Conseil municipal de Beaumont : liberté d’expression et pandémie.

Mardi 05 octobre 2021 se tenait une séance du conseil municipal de BEAUMONT.

A l’ordre du jour de nombreux points mais dans les premiers et les plus délicats, l’éviction de l’adjointe au Maire en charge de la solidarité et vice présidente du CCAS. Aux questions posées par Aline Faye, aucune réponse n’a été apportée par Monsieur le Maire.

Les Beaumontois n’ont pas le droit de savoir. La communication de la mairie est importante même sur les éléments les plus anodins de la commune. Mais la gestion de la commune c’est le silence le plus complet, le maire nomme et démissionne des personnes sans aucune explication. C’est l’OMERTA.

« Les gens se désintéressent de la politique et c’est à cause de cela » s’est désolé François Ulrich.

Comme dans le mandat précédent, et avec les mêmes personnes, la solidarité communale a fait les frais d’enjeux que les BEAUMONTOIS ne savent ou ne comprennent pas. La gestion du CCAS est complètement paralysée. Les premiers à en pâtir restent les plus fragiles (personnes âgées, précaires …), de là à penser qu’ils ne pèsent pas bien « lourds ».

Autre atteinte à la démocratie :

Depuis plusieurs mandats, en fin de  séance officielle du conseil municipal, le public peut poser des questions.

Mais depuis la pandémie covid, seuls les élus (es) sont autorisés à s’exprimer ; à croire que l’édile, de par sa fonction, est automatiquement immunisé, sain de corps … et d’esprit !

Malgré la demande de prise de parole, la réponse a été que COVID=Pas d’échanges.

Les pandémies ont au moins cette vertu : celle d’éviter les questions qui dérangent.

Parmi les préconisations de la haute autorité de santé, nous ne savions pas, qu’outre le vaccin, couper la voix du peuple prévenait du vilain virus.

Ouvrons le débat : une politique publique de prévention des comorbidités

publié par L’Humanité, le lundi 30 août

PAR ALICE DESBIOLLES

Médecin de santé publique, épidémiologiste

Après plus de dix-huit mois de pandémie, la question de la stratégie pertinente et des mesures à adopter pour faire face au coronavirus se pose régulièrement, notamment à chaque apparition d’un nouveau variant. Pour y répondre, plusieurs visions s’opposent, voire s’affrontent.

La stratégie dite du « zéro Covid » aspire à l’élimination rapide du coronavirus grâce à la technique (vaccin) et l’action humaine (confinements stricts et locaux dès le premier cas détecté, fermetures des frontières, des écoles, des commerces, des lieux de culture, de loisir). Cependant, l’émergence récurrente de nouveaux variants, la forte probabilité d’établissement de réservoir animal dans différents pays du monde et la circulation du virus à l’échelle de la planète font du coronavirus un agent pathogène difficile à éliminer. Se pose donc la question de la pérennité et de la soutenabilité d’une telle approche. De nombreux pays, comme l’Australie ou la Nouvelle-Zélande, l’ayant mise en place s’interrogent désormais de plus en plus quant à son efficacité et sa pertinence.

À l’autre extrême du spectre, se trouve la stratégie du « laisser faire », incarnée en son temps par des Trump ou Bolsonaro et qui revenait peu ou prou à ne rien faire, si ce n’est nier la gravité et la dangerosité du virus.

Entre ces deux approches, chacune délétère à sa manière, se trouve pourtant une alternative nuancée et respectueuse de la santé dans toutes ses dimensions : il s’agit de la stratégie de « l’atténuation », qui invite à gérer le risque et non à le supprimer. Elle consiste à contenir le coronavirus et prévenir ses dommages sur la santé, sans pour autant chercher par tous les moyens à le faire disparaître.

Read moreOuvrons le débat : une politique publique de prévention des comorbidités

Sondage de la mairie de Beaumont : l’apparence de la démocratie participative.

 

Bizarre un sondage juste avant les élections départementales… le maire de BEAUMONT est candidat à sa réélection….Coïncidence.

et le sondage, des questions bien fermées qui font plaisir à tout le monde.. »un sondage pour les enfants ».

Aucune donnée sur les contraintes architecturales, budgétaires, de circulation dans ce quartier…la démocratie du vent !!! nous pouvons cocher tous les items…

mais la mairie sonde……Cependant des  propositions n’apparaissent  pas vraiment : les LOGEMENTS SOCIAUX ET LES SERVICES PUBLICS (un Ehpad public, une crèche publique)…la majorité municipale ne vous vend que des espaces privés, sans vraiment l’écrire…si ce n’est des activités de loisirs et encore rien n’est précisé.

