Le conseil municipal de Beaumont se déroulera le mardi 29 juin 2021

Le conseil municipal de Beaumont se déroulera le mardi 29 juin 2021 à 20h

Salle d’Assemblée de l’Hôtel de Ville
Séance ouverte au public. Port du masque obligatoire, respect de la distanciation et des gestes barrières.
Ordre du jour
  • Approbation du Procès Verbal du Conseil municipal du 23/03/2021
  • Grands travaux et aménagement du territoire

2021/06/01 – Règlement d’attribution de la subvention pour le nettoyage de déjections de pigeons et les mesures de dépigeonnage
2021/06/02 – Approbation du plan de gestion 2021 – 2031 de l’espace naturel sensible d’intérêt local (ENSIL) du bois de la châtaigneraie
2021/06/03 – Création d’un comité consultatif pour le suivi du plan de gestion de l’espace naturel sensible d’intérêt local (ENSIL) du bois de la châtaigneraie
2021/06/04 – Autorisation donnée au maire pour la signature de la convention avec le conseil départemental portant sur la fabrique départementale des transitions
2021/06/05 – Rétrocession des biens amortis (parcelles baties) en portage par l’EPF auvergne – Autorisation donnée au maire pour la signature d’un protocole d’accord pour la réalisation de travaux de sécurisation et de protoaménagement
2021/06/06 – Annulation de la délibération n°2020.01.16 relative a la désaffectation d’une emprise foncière du domaine public, cadastrée section BH n° 58, par Clermont Auvergne Métropole
2021/06/07 – Autorisation donnée au maire pour la signature des actes de cession de la parcelle cadastrée section BC n° 94, rue Paul Clément
2021/06/08 – Autorisation donnée au maire pour la signature des actes d’acquisition de trois parcelles cadastrées section BA n°92, 94 et 102 – la Châtaigneraie
2021/06/09 – Autorisation donnée au maire pour la signature des actes d’acquisition d’une parcelle cadastrée section BP n°429 sise « les cheires »
2021/06/10 – Révision du plan local d’urbanisme de la ville de Beaumont – Arrêt du projet de PLU et bilan de la concertation
2021/06/11 – Mise en place d’une convention de portage entre l’EPF auvergne et la commune de Beaumont pour la parcelle cadastrée section BC n° 304 sise 5 place de la croix neuve

2021/06/12 – Autorisation donnée au maire pour la signature des actes de cession des parcelles cadastrées section BS n° 449(a1) et n°450(a2), sise rue du centre
Animations, vie associative, sportive, culturelle
2021/06/13 – Approbation de la mise en place d’ateliers de théâtre à Beaumont et d’une dotation exceptionnelle de fonctionnement a l’association « collectif Romy »
2021/06/14 – Approbation d’une dotation exceptionnelle a l’association Gym Vitalité Beaumont (GVB)

  • Ressources Humaines

2021/06/15 – Modification du tableau des effectifs du personnel communal – Approbation de la création et suppression de postes
2021/06/16 – Création de 8 postes pour faire face à un accroissement temporaire d’activités et recrutement d’agents non titulaires
2021/06/17 – Recours aux contrats d’apprentissage au sein de la collectivité
2021/06/18 – Demandes d’agrément de structure d’accueil au titre du service civique
Citoyenneté et démocratie implicative
2021/06/19 – Approbation de la création du comite de suivi de la charte éthique

  • Questions diverses ?

Lors des questions diverses,  le groupe « Uni.e.s pour Beaumont » et en particulier, un des représentants de l’Atelier de gauche – François Ulrich – peut être le porte-parole de  vos interrogations  ou vos inquiétudes.

Pour toute interrogation  ou  inquiétude, adressez un mail à atelierdegauche@gmail.com

 

Élections régionales : participez massivement au second tour et votez pour la liste conduite par Fabienne Grebert.

Une nouvelle fois, l’abstention atteint un niveau très élevé, confirmant la crise politique majeure dans notre pays.

