Des nouvelles du conseil municipal du 23 mars 2021 que vous ne lirez pas dans la presse …

Corrigeons une erreur du journal local :

Et pour cause ! Contrairement au compte rendu de La Montagne, les comptes administratifs 2020 n’ont pas été approuvés à l’unanimité ! Notre groupe Uni.e.s pour Beaumont , ayant voté contre le budget primitif 2020, a logiquement voté contre ces comptes administratifs…

L’examen du budget primitif de Beaumont :

Le point essentiel de ce conseil municipal était évidemment l’examen du budget primitif de notre commune. Nous nous étions exprimé sur les choix politiques de la majorité lors de la présentation du Rapport d’Orientations budgétaires lors du conseil précédent (http://atelierdegauche.fr/?p=10399). Je n’y reviendrai pas en détail, mais on peut remarquer que la colère de certains habitants du centre bourg pourrait être attisée à la lecture de ce budget. En effet il est prévu 15 000€ pour l’aménagement des points noirs déchets centre bourg et 50 000€ pour des travaux de sécurisation de l’impasse del Pla, ce qui représente au total 2 % du budget d’investissement de notre commune ; à rapprocher des 375 000€, soit 12,5 % du même budget, prévus pour l’aménagement du parking du stade de l’Artière.

Les tarifs municipaux :

Nous nous sommes abstenus sur les tarifs municipaux proposés par la majorité, qui s’est contenté de reconduire à l’identique ceux de 2020. Sans se poser la moindre question, et l’on peut même se demander s’ils les ont relus ! En effet, figuraient encore les tarifs pour les concessions au cimetière de 50 ans, alors que par délibération en date du 9 décembre 2020, le conseil municipal avait décidé de les supprimer. De même, face aux difficultés rencontrées par certaines associations, nous avons demandé que la première utilisation des salles du type Galipote, foyer de La Ruche,… soient gratuites pour les associations beaumontoises. M. le Maire nous a assuré qu’il réfléchirait à cette proposition… Espérons ! A force de chercher les effets d’annonce (plan de 10  000€ pour les associations dont moins de 500€ ont été utilisés), la majorité passe à côté des mesures simples, efficaces, et socialement justes.

Le projet InspiRe :

A propos du projet InspiRe, M. le Maire a souhaité faire valider par le Conseil Municipal la proposition qu’il avait formulée lors de la visio-conférence de concertation. Proposition qui a été  élaborée en urgence, sans aucune concertation avec les beaumontois ni avec l’opposition municipale. Nous avons refusé de participer au vote. Non pas que nous n’ayons pas d’idées sur la question ( https://atelierdegauche.fr/?tag=le-projet-inspire ), mais par principe. Rappelons que M. le Maire était premier adjoint et que sa deuxième adjointe et conseillère communautaire l’étaient également de 2014 à 2020 : ils auraient pu se mettre au travail plus tôt !

Le règlement Local de Publicité Intercommunal (RLPi) :

L’élaboration du Règlement Local de Publicité Intercommunal (RLPi) de Clermont Auvergne Métropole est en cours, l’échéance de caducité des règlements communaux ayant été repoussée au 25 octobre 2022. Au vu des quatre grandes orientations générales du projet, l’implication citoyenne sera indispensable si les habitants de la métropole veulent faire réellement évoluer la réglementation.

Le Rapport d’ Activité 2019 de CAM

Rejeté comme d’habitude à la fin de la séance du conseil municipal, le Rapport d’ Activité 2019 de CAM a donné lieu à un « débat ». En réalité, notre groupe Uni.e.s pour Beaumont était le seul à l’avoir étudié… Et pourtant, 80 % des décisions sont prises à la Métropole !

Ce rapport aurait pu être l’occasion de revenir sur l’ensemble du mandat.

Ce mandat 2014-2020 n’a pas été comme les autres, c’est même un mandat que l’on peut qualifier d’historique.

Nous pouvons en rappeler quelques éléments :

-Clermont a perdu son statut de capitale régionale.

-Hollande,Valls et Macron ont désarmé les collectivités avec une baisse des dotations jamais vue auparavant pour financer le Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi (CICE) et les cadeaux aux actionnaires.

-Idem pour les banques qui avaient fait n’importe quoi dans les années 2000, la Métropole et le SMTC ont réglé l’addition des emprunts toxiques.

-la création de la Communauté Urbaine puis de la Métropole ont entraîné des transferts massifs de compétences, dont celle de la gestion de l’eau et de l’assainissement en 2017, j’y reviendrai.

Dans tous les services, l’introduction des recettes de management du privé ont pesé sur les conditions de travail des agents.

-Après tant de rapports financiers et de comptes administratifs où tant d’élus de la majorité se sont relayés pour nous dire que vraiment tout allait bien, le mandat se termine sur un chiffre tout simplement ahurissant : l’épargne nette de la métropole avoisinera 2,5 Millions d’euros en 2021.

Le taux d’autofinancement qui était déjà remarquablement bas par rapport aux métropoles comparables va finir par friser le zéro. Pardonnez moi cette digression, mais depuis que je siège dans cette assemblée je n’ai jamais entendu nos élus en parler. Il faut savoir que si l’on fait la moyenne de 2017 à 2019, le taux d’autofinancement de CAM est de 14,7 % alors que la la moyenne des métropoles comparables est de 57,24 %; que l’épargne nette par habitant est de 35€ alors que la moyenne est 90€, mais que le remboursement par habitant est de 75€ alors que la moyenne est de 68€.

Lorsque ces mêmes élu-es de la majorité finissaient leur intervention sur les finances en disant que celle-ci avait tous les moyens de financer ses projets, fallait-il comprendre qu’ils ou elles bluffaient, ne connaissaient en fait pas la réalité des comptes ou bien que ces projets étaient censés être gratuits, du vent, des discours ?