M.D et A.C.

Près de 3000 personnes ont participé à la manifestation du Premier mai 2021 à Clermont-Ferrand.

Selon les syndicats, près de 3000 manifestants ont marché, ce samedi matin, de la Comédie à la place de Jaude. Un cortège unitaire (CGT, F.O, FSU, Solidaires, UNEF) pour des revendications très nombreuses : salaires trop faibles, réforme à venir du chômage, précarité grandissante, écarts entre les riches et les pauvres, libertés publiques menacées. La situation des femmes est également dénoncée : elles restent moins bien payées que les hommes.

Cheminots, enseignants, agents des services publics ont été rejoints par des salariés du privé, notamment Luxfer.

Un Premier mai avec parapluies et capuches, mais aussi avec  sourires et  musiques.

(Merci à Vincent pour toutes ces photos)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

BULLETIN MUNICIPAL DE BEAUMONT (FÉVRIER 2021): INFORMATIONS TRONQUÉES ???

Au fil des pages du bulletin municipal de février 2021…

Inquiétantes amnésies

Rien à voir avec une appartenance politique

Ainsi s’est présenté JP Cuzin aux beaumontois.es. Sauf que JP Cuzin est membre du groupe politique « Union des Républicains » (émanation du parti « Les Républicains ») au Conseil départemental. Oubli ? Honte ? Dissimulation ? Amnésie ?

Nous avions déjà abordé ce jeu de masques, durant les élections municipales, le 15juin 2020 : http://atelierdegauche.fr/?p=9701

Rien à voir avec Alain Dumeil

Bulletin municipal de février 2021 : JP Cuzin dénonce « la non réalisation des objectifs… pris par nos prédécesseurs ». Mais, qui a été désigné 1er adjoint de ce prédécesseur ? JP Cuzin. Qui aggrave son cas : « je regrette… que le précédent Conseil municipal n’ait jamais été explicitement… informé de la situation ». Donc, malgré ce poste de responsabilité, il n’a jamais posé les bonnes questions, jamais compris la situation, jamais réagi.

Bref, ce poste de 1er adjoint d’A. Dumeil, c’était « à l’insu de son plein gré ». Honte ? Dissimulation ? Amnésie ?

Dans son éditorial de ce même bulletin municipal, M. le Maire revient sur la mise en carence de notre commune, écrivant « ces derniers [ses prédécesseurs] n’ont effectivement pas su,  pas pu ou pas souhaité réaliser un nombre suffisant de logements ».

Coupable omission : il s’agit d’un manque de logements sociaux ! Et pas de logements quelconques…

Il ajoute « Je regrette en ce sens que le précédent Conseil Municipal n’ait jamais été explicitement et très officiellement informé de la situation ». Voudrait-il faire oublier qu’il était premier adjoint, président du groupe majoritaire, et qu’il a voté toutes les décisions jusqu’à trois mois du premier tour ?

De simples détails ? … Ouais…

Read moreBULLETIN MUNICIPAL DE BEAUMONT (FÉVRIER 2021): INFORMATIONS TRONQUÉES ???

Chauffage Urbain : Projet  Réseau de Chaleur Urbain dénommé : RCU St Jacques +  (Réseau de Chaleur Urbaine Saint-Jacques +)

Contexte et quelques explications sur les décisions de Clermont Auvergne Métropole

Ce projet s’inscrit dans le Schéma de Transition Energétique et Ecologique -STEE- (Urb-En Pact) validé le 15 février 2019 par le Conseil métropolitain. Ce schéma fixe comme objectif de devenir territoire à énergie positive d’ici 2050, en réduisant de moitié de la consommation d’énergie sur le territoire métropolitain par rapport à 2015 et en couvrant les  besoins résiduels par des énergies renouvelables locales (géothermie, solaire, éolien…).

Concession de service public pour la création et l’exploitation du réseau de chaleur « Saint-Jacques+ », 28 juin 2019.

(ce débat est abordé à partir de  6h39’ jusqu’à 7h06’)

Read moreChauffage Urbain : Projet  Réseau de Chaleur Urbain dénommé : RCU St Jacques +  (Réseau de Chaleur Urbaine Saint-Jacques +)

La gestion d’un bien public : l’eau

La gestion durable de l’eau constitue un enjeu essentiel et complexe. Elle requiert des dépenses et des investissements. Elle génère des recettes. Elle impacte donc notre quotidien, sans omettre  ses impacts financiers pour chacun.