Élection après élection les électeurs expriment leur refus de ne pas être entendus, de la poursuite des politiques publiques qui entraînent une dégradation toujours plus importante de la vie quotidienne cristallisée avec la montée de l’insécurité sociale provoquée par le chômage, la pauvreté, les inégalités dont souffrent en premier lieu les personnes et les familles modestes et la jeunesse.

Pourtant, la Région est une collectivité des plus utiles à la vie quotidienne. Transports, mobilité, lycées, formation professionnelle, personnes âgées, emplois, aménagement du territoire sont des domaines très sensibles pour lesquels il est très urgent de changer les choix libéraux actuels de Macron et de Wauquiez qui enfoncent le pays dans la crise et aggravent les difficultés de toutes et tous.

Il est urgent de changer !

C’est pourquoi nous appelons les électrices et électeurs à un sursaut démocratique lors du second tour de ces élections régionales le dimanche 27 juin, afin de permettre l’élection des femmes et des hommes rassemblés pour faire gagner l’emploi, le social, la démocratie et l’écologie.

Ce ne sont pas les choix de la droite de Laurent Wauquiez, en tête à l’issue du 1er tour , ni du représentant de Macron éliminé avec 9,8 %, ou ceux de Kotarac le représentant de l’extrême droite qui s’écroule en tombant à 12,3 %.

Le message est clair : à moins d’un an de la présidentielle, c’est le rejet du scénario d’une hégémonie de Macron et de Mme Le Pen que le pouvoir, relayé par les médias, a voulu imposer.

L’ensemble des forces de gauche (EELV-Ensemble-Génération Ecologie-LFI-PCF-PRG-PS) ont décidé de se rassembler pour le second tour du dimanche 27 juin. La liste sera conduite par l’écologiste Fabienne Grebert en tête des forces de gauche avec 14,45 %, suivie de la socialiste Najat Vallaud Belkacem avec 11,40 %. et celle de la liste commune (LFI – PCF) dont la tête de liste était  Cécile Cukierman avec 5,56 %

L’enjeu est de déloger la droite dure de Wauquiez et de reconquérir la Région. C’est possible !

Seule une mobilisation forte pour la gauche dimanche prochain peut ralentir les ardeurs destructrices de Wauquiez.

Nous devons tout faire pour déjouer le repli sur soi et la fatalité et pour combattre les projets des Wauquiez,.

Ce serait ouvrir une voie de résistance à l’ultralibéralisme de Macron et de la droite. Ce serait la possibilité de commencer à changer concrètement la vie de chacune et de chacun, en mettant l’emploi, le social, la démocratie et l’écologie au coeur de choix politiques nouveaux.

Ce serait conforter les luttes sociales, leur permettre de gagner des avancées qui seront autant de points d’appui au mouvement populaire agissant, incontournable pour des choix conformes aux intérêts des citoyens et de notre pays ! Tel sera le sens de nos engagements et celui de celles et ceux qui seront élus-es.

L’Atelier de gauche  appelle les habitants de notre canton à se saisir de cette opportunité de victoire en participant massivement au second tour et en votant pour la liste conduite par Fabienne Grebert.

Ensemble, le social et l’écologie c’est possible !

Second tour des élections départementales : réunion publique des candidats EELV

Mercredi 23 juin à partir de 19 heures,

salle La Galipote à la Maison des Beaumontois,

réunion publique

Centre associatif Beaumontois

rue René Brut

 mercredi 23 juin à 19h

 

Réunion animée

par les candidats EELV Brigitte Baudonnat et Jacques Cocheux

et leurs remplaçant·e·s Sophie Fryzsman et Laurent Signoret.

La liste EELV  a reçu le soutien de l’Union départementale de la gauche et de ID pour Beaumont

Départementales et régionales : c’est de nos vies quotidiennes dont il s’agit !

