Promotion de la légion d’honneur : récompenser les mérites éminents au service de la nation ????

J’ai lu dans la presse: « Parmi les décorés est élevé au grade de commandeur le professeur Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique Covid-19, qui guide le gouvernement français face à la pandémie. « L’ensemble des membres du conseil scientifique sont également distingués dans cette promotion » de commandeur, à l’exception de deux personnalités déjà promues. »

Un question toutefois: combien parmi les membres du conseil scientifique « qui guide le gouvernement français face à la pandémie » ont été à la tête des luttes contre la casse de l’hôpital public sous Sarkozy, Hollande et Macron?

D’un autre côté, Agnès Buzyn est de cette promo 2022 de la Légion d’honneur. Normal qu’elle soit récompensée pour ses « mérites éminents au service de la nation ». Elle est directrice exécutive dans le cabinet du patron de l’OMS, l’Organisation mondiale de la Santé.

Avant cela, ministre de la Santé d’Emmanuel Macron, elle avait quitté son ministère à Paris, en peine pandémie, pour traverser la rue et devenir tête de liste pour le parti macronien aux municipales à Paris. Avant cela, dans ses pantoufles dorées sous les ors de la République, elle avait twetté ça:

Bon, ex-ministre de la santé, Agnès Buzyn fut mise en examen vendredi 10 septembre 2021 pour « mise en danger de la vie d’autrui » à l’issue de son audition par des magistrats de la Cour de justice de la République (CJR), qui enquête sur la gestion de l’épidémie de Covid-19.

Mais mise en examen, on disait autrefois inculpée pour, ne veut pas dire coupable. La preuve, avec la plus haute décoration de la République française.

Roger Colombier

1 réflexion au sujet de « Promotion de la légion d’honneur : récompenser les mérites éminents au service de la nation ???? »

  1. Hélas…
    Parfaitement choqué par ces décisions qui frisent (?) la provocation. Et au-delà ? Pour faire court, la France de Macron n’a pas gagné la guerre annoncée. Inutile de rappeler les fiascos multiples accompagnés de déclarations martiales.
    Mais, en bout de course, ne finiront-ils pas par gagner ? Lorsque sur les plateaux TV, des médecins abordent le problème de la situation de l’hôpital public, de la fermeture confirmée voire aggravée des lits en réa…., il leur ai répondu : « Mais aujourd’hui, ne faut-il pas… un pass-vaccinal, contrôler les gens, interdire …etc ». Bref, rien sur le problème de fond : depuis Sarko, la santé publique et les malades sont sacrifiés.
    Dernier exemple : les urgences deviennent payantes (directement ou indirectement par les mutuelles). Mais qui va aux urgences ? Pour l’essentiel, les gens qui, en désert médical (urbain ou rural), sont obligées d’y aller.
    Encore une fois hélas.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.