écartelées entre travail courageux et charges de travail immodérées avec mépris insidieux pour ces « petites mains ».

Place de Jaude, Clermont-Ferrand, samedi après-midi, onzième jour du douzième mois de l’année; du monde, beaucoup du monde pour cet après-midi ensoleillé qui chauffe les corps plus ou moins emmitouflés, facilitent les stations debout prolongées ! Des passants de part et d’autre de cette place centrale se dirigent vers une boutique ou le centre commercial pour les consommations de fin d’année, d’autres attendent le tram dans un sens ou un autre, au rythme des passages. Sur la place plusieurs barnums dont celui d’Amnesty International qui halent les chalands, distribuent tracts, proposent une signature au bas de nombreuses pétitions. Près de la statue de Vercingétorix, peu à peu se rassemblent ceux et celles qui ne veulent pas de la vaccination estimée plus dangereuse que ce satané virus qui tue et plus encore divise profondément une société déjà bien divisée et malmenée, bien au-delà de nos frontières. Un peu plus tard, ils défileront derrière une banderole des plus explicites avec son QR Code géant, avec une main au majeur dressé, dans une masse compacte et bruyante portant le masque pour quelques rares individualités.

Lire la suite : https://blogs.mediapart.fr/georges-andre/blog/121221/les-revelations-du-quotidien-des-aesh-dans-leur-combat-pour-linclusion

 

La gestion de monsieur le Maire de Beaumont : incompétence, machiavélisme et pilotage à vue

Dans cet article vous découvrez le courrier du Maire de Beaumont adressé au personnel de la commune : Courrier au personnel-1

Suite au courrier du Maire aux personnels municipaux et à sa gestion, quelques réflexions nous viennent à l’esprit :

Incompétence ou/et amnésie :

… pas d’évolution du régime indemnitaire depuis 14 ans…   de longues années de gel …  ouvert la voie d’une construction plus sereine, d’un dialogue social qui a longtemps manqué dans la collectivité …                                                                                                   

 Quelle était votre fonction, Monsieur le Maire,  en tant qu’élu au sein du précédent mandat ? 

et depuis quand êtes vous le premier magistrat ?

Il a fallu attendre deux jours de grève (100 personnes… du jamais vu!!!) pour que vous découvriez les bienfaits du dialogue, la prise en compte des catégories les plus précaires de la collectivité … qu’étiez vous dans une autre vie ?

Machiavélisme :

Et Monsieur le maire termine sa missive par : « Malheureusement cette négociation et le mouvement de grève qui l’a accompagné ont été l’occasion de campagnes de dénigrement, de désinformation, de pression de la part de certains opposants. Instrumentalisation ….. »

Et là, le maire  porte un jugement de valeur sur les salariés incapables de décider par eux même, suiveurs comme moutons de Panurge, sans conscience syndicale, manipulés. Pas un de la centaine de gréviste conscient des enjeux !  On pourrait pourtant penser que la pression s’est plus exercée en interne qu’en externe.

Machiavélisme et Pilotage à vue : 

Si l’on ajoute à ces événements le fait qu’au nom de la pandémie les conseils municipaux ont été dans un premier temps limités à 10 personnes, que la prise de parole a été supprimée et que maintenant c’est carrément  l’interdiction d’y assister ( sur le site de la Mairie à 9h, ce matin ) , on peut raisonnablement se poser la question de la démocratie sur la commune…Et au dernier moment Monsieur le Maire rétablit la présence du public (10 personnes) dans un communiqué paru dans La Montagne du mardi 14 décembre 2021…le pilotage à vue continue

Pas de réponse aux courriers, des fins de non recevoir pour les prises de rendez vous, …comment dialoguer face à cette gestion d’un « quarteron d’élus » pensant que seule la communication « people »  satisfait la population beaumontoise ?

Courrier au personnel-1

La démocratie c’est quand le cul de l’élu reste à portée du pied de l’électeur.

Le conseil municipal de Beaumont se déroulera le mardi 14 décembre 2021…QUELQUES REMARQUES :

  • Sur l’ordre du jour, l’heure de début du conseil municipal n’est pas indiquée…recherche  sur le site de la mairie …et là aussi,  absence d’indication horaire !!!…devons-nous aller sur la page facebook de la mairie dès 5h du matin.

Nous pouvons lire aussi : en raison de la dégradation des conditions sanitaires, cette séance n’est pas ouverte au public.

  • Décision  surprenante à la lecture de la lettre du préfet du Puy-de-Dôme (ci-jointe)..Monsieur le Maire choisit l’option la plus restrictive possible (interdiction de la présence du public, sachant que la fréquentation de la page facebook de la mairie pour cet évènement va être proche de zéro. Veut -il dissimuler le plus possible ses bourdes et celles de sa majorité

(voir nos remarques sur le dernier conseil munichttps://atelierdegauche.fr/?p=10888) ?

  • La séance du conseil municipal sera retransmise en direct sur la page Facebook de la Ville de Beaumont…c’est mieux que rien mais Monsieur le Maire n’a jamais entendu parler de la fracture numérique…aussi aurait-il pu choisir l’autre option proposée par le préfet, la présence du public.

Cette gestion est bien inquiétante : des destitutions d’adjoints sans aucune explication, des mouvements de grève des personnels communaux en raison d’absence de dialogue, des manipulations de délibérations du conseil municipal, des réunions d’instances sans public, ..des annonces non suivies d’effet, l’absence de réponse claire aux questions de certains élus… » (concernant les annonces non suivies d’effet, le panneau annonçant la réhabilitation de la placette Montehus pour le dernier trimestre 2021 alors que rien n’a débuté; et pour l’absence de réponse, les questions sur le projet Landestini -et sans doute tant d’autres-)…la démocratie beaumontoise est de plus en plus malmenée.

« Si l’on n’a pas une bonne démocratie, il y a une mauvaise légitimité des décisions et quand la croissance diminue, les risques de remise en cause de la solidarité sont considérables. »

Erik Orsenna