L’éditorial de L’Humanité Dimanche du 10 au 13 juin 2021 – par Patrick Le Hyaric.

Les prochaines élections régionales et départementales des 20 et 27 juin concernent la vie de chacune et de chacun. En dépendent le nombre et le fonctionnement des crèches, des lycées, des collèges, de certains équipements de santé et d’accueil des personnes âgées, comme des transports publics ; des facilités plus ou moins grandes de pratiquer un sport, d’accéder à des activités culturelles, de bénéficier d’aides ou de logements sociaux. Mais aussi de l’équipement numérique des écoles. Et bien d’autres éléments qui conditionnent la qualité de vie.

Mais le pouvoir et d’autres forces ont décidé d’utiliser ces échéances pour parachever l’explosion du paysage politique afin de créer les conditions d’un second tour des élections présidentielles Macron-Le Pen dont nos concitoyens ne veulent pas. La valorisation largement pratiquée des idées d’extrême-droite ne favorisant que cette dernière et sûrement pas l’exigence légitime de nos compatriotes de vivre en sécurité et libres, dans tous les domaines et tout au long de leur existence. Tout démocrate devrait s’acharner à déjouer ce terrible scénario par la promotion de débats fondamentaux. Ne pas le faire reviendrait à préparer un avenir très sombre.

Les régions ont en effet acquis, avec les différentes lois de décentralisation et singulièrement depuis la loi de 2015 dite « loi NOTRE », des compétences étendues et cruciales. Notamment dans le champ économique avec le Schéma régional de développement économique qui détermine l’utilisation des sommes colossales d’argent public qui transitent par ces collectivités. Le pouvoir antérieur fit précéder cette loi d‘un agrandissement-redécoupage des régions visant à les intégrer à l’Union européenne. Celle-ci leur consacre désormais plus d’un tiers de son budget via les fonds structurels ! C’est par leur intermédiaire que la Commission européenne compte déployer son plan de relance pour soumettre nos vies aux puissances d’argent.

L’enjeu est donc énorme de se doter d’élus qui veilleront à utiliser cet argent pour qu’il serve le développement écologique et social des territoires, ou qui mèneront avec les habitants des combats contre les exécutifs de droite et libéraux. Sinon se perpétueront les versements à fonds perdus dans la trésorerie des grandes entreprises, sans droit de regard ou conditionnement de ces aides publiques qui seraient tant utiles pour créer des emplois nécessaires, durables et bien rémunérés. Tant utiles à l’innovation, au financement de la transition sociale et environnementale, à celle de l’agriculture paysanne, à la réindustrialisation des territoires, à l’entretien des infrastructures et à l’aménagement des territoires.

Les départements, quant à eux, ont montré au plus fort de la pandémie une utilité que leur ont déniée les pouvoirs successifs. Ils ont assuré la continuité de l’aide sociale, médico-sociale, et celle de nombreux services publics. Par l’exemple, ils ont apporté la preuve de l’absurdité qui consiste à transférer aux régions comme aux métropoles des compétences toujours plus importantes au détriment de cet échelon démocratique, réactif et proche des habitants qui croule sous les transferts de charge non compensés par l’Etat. Leur vitalité les rend incontournables pour asseoir les politiques publiques sur l’exigence démocratique.

Il est d’importance de les doter de majorités ou d’élus combatifs d’une vraie gauche solidaire… au moment où le gouvernement prévoit avec la loi dite « 3D » (décentralisation, différenciation et déconcentration) une évolution fédéraliste de notre République par la mise en concurrence des territoires.

Les enjeux sont donc énormes…C’est de notre vie quotidienne dont il s’agit. Il vaut bien mieux en être que de s’abstenir.