Mais les rapports d’activité de 60 pages ne sont jamais autant significatifs que par ce qu’ils ne disent pas.

Les habitants de la métropole ont pu ces dernières années lire des pages et des pages dans la presse sur ce qui devait être Le grand projet qui allait tout changer à Clermont : ça s’appelait le quartier numérique et parfois le bâtiment Totem.

  • Start-Up, attractivité, modernité, on allait voir ce qu’on allait voir.
  • Il serait temps de leur dire aujourd’hui que ce projet a complètement échoué.
  • Il serait temps de leur dire combien il a coûté exactement.

Un million d’euros, deux, plus encore, on attend toujours les chiffres promis ?

Le projet InspiRe :

Le projet InspiRe figure en page 15 de ce rapport, ce qui prouve que les élus beaumontois à la Métropole, et donc tous ceux de l’ancienne majorité municipale, en avaient connaissance depuis 2019. Ils n’en ont jamais informé ni le conseil municipal, ni les citoyens beaumontois. Curieuse conception de la démocratie !

Aussi, pour éviter que cela ne se reproduise, j’ai souhaité attirer l’attention des élus sur deux sujets dont il est largement question dans ce rapport et qui vont avoir un impact sur les habitants de Beaumont dans un avenir très proche.

Commençons par le logement avec la convention NPRU signée le 14/11/2019 et la destruction prévue de 1298 logements à bas loyers. Cela pourrait bien finir en fiasco écologique et social s’il n’est pas vite remis en question dans la conjoncture présente. Faut-il la rappeler : 1000 ou 1100 personnes sont hébergées toutes les nuits, les appels au 115 ne cessent d’augmenter, plus de 100 appels par jour, 500 à 600 personnes dorment à l’hôtel. Les bailleurs sociaux constatent l’explosion des situations d’impayés. La question que je voudrais poser à nos élus, et à travers eux à tous les élus de CAM, toutes les associations se la posent : Est-ce le moment de détruire 1200 logements à bas loyers ? N’est-il pas urgent de revoir le programme du NPRU ?

Le prix de l’eau :

Ensuite l’affermage qui lie Beaumont à Veolia arrive à échéance dans le courant de cette année. Ce contrat qui fixe le prix de l’eau (abonnement, eau, assainissement, redevances) sera alors géré en régie comme sur 9 autres communes. La Métropole souhaite une convergence du prix de l’eau. Problème : le prix du m³ d’eau à Beaumont en 2020 : 2,89€, le plus bas (Orcines 2,76€) le plus haut (Châteaugay 4,67€). Tendre vers un prix unique, pourquoi pas ? Mais où met-on le curseur ?

L’histoire fait que certaines communes, dont la nôtre, ont été plus vertueuses que d’autres en termes de nouvelles canalisations, d’assainissement. La mutualisation fait des gagnants et des perdants. Pourquoi pas ? Mais dans quelles limites et avec quel impact pour les citoyens ?

Comment aider les usagers les plus démunis ? Comment apporter l’équité dans les logements collectifs ?

Autant de questions que nous ne pouvons pas laisser aux 84 élus de la CAM.

L’eau est un bien commun indispensable à la vie. A ce titre notre assemblée municipale ne peut pas se contenter d’être informée des décisions prises à CAM dans un rapport qui nous parviendra en 2023.

Le projet Saint-Jacques Plus :

Curieusement il n’en est pas question dans ce rapport, mais il ne faut pas oublier non plus le projet Saint-Jacques Plus. Si certains n’en ont pas encore entendu parler il s’agit d’utiliser le très controversé incinérateur Vernea pour alimenter un réseau de chaleur à créer qui pourrait aller jusqu’à Grand Champ. Le coup est estimé entre 115 et 300 M€. Dans le dernier mandat les trois élus beaumontois à CAM avaient déjà voté la création d’une SEMOP mais n’en avaient jamais informé le Conseil Municipal. Sans doute n’en étaient-ils pas très fiers car, comme l’avait rappelé le 1er vice-président de CAM de l’époque, une Société d’Économie Mixte, c’est la privatisation des profits et la socialisation des pertes.

J’appelle tout le monde à la plus grande vigilance pour deux raisons parmi d’autres :

-D’abord, si ce réseau est construit, et que la métropole engage enfin une vraie politique de réduction des déchets, il faudra aller en chercher de plus en plus et de plus en plus loin, d’où des dizaines voire des centaines de camions sur les routes ; pour quel impact écologique ?

-Ensuite parce que, par exemple, lors de la création des réseaux de chaleur des quartiers Nord et de Riom, certains locataires de logements sociaux ont vu leur facture grimper de 30 %.

Il appartient à la majorité municipale d’organiser les débats et les réflexions sur ces sujets en impliquant au maximum les citoyennes et citoyens beaumontois, de faire vivre la démocratie locale, implicative s’ils y tiennent. Car, comme l’écrivait Tocqueville, l’exercice de la citoyenneté ne devrait pas se satisfaire d’une seule gestion par le haut mais permettre à l’inverse « de multiplier à l’infini, pour les citoyens, les occasions d’agir ensemble, et de leur faire sentir tous les jours qu’ils dépendent les uns des autres ».

L’Atelier de Gauche du canton de Beaumont a déjà commencé et continuera à informer et à proposer sur ces sujets (http://atelierdegauche.fr/?p=10490) et sur tous ceux qui touchent à la vie quotidienne des habitants.

François Ulrich

Élu de l’Atelier de Gauche

Groupe Uni.e.s pour Beaumont

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.