Quelques principes de base

On parle de  « petit cycle de l’eau » ou « cycle domestique de l’eau » – production d’eau potable, assainissement, entretien des réseaux de distribution et de collecte, etc. .. par comparaison au « grand cycle de l’eau » qui concerne la circulation naturelle de l’eau sur la Terre.

Le financement de ces dépenses repose sur un grand principe.

« L’eau paie l’eau »  : les coûts générés pour distribuer de l’eau potable et assainir les eaux usées doivent être pris en charge par les usagers de ces services publics. C’est en application de ce principe que l’eau potable est facturée aux abonnés du service d’eau : l’argent collecté permet de financer le service.

En France, ouvrir un robinet ou tirer la chasse d’eau sont des gestes de la vie quotidienne. Mais ces gestes anodins sont rendus possibles grâce à tout un processus impliquant de prélever l’eau dans les milieux, la rendre potable, la distribuer, puis, après son utilisation, la collecter, la dépolluer et la rejeter dans la nature.

Ce cycle de l’eau domestique est artificiel. Il est assuré grâce à un ensemble d’infrastructures et d’acteurs ayant un rôle précis : pomper l’eau, la traiter, l’acheminer, etc.

Sa gestion est assurée par les services publics d’eau et d’assainissement. De la responsabilité des collectivités locales, cette gestion couvre deux grandes missions : d’une part l’alimentation en eau potable, d’autre part l’assainissement des eaux usées. C’est ce qui explique que l’eau ait un coût : les missions assurées par ces services génèrent des investissements et des frais de fonctionnement pour la collectivité, qui sont payés par les usagers de l’eau (les abonnés du service d’eau) au travers de la facture d’eau.  Sur Clermont Auvergne Métropole (CAM), l’eau consommée arrive pour 30% de la chaine des Puys par gravitation et de la plaine alluviale de l’Allier pour 70%.

Des tarifs différents, résultant de plusieurs causes :

Read moreLa gestion d’un bien public : l’eau

Rapport de la Fondation Abbé-Pierre. La « bombe à retardement » des impayés de loyers (1)

http://www.humanite.fr/
Mardi 2 Février 2021

Fragilisés par la crise, de plus en plus de Français peinent à payer leurs loyers, multipliant les risques d’expulsions. Dans son 26e rapport, publié ce mardi, la Fondation Abbé-Pierre dénonce l’attentisme coupable de l’exécutif, qui vient seulement d’annoncer la prolongation de la trêve hivernale jusqu’au 1er juin.

Read moreRapport de la Fondation Abbé-Pierre. La « bombe à retardement » des impayés de loyers (1)

Manifestation intersyndicale du 4 février : le printemps social commence à fleurir

Plus de 1000 personnes à Clermont- Ferrand à l’appel des organisations syndicales du Puy-de Dôme  CGT -FO-FSU-Solidaires et Unef

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Merci à Vincent pour toutes ces belles photos : https://photos.app.goo.gl/3z4115PbsimnLNWn7

SALARIES DE L’ADAPEI du Puy de Dôme EN GRÉVE POUR LA SAUVEGARDE DE LEURS CONDITIONS DE TRAVAIL

Les salarié-es de l’Adapei 63 sont en grève et en lutte depuis 8 jours

Les professionnels de l’Adapei 63 aux parents et aux personnes accueillies.

 

Les professionnels de l’Adapei 63 se sont fortement impliqués et encore maintenant, pendant les deux confinements que nous avons traversés, pour préserver la santé, la sécurité et un accompagnement de qualité et cela malgré une situation difficile.
Voici le résultat.
Après avoir dénoncé le 26 novembre 2019, l’accord sur l’organisation du temps de travail, notre Direction Générale vient de faire la même chose avec nos usages et engagements unilatéraux le 15 décembre 2020.
Tous les professionnels de l’Adapei 63 tiennent à vous informer qu’ils entament une mobilisation et un mouvement de protestation, pour répondre à ces dénonciations.
De nombreuses Adapei sur le territoire national font, ou ont fait, l’objet d’attaques similaires. C’est une volonté politique de toutes ces Directions de s’attaquer à nos conditions de travail et à celles de nos collègues.
Notre Direction a attendu 14 mois pour nous dévoiler ses propositions élaborées par les cadres qu’elle a mis en place, sans concertation avec les professionnels de terrain que nous sommes. Il ne reste que moins de 2 mois (jusqu’au 28 février 2021) pour finaliser un accord.