Le rassemblement national à visage découvert : « Nous mettrons en place un Maccarthysme culturel »

La Montagne mardi 15 juin 2021,

Double page consacrée aux programmes des candidats aux élections régionales et à la rubrique « carte blanche », la déclaration de la tête de liste du rassemblement national :

Le choix des mots n’est pas anodin : « Nous mettrons en place un Maccarthysme culturel respectueux des libertés individuelles… »

Quelle belle société « fraternelle », cette organisation nous dessine !!! Une phrase avec des termes bien contradictoires.

 

Un point d’Histoire : le Maccarthysme Le maccarthysme ou maccarthisme (McCarthyism en anglais) est une période de l’histoire américaine, connue également sous le nom de « Peur rouge » (Red Scare) et qualifiée fréquemment de chasse aux sorcières (witch hunt).

Si au début, cette campagne concernait les communistes, rapidement on pourchasse également les homosexuels et les drogués.
Calomnies et délations sont devenues un sport national.

Deux personnes ont payé de leur vie cette frénésie hystérique ; ce sont Ethel et Julius Rosenberg. Le couple, accusé d’espionnage au bénéfice de l’U.R.S.S, est condamné à la chaise électrique en 1953.Il semblerait qu’Ethel n’ait pas participé activement et n’a jamais donné aucun renseignement.

Dans les milieux politiques, 26 mesures d’expulsion ont été appliquées.

Près de 4 millions de fonctionnaires ont fait l’objet d’une surveillance et bon nombre d’entre eux ont préféré démissionner.Ainsi, entre 1947 et 1953, près de 30 000 fonctionnaires américains ont fait l’objet d’enquêtes pour activités subversives

Dans le secteur privé où aucune entreprise ne tient à gâcher son image de marque en employant « des compagnons de route », des sympathisants ou des membres non repentis du parti communiste.

Une fièvre, une épidémie, une croisade : rien ni personne n’y échappe aux États-Unis. Des listes noires circulent. Il convient de ne pas embaucher ceux qui y figurent. Des listes grises citent des cas douteux, dont il est prudent d’éviter le contact.

Beaucoup échappent à l’ostracisme en « donnant » des confrères, des camarades, voire des amis ou des parents. Malheur à celui qui a été dénoncé ou reconnu ! Certes, on peut démontrer qu’on n’a jamais appartenu à la moindre organisation communisante, qu’on a vaillamment défendu le pays entre 1941 et 1945, mais la calomnie laisse des traces. La délation se transforme en un instrument de défense.

Et à l’exemple du cinéma, tous les arts et médias, théâtre, littérature, télévision, radio, presse furent touchés par le phénomène, licenciant à tour de bras après des pseudo-enquêtes de moralité et de loyauté.

Le cartel des studios fait lui-même le ménage en dressant une liste noire des artistes indésirables. Certains choisissent l’exil : Joseph Losey, Jules Dassin, John Berry, Charlie Chaplin.

Voir les victimes connus du Mac Carthysme : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Victime_du_maccarthysme

“Il n’y a pas que brûler des livres qui m’inquiète. Il y a aussi ceux qui ne seront jamais écrits, du fait de la crainte de la censure.”

 Judy Blume / 2013

L’Atelier de gauche

Manifestation contre les idées et les agressions de l’extrême droite sur la ville

La manifestation contre les extrêmes droites et leurs idées a réuni 500 personnes à Clermont-Ferrand. Elle a permis aussi de constater et de révéler la recrudescence des violences de l’extrême-droite dans la ville en marge des manifestations. Fascisme à combattre : « On ne peut plus attendre » lance, avec justesse, le porte-parole du collectif.

Bonne nouvelle : le conseil d’état annule 4 dispositions du schéma de maintien de l’ordre.

La manifestation contre les extrêmes-droites et leurs idées à l’appel du Collectif de lutte contre les extrêmes-droites du Puy-de-Dôme (LECD63) s’est déroulée sans incident et réunissant 500 personnes réellement comptées avec, au départ, une forte présence policière remarquée (fourgons, voiture, motos) probablement pour éviter des contacts avec des groupes de fachos repérés et repérables qui d’ailleurs « ont escorté tout du long la manifestation »  comme le révèle place de la Victoire le porte-parole du collectif de lutte contre les extrêmes-droites du Puy-de-Dôme au micro.

