Des nouvelles du conseil municipal du 24 février 2021 que vous ne lirez pas dans la presse …

Tout d’abord quelques remarques sur le bulletin municipal que nous (groupe Uni.e.s pour Beaumont) avons formulées :

  • A propos de la charte éthique des élus du conseil municipal de Beaumont, la formulation dans l’article du bulletin p.14 laisse penser que celle-ci a été signée par les élus et qu’elle a été approuvée au conseil municipal du 9 décembre. Or, il n’en est rien !

Comme écrit dans le procès verbal dudit conseil approuvé à l’unanimité le 27 janvier et que tout le monde peut consulter, la charte a été soumise au vote après que M. le Maire ait déclaré : « […] sous ces deux conditions : suppression du libellé actuel de l’alinéa n°14 qui sera remplacé par « organe régulateur » et […] délai de soumission de cet article n°14 à l’approbation du prochain conseil municipal » . Dans son intervention précédente, M. le Maire avait également dit que cet article n°14 devait être « travaillé par la commission qui a été mise en place et qui a travaillé sur le sujet et que nous nous donnions pour objectif de le voter au plus tard lors du prochain conseil municipal ».

Rien de tout cela n’a été fait à ce jour. Pourtant près de trois mois se sont écoulés et deux conseils municipaux se sont tenus !

Donc, si ce qui est écrit sous le titre « Engagement » n’est pas  une fake-news, il n’en demeure pas moins que les imprécisions sont telles que le texte est très loin de la réalité : la charte n’a pas été approuvée dans les conditions fixées par M. le Maire, l’« organe régulateur » n’a jamais été travaillé, et il n’y a donc a fortiori aucun élu signataire à ce jour puisque la charte n’existe pas.

  • A propos de la 5G, la majorité se félicite que le Conseil Municipal du 9 décembre ait « voté à l’unanimité un vœu demandant un moratoire sur la 5G, mais en omettant de préciser que ce vœu avait été présenté par notre groupe ! Gageons que si nous ne l’avions pas fait, aucun des deux autres groupes ne l’aurait fait.

Nous regrettons vivement qu’à la date de parution du bulletin, ce vœu n’ait toujours pas été transmis aux autorités compétentes, puisqu’il est écrit « [ce vœu] sera transmis aux autorités compétentes ».

Là encore, « vert » en apparence mais pas d’action !

  • Dans son éditorial de ce même bulletin municipal, M. le Maire revient sur la mise en carence de notre commune, écrivant « ces derniers [ses prédécesseurs] n’ont effectivement pas su,  pas pu ou pas souhaité réaliser un nombre suffisant de logements ». Coupable omission : il s’agit d’un manque de logements sociaux ! Et pas de logements quelconques…

Il ajoute « Je regrette en ce sens que le précédent Conseil Municipal n’ait jamais été explicitement et très officiellement informé de la situation ». Voudrait-il faire oublier qu’il était premier adjoint, président du groupe majoritaire, et qu’il a voté toutes les décisions jusqu’à trois mois du premier tour ?

Conseil municipal du 24 février 2021 :

  • Venons en au Rapport d’ Orientation Budgétaire qui nous a été présenté.

Fidèle à ce que M. le Maire a défendu pendant les 6 dernières années, lui-même et sa majorité fondent leurs orientations budgétaires sur une présentation de la situation économique et sociale qui, non seulement, ne prend pas en compte la crise climatique et l’urgence écologique, mais dans laquelle il n’y a pas non plus, la moindre analyse de l’impact de la crise sanitaire à quel que niveau que ce soit, international, national, communal ou métropolitain.

La majorité réussit le tour de force de produire un document de 20 pages sur ses orientations budgétaires, certaines pour les 5 ans à venir, sans écrire une seule fois le mot « écologie ». Il est tout juste fait mention d’un « verdissement » de l’économie lorsque est évoqué le plan de relance gouvernemental. Sans doute parce qu’ils n’ont pas trouvé de terme plus péjoratif.

De même, dans la présentation du contexte sont passés sous silence deux éléments qui vont nécessairement impacter très fortement tous les choix d’investissements :

Tout d’abord la mise en carence de notre commune. Comme pour le terme « écologie », M. le Maire et sa majorité doivent éprouver une aversion pour les termes « logements sociaux ». En effet ceux-ci ne figurent pas une seule fois dans les 20 pages du document ! Espérons qu’ils en impulseront et soutiendront la construction même s’ils n’en parlent pas. Nous y serons particulièrement attentifs.

  • Ensuite le Plan d’ Aménagement et de Développement Durable dont nous avons débattu lors du précédent Conseil Municipal et auquel M. le Maire consacre deux pages dans le bulletin municipal. Une explication ? Dans celui-ci il est clairement précisé qu’il faudra « assurer la création de logements sociaux » !

La majorité a décidé de réaliser de nombreux investissements, et il faut s’en réjouir après les six années d’immobilisme que nous venons de subir. Elle envisage en effet de faire passer l’endettement de la commune d’environ 4 M€ fin 2020 à 5,1 M€ fin 2025, mais un peu honteusement en annonçant une « modération de l’endettement ».

Or l’endettement est une source de financement normale d’une collectivité. Il est tout simplement destiné à répartir la charge que constitue la réalisation d’un équipement sur plusieurs exercices, c’est à dire sur plusieurs générations qui bénéficient de l’équipement.

Nous serons extrêmement vigilants sur la nature de ces investissements car certains apparaissent très discutables, mais aussi sur les emprunts à venir. En effet, aucune prospective sur l’évolution des dépenses et des recettes de fonctionnement, donc sur la capacité de remboursement de notre commune, ne nous a été communiquée.

Nous reviendrons plus en détail sur ces projets lorsque le budget primitif nous aura été présenté.

François Ulrich

Conseiller municipal

 

1 réflexion au sujet de « Des nouvelles du conseil municipal du 24 février 2021 que vous ne lirez pas dans la presse … »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.