Read moreSALARIES DE L’ADAPEI du Puy de Dôme EN GRÉVE POUR LA SAUVEGARDE DE LEURS CONDITIONS DE TRAVAIL

Viens voir les magiciens…

Soirée du 1er janvier 2021. A la Télé, une émission sur les magiciens. Super !. On va donc voir le couple des rois de l’illusion : Macron et Véran.

Quand de vrais prestidigitateurs apparaissent à l’écran, déception. Comme quoi, il ne faut pas croire la Télé. Car en matière de prestidigitation, ces 2 là sont au top.Il suffit de quelques rappels sur la COVID 19.

 Le masque est inutile

Printemps 2020 : Antienne moultes fois répétée et relayée par les medias. Normal, on n’en a pas.

Les tests sont de « faux amis »

Eté 2020 : Même rabâchage médiatique. Normal, on n’en a pas.

Le vaccin … c’est pas pour demain

«Nos» responsables largement relayés ont  ironisé sur la perspective d’un vaccin rapide. Combien de fois a-t-on entendu « un vaccin, c’est 10 ans… au mieux 5 ans ».

Normal, aucun labo français n’est capable, donc de ne rien prévoir.

Les autres… des naïfs et des menteurs

Trump : menteur. Les labos américains : menteurs. Les labos allemands : menteurs. Les labos chinois : menteurs. Nous, on est sérieux. On dit : « un vaccin avant plusieurs années, c’est impossible ». Voilà la «vérité» officielle largement diffusée par la majorité de la presse. Sauf que…

Evènement « inouï » … pour la France mais pas pour tous ailleurs …

Read moreViens voir les magiciens…

Et au milieu coule une rivière …polluée !

La cellule  « Clovis Chirin »

Suite aux multiples pollutions de l’Artière depuis le début de l’été et de leurs concomitances avec les sècheresses et l’état d’urgence sanitaire, au-delà des « préoccupations écologiques habituelles » se pose raisonnablement la question d’une contamination sanitaire des eaux traversant notre commune.

Read moreEt au milieu coule une rivière …polluée !

Transports en commun, la bataille de la gratuité : Montpellier, Pass week-end gratuit pour les habitants de la Métropole

Montpellier Méditerranée Métropole a décidé de rendre gratuit l’accès aux transports publics pour les habitants de la Métropole le week-end.

Cette mesure est entré en vigueur, samedi 5 septembre 2020 sur le réseau TaM.

Un titre de transport reste nécessaire pour utiliser les transports publics, il peut s’obtenir de façon totalement dématérialisée à partir de l’application M’Ticket TaM. Pour y prétendre, il faut fournir une pièce d’identité et un justificatif de domicile. Le Pass week-end gratuit peut aussi être chargé sur une carte TaM.

La gratuité d’accès devrait être étendue aux seniors et jeunes toute la semaine puis enfin, d’ici la mi-mandat à tous les habitants de la métropole.

Parallèlement à cette mesure, la gamme tarifaire évolue avec une baisse de 10% du prix des abonnements TaM pour les résidents de Montpellier Méditerranée Métropole.

Plusieurs collectivités adoptent la gratuité partielle

Read moreTransports en commun, la bataille de la gratuité : Montpellier, Pass week-end gratuit pour les habitants de la Métropole

Il faut un moratoire et un débat démocratique sur la 5G

« Oui, nous allons lancer les enchères de la 5G. Oui, nous avons pris nos responsabilités sanitaires, environnementales». Ah bon ? Et les incertitudes sanitaires, environnementales, justement invoquées quelques jours plus tôt par la convention citoyenne pour le climat ? « Cette évaluation environnementale et sanitaire, nous l’avons, nous la faisons » assurait Agnès Pannier-Rusacherle, secrétaire d’état à l’industrie au mois de juin à l’Assemblée Nationale en réponse à une question du député LFI François Ruffin.

Or, même l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) ne rendra ses premières conclusions qu’au printemps 2021.

En décembre 2018, un rapport sur les nouveaux problèmes en santé et environnement du Conseil scientifique de l’UE relevait qu’alors que « la controverse se poursuit sur les nuisances des actuelles technologies sans fil 2, 3 et 4G, les effets sur l’homme et l’environnement des technologies 5G sont encore moins étudiés que les précédentes ». Puis, plus loin « le manque de preuves claires sur le développement de l’exposition à la technologie 5G ouvre la possibilité de conséquences biologiques imprévues ».

Read moreIl faut un moratoire et un débat démocratique sur la 5G