Étrangement, pas de banderole unitaire à la tête de la manifestation mais un camion-sono particulièrement puissant. Dans le cortège au milieu des drapeaux des organisations, deux banderoles de militants que vous pourrez voir en photo (comme en vidéo).

Sans incident ? Tout au moins un dont je témoignerai plus loin.

la suite : http://Manifestation contre les idées et les agressions de l’extrême-droite sur la ville

Astérix apporte sa force au collectif « eau bien commun 63 »

Sur le plateau de Gergovie, Astérix est venu prêter main forte aux Arvernes. Le collectif « Eau-bien commun63 » prépare son recours pour la priorité de l’eau aux populations, alimentation et santé contre son accaparement par les sociétés Volvic-Danone et Limagrain. Le décret préfectoral du 31-03-21 qui planifie les mesures de préservation de l’eau en période d’étiage, doit être revu.

Malgré le temps bien maussade sur le plateau de Gergovie, une tribu Arverne joyeuse et haute en couleurs a reçu en grande pompe l’irréductible gaulois Astérix non moins jovial sous les yeux curieux d’un petit public spectateur profitant de l’occasion. Point de folklore costumé mais le tournage d’un clip-vidéo humoristique pour un combat qui devient majeur dans le monde et la France du dérèglement climatique : l’eau !

Avec les épisodes de sécheresse récurrents qui se sont produits ces dernières années et ne manqueront pas de se reproduire dans le contexte durable de dérèglement climatique, l’eau est devenue un enjeu majeur un peu partout dans le monde. De sa répartition entre population, paysans et industriels, dépend les choix de restriction dans le cas d’une alerte et plus encore d’alerte-sècheresse renforcée.

L’eau est l’élément fondamental de l’autonomie alimentaire des territoires face au changement climatique.

Un collectif « Eau bien commun 63 »* s’est constitué depuis deux ans pour peser dans la révision d’un accord-cadre sécheresse voulu dès mars 2020 par le préfet du Puy-de-Dôme pour remplacer celui de 2013, largement dépassé.

Ce clip-vidéo et l’action menée depuis 2020 veut « dénoncer  l’accaparement de l’eau, bien commun, par les multinationales, au détriment de la population et de la préservation de la biodiversité, en contradiction avec le Code de l’Environnement » qui prévoit la priorité de la répartition de l’eau à la population et  l’agriculture paysanne, disposition nullement respectée dans le nouvel arrêté préfectoral du 31 mars 21.

Les Arvernes et l’eau des Volcans” sera diffusé sur les réseaux sociaux pour recueillir un financement participatif afin de financer la procédure de recours du collectif « Eau bien commun63 » et obtenir la mise en conformité avec le Code de l’environnement. Voici le début de l’histoire.

« Nous sommes en l’an 21 de notre ère et une nouvelle menace plane sur le pays Arverne, de puissants consortiums, comme Volvicanus et Limagrainicus menacent de s’accaparer la précieuse eau des volcans réputée pour être la meilleure de Gaulle. Ces consortiums sont puissants et soutenus par l’empire, les Arvernes se sentent bien démunis face à eux. Ils apprennent qu’Astérix et ses compagnons sont en tournée dans la région. Ils ont alors l’idée de faire appel à l’irréductible gaulois pour les aider. » La suite bientôt sur les écrans de vos smartphones.

 

La suite de l’article : https://blogs.mediapart.fr/georges-andre/blog/110621/asterix-apporte-sa-force-au-collectif-eau-bien-commun-63

Manifestation unitaire Contre les extrêmes droites et leurs idées, le 12 juin.

Le collectif de luttes contre les idées d’extrêmes droites du Puy de Dôme composé de syndicats, d’associations et de partis politiques  a décidé d’organiser une manifestation à la veille des élections régionales et départementales.

L’extrême droite connait en effet un renouveau dans la période que nous traversons et la menace répressive plane au dessus de notre organisation s’ils venaient à s’implanter dans le département ou à gagner de potentielles voix pour la future élection présidentielle.

Le collectif de luttes contre les idées d’extrêmes droites du Puy de Dôme appelle tous ceux et toutes celles qui entendent s’élever contre la haine raciste, pour les libertés et l’égalité à une

Manifestation unitaire

Contre les extrêmes droites et leurs idées

à Clermont-Ferrand

le samedi 12 juin 2021

Départ à 10h, place Delille

 

tract_LCED_VF

Ouvrons le débat : la France aura-t-elle assez d’électricité en 2050 ?

https://www.sauvonsleclimat.org/fr/

La consommation énergétique de la France en 2050 est un sujet majeur qui suscite de très nombreux scénarios et débats. Le sujet l’est d’autant plus qu’il va devoir s’accompagner d’une profonde révolution énergétique imposée par la lutte contre le réchauffement climatique : abandonner toutes les énergies fossiles émettrices de CO2 (charbon, pétrole, gaz naturel) pour ne conserver que des énergies primaires non carbonées.

Or, en 2019, les énergies fossiles ont représenté 70 % de l’énergie finale totale consommée par le pays, les énergies faiblement carbonées, nucléaire et renouvelables ayant fait le reste avec seulement 30 %. En 2050, elles seront les seules utilisables. Elles devront donc croître fortement pour satisfaire les besoins en énergie du pays.

De nombreux scénarios de consommation d’électricité ont été élaborés, dont certains postulent une consommation d’électricité pratiquement inchangée voire inférieure. Cela ne pourrait conduire qu’à un sevrage sévère en énergie qui ferait perdre au pays son niveau de vie de pays développé, avec des conséquences économiques et sociales dévastatrices. D’autres prévisions plus réalistes anticipent au contraire une consommation d’électricité qui pourrait être environ 80 % plus élevée que celle de 2019. D’où la question : pourra-t-on satisfaire ce niveau élevé de consommation ?

La réponse des chiffres est la suivante : un tel niveau de consommation d’électricité sera inaccessible sans une contribution majoritaire d’électricité nucléaire : un mix « 100 % renouvelable » ne peut en effet satisfaire que de faibles consommations. Mais le défi n’en restera pas moins immense dans la mesure où des capacités très importantes en moyens de production devront être mises en œuvre, à la fois en nucléaire et en renouvelables éolien et photovoltaïque. Or, toutes ces capacités de production seront soumises à des contraintes fortes qui restent à préciser mais pourraient limiter leur déploiement.

Le risque de non-satisfaction d’une consommation d’électricité aussi élevée ne peut donc être exclu. Dans ce contexte, les progrès d’efficacité énergétique et des efforts de sobriété raisonnables pour être socialement acceptables ne seront pas une option mais une nécessité. Et une gouvernance politique fondée sur les principes de raison, de réalité et une vision permanente de long terme sera indispensable pour accompagner cette très difficile révolution énergétique. Tout droit à l’erreur devra en être exclu : la vie du pays en dépendra totalement.

Dès maintenant, la capacité nucléaire française, principale source pilotable non carbonée en Europe avec l’hydraulique européen, devrait être préservée et les projets de nouveaux réacteurs dans les pays de l’Est européen comme en France (construction de 6 EPR de série) devraient être soutenus par la France et l’Europe.

Lien vers l’étude de Georges SAPY : La France aura-t-elle assez d’électricité en 2050 ?

Boris Bouchet, tête de liste LFI-PCF aux régionales dans le Puy-de-Dôme : « Être des concrétiseurs de rêves »

 

Publié le 31/05/2021 à 19h31

Nathan Marliac

 

Sur la terrasse d’un café du centre-ville clermontois, symbole d’une liberté retrouvée, Boris Bouchet (assis au centre) a présenté la liste puydômoise « Ensemble pour notre région » qui rassemble dix-neuf citoyens issus de la France Insoumise, du Parti communiste, de Ensemble ! et Génération Climat pour les régionales 2021, les 20 et 27 juin prochains.

