Présence tentaculaire des cabinets de conseil au sein des ministères

Un rapport du Sénat rendu public jeudi 17 mars met en évidence la présence tentaculaire des cabinets de conseil au sein des ministères. Rien que pour l’année 2021, 1 milliard d’euros minimum ont été dépensés par l’État pour obtenir ces conseils.

Le point de départ de cette enquête du Sénat, la gestion de la crise sanitaire à partir de 2020. On apprend à ce moment-là que le cabinet de conseil McKinsey est intervenu dans la campagne vaccinale. L’influence de ces intervenants extérieurs dans les ministères est alors mise en lumière. Et ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Car selon la sénatrice PCF Éliane Assassi, les cabinets sont intervenus sur des pans entiers de politique publique. Par exemple, le cabinet Capgemini a travaillé sur la simplification de l’accès aux droits des personnes handicapées. Pour la réforme de l’aide juridictionnelle l’appui a été demandé au cabinet EY. 

1 milliard d’euros dépensés en 2021

Au total, seulement pour l’année 2021, 1 milliard d’euros minimum ont été dépensés par l’État pour avoir recours à ces conseils. Le cabinet qui est particulièrement dans le viseur du Sénat est l’américain McKinsey, très sollicité par l’État. Pendant l’enquête, un de ses directeurs assurait payer l’impôt sur les sociétés en France. Les sénateurs qui ont vérifié affirment que McKinsey n’aurait pas payé d’impôt sur les sociétés en France depuis au moins dix ans. Entre 2018 et 2021 les dépenses des ministères ont été multipliées par 2,36. Le président est intervenu sur cette enquête en justifiant et validant le recours à des intervenants privés. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.