Sous un soleil d’été, sur la terrasse d’un café clermontois, Boris Bouchet, tête de liste PCF dans le Puy-de-Dôme, a présenté les dix-neuf citoyens qui l’accompagnent. « C’est une liste authentique et ancrée à gauche, avec des valeurs et des convictions fortes », résume l’élu régional sortant.

Gratuité de la cantine scolaire et des licences sportives, création de centres de santé, réouverture des lignes ferroviaires locales… 

« Nos dispositifs sont le fruit des rencontres faites sur le terrain. »

Caroline Dalet (Numéro deux de la liste, conseillère départementale du canton de Maringues et élue municipale à Châteldon)

« Nous voulons être des concrétiseurs de rêves dans cette période où les inquiétudes sont multiples »,

ajoute Boris Bouchet. Le professeur des écoles estime que la Région est une des clefs pour répondre aux aspirations des citoyens et promet de « répondre présent pour mener des projets politiques ambitieux ».

Les 19 membres de la liste :

Read moreBoris Bouchet, tête de liste LFI-PCF aux régionales dans le Puy-de-Dôme : « Être des concrétiseurs de rêves »

Morts en chaine, à vélo

Au boulot chronique hebdomadaire (L’Humanité Dimanche du 3 juin 2021)

Le drame  des livreurs à vélo, esclaves des plateformes type Ubereats, Deliveroo, Frichti s’étend tous les jours…  Il n’y a pas que les 500 morts par accident du travail par an, dont 21 policiers et 215 ouvriers du BTP, il y a la hausse des accidents routiers professionnels. Parmi eux, depuis Franck Page, 18 ans, tué à Pessac en 2019, en en est à 8 livreurs morts à vélo depuis deux ans. A Paris La Chapelle le 4 mai, c’est le jeune Rumel Ahmed, qui est percuté par un camion. Le 6 mai c’est à Sotteville-lès-Rouen, que Chahi, 41 ans, père de 4 enfants, est mortellement renversé.

Deliveroo s’est permis d’abaisser de 5 euros à 2,60 euros chaque course et d’inciter à la prise de risque, avec une prime liée à chaque commande réalisée sans condition. Pour survivre, il faut un rythme de travail infernal. Pas de contrat de travail, ni protection sociale, ni cotisation retraite, ni droit à chômage, pas d’indemnisation ni couverture des frais médicaux en cas d’accidents hormis de très rares motifs dans les contrats d’assurance des plates-formes.

Pas de salaire minimum, ni de rémunération pendant les temps d’attente, paiement à la tâche, au nombre de kilomètres parcourus, calculé en toute opacité par les applications. La cadence de travail des livreurs leur est imposée à la fois par les algorithmes, par les exigences d’immédiateté des clients et par cette forme de rémunération qui impose de travailler le plus vite possible, sans pause ni congé.

Ce système n’est pas seulement inhumain, amoral, il tue. La justice le condamne dans tous les pays, en Angleterre, en Italie.

En France il faut évidemment interdire ces pratiques criminelles par la loi,  restaurer et imposer la présomption de salariat. Macron et Borne savent tout ça et se refusent à agir parce que ces plateformes, au fond, c’est leur modèle de société. JC Cambadelis vient de dire que « Macron est un caméléon », non, non pas du tout, Macron défend avec acharnement une société sans statut, une société post-salariale, au coût du travail bas, aux superprofits, uberisée et sans cotisations sociales.

Le 18 juin partout en France les livreurs manifestent.

Gérard Filoche

Inégalités. L’écart de revenus ne cesse de se creuser en France

http://www.humanite.fr/

Jeudi 3 Juin 2021

 

 

L’Observatoire des inégalités a publié mercredi son rapport bisannuel. Il pointe des différences persistantes face à l’emploi et une augmentation de la pauvreté.

 

Les inégalités de revenus repartent à la hausse. C’est le constat dressé par l’Observatoire des inégalités dans son rapport bisannuel sur les inégalités, en se fondant sur des données allant jusqu’en 2019. « Les inégalités de revenus en France augmentent depuis le début des années 2000, malgré une phase de baisse en 2011 et 2012, déplore Anne Brunner, qui a codirigé le rapport. Plusieurs signes nous montrent une remontée des inégalités depuis 2016 et, en particulier, depuis 2017 et 2018. À cette période, des mesures fiscales très favorables aux plus riches ont été prises, ce qui laisse penser que les inégalités de revenus repartent, depuis, à la hausse. Cela vient confirmer que la France n’est pas un pays égalitaire. »

Premier indicateur qui montre ce rehaussement des inégalités : en 2019, le niveau de vie minimum des 10 % des Français au revenu disponible le plus élevé est 3,5 fois supérieur au niveau de vie maximum des 10 % des Français au revenu disponible le plus bas. Un des plus hauts niveaux enregistrés ces quarante dernières années.

Quand on compare plus précisément les revenus moyens de ces deux groupes opposés, l’écart est encore plus frappant. En 2018, les plus riches ont touché un revenu 7,1 fois plus élevé que les plus pauvres, après impôts et prestations sociales. Cet écart se mesure concrètement : ce sont 52 500 euros que les 10 % les plus riches ont gagnés en plus, en moyenne, sur l’année 2018. En 1998, ce montant était de 43 100 euros. Comme le souligne l’Observatoire des inégalités, la suppression de l’impôt sur la fortune ou encore la baisse des impôts sur les revenus financiers ne sont pas étrangères à cette dynamique.

Read moreInégalités. L’écart de revenus ne cesse de se creuser en France

Douai : les transports en commun gratuits pour tous à partir du 1er janvier 2022, « une belle victoire pour les citoyens »

À partir du 1er janvier 2022, les 220 000 habitants de l’agglomération de Douai n’auront plus à payer pour prendre les transports en commun.

Mercredi soir, les élus du syndicat mixte des transports du Douaisis ont voté à l’unanimité cette mesure portée depuis longtemps par les communistes. Après Dunkerque, Douai devient donc la deuxième sous-préfecture du Nord à adopter la gratuité totale des transports.

« La mobilisation paie, se félicite Alain Bruneel, député PCF de la circonscription à l’origine de la mobilisation. C’est une excellente nouvelle pour le droit à la mobilité de tous, pour le pouvoir d’achat et l’environnement. »

Un choix politique salué par le président du syndicat. « On est dans un territoire où le niveau des rémunérations est relativement faible et le chômage très élevé, constate Claude Hego, également maire de Cuincy. C’est un atout social et économique très important. De plus,  il y a une pollution notable en terme de particules dans l’agglomération de Douai, donc on devrait résoudre une partie de la problématique autour de l’automobile ».

Les communautés d’agglomération qui partagent le même réseau de bus compenseront les pertes liées à la billetterie : elles concernent « 10 à 12 % des recettes », selon Alain Bruneel, qui continue de porter le combat à l’Assemblée nationale.

Une idée sur la table depuis plusieurs années

L’idée n’est pas nouvelle, comme l’explique Alain Bruneel, député communiste de la circonscription qui milite pour la gratuité des transports depuis plusieurs années. « En 2014, le syndicat mixte des transports a supprimé le transport gratuit des collégiens et des lycées. Ça a été une bataille avec les parents d’élèves pour rétablir ce qui avait été supprimé. Mais j’ai été destitué de mon poste de vice-président du syndicat, explique le député. Il y a eu un changement de présidence en 2018 et un dialogue s’est à nouveau